LE DIRECT
Les électeurs attendent dans une file d'attente pour voter devant un bureau de vote lors de la phase 1 de l'élection législative du Bengale-Occidental dans le district de Purulia le 27 mars 2021.

Inde : élections tendues au Bengale-Occidental

5 min

Un scrutin régional à dimension nationale a lieu ce jeudi dans le Bengale-Occidental, sanglant champ de bataille de la politique indienne où le Premier ministre Narendra Modi affronte une de ses plus farouches adversaires. Mamata Banerjee dirige cet État de 90 millions d'habitants depuis dix ans.

Les électeurs attendent dans une file d'attente pour voter devant un bureau de vote lors de la phase 1 de l'élection législative du Bengale-Occidental dans le district de Purulia le 27 mars 2021.
Les électeurs attendent dans une file d'attente pour voter devant un bureau de vote lors de la phase 1 de l'élection législative du Bengale-Occidental dans le district de Purulia le 27 mars 2021. Crédits : Dibyangshu Sarkar - AFP

En Inde, des élections régionales ont lieu pendant tout le mois d’avril pour renouveler le parlement de la région du Bengale-Occidental, basé à Calcutta. Un scrutin régional à dimension nationale, car le Bengale est l’une des dernières régions à résister à l’ascension du parti nationaliste hindou du BJP, tenu par le Premier ministre indien. La cheffe du gouvernement régional, Mamata Banerjee, est également l’une des plus féroces opposantes à Narendra Modi et elle remet son poste en jeu lors du scrutin qui se tient aujourd’hui. 

Une campagne particulièrement virulente qu’a suivie notre envoyé spécial, Sébastien Farcis, avec Shaikh Azizur Rahman.

Mamata Banerjee, la "grande soeur" indienne

Mamata Banerjee arrive sur la grande scène du village de Khodambari. Cela fait dix ans que cette féroce politicienne dirige la région du Bengale-Occidental, mais sa survie est en jeu. Les nationalistes hindous du BJP déploient des efforts et un budget impressionnants pour la détrôner - ils ont ainsi retourné son ancien bras droit, qui se présente contre elle dans cette circonscription de Nandigram. Mamata Banerjee, en chaise roulante à cause d’une récente fracture au pied, alerte la foule :

La ministre en chef du Bengale-Occidental, Mamata Banerjee, affiche un signe de victoire avec la liste des candidats aux élections au bureau du parti du Congrès de Trinamool ,avant les élections de l'État à Calcutta. le 5 mars 2021.
La ministre en chef du Bengale-Occidental, Mamata Banerjee, affiche un signe de victoire avec la liste des candidats aux élections au bureau du parti du Congrès de Trinamool ,avant les élections de l'État à Calcutta. le 5 mars 2021. Crédits : Dibyangshu Sarkar - AFP

Ils ont d’énormes sommes d’argent et le distribuent aux gens. Vous pouvez prendre leur argent mais ne votez pas pour eux. Ils divisent la population entre hindous et musulmans, alors que nous les considérons comme les deux bourgeons d’un même brin. Nous allons continuer à aider tout le monde, jetez ces intrus du BJP et sauvez le Bengale !  

Un millier de personnes sont venus la soutenir dans ce combat, comme Jamshree Pramanik Dhara, une enseignante : 

Mamata a fourni de l’eau dans les villages et construit beaucoup de routes en ciment et en briques, qui nous sont très utiles, surtout pendant la mousson. Et sa politique donne la priorité aux filles - cela, personne d’autre le fait. 

A quelques kilomètres de ce meeting, beaucoup de maisons modestes arborent des portraits de Mamata Banerjee sur leur porte. Eux l’appellent "Didi", notre grande soeur. Gopal Maiti, un ouvrier manutentionnaire, porte même la casquette bleue ciel de son parti, le TMC : 

Didi prend soin de tout le monde, de notre naissance à notre mort. Elle a lancé des programmes pour les jeunes filles, les veuves...Mes enfants ont reçu deux vélos, et ma fille a reçu plus de 200 euros. Didi nous a aussi aidé à construire notre maison.

Sa politique socialiste bénéficie aux plus pauvres dans cette région qui compte peu d’industries et où l’essentiel de la population est rurale. Mais ces aides sont aussi souvent détournées par les dirigeants locaux du TMC et cela créé un important ressentiment.

Nous avons soutenu ce parti depuis 10 ans mais nous n’avons jamais reçu les indemnisations promises après le typhon Amphan. Et quand on l’a réclamé, les membres du TMC nous ont battu. Alors pourquoi devrais-je encore voter pour eux  ?

Comme cette femme, des dizaines d’habitants du village de Anandupur veulent un changement. Et même s’ils sont musulmans, ils sont prêts à voter pour les nationalistes hindous du BJP, pour donner une leçon à ce parti sortant.

Narendra Modi, le véritable concurrent

Le BJP, encore absent de la politique régionale il y a dix ans, est le vrai concurrent dans cette course. Il fait campagne autour de la figure populaire de Narendra Modi, du développement des classes moyennes et en faveur des Hindous. Debashish Das, un Hindou de 31 ans, est militant local du BJP : 

Le Premier ministre du ndia, Narendra Modi,  s'adresse à une réunion publique avant les élections à l'Assemblée de l'Assam, à Bokakhat le 21 mars 2021.
Le Premier ministre du ndia, Narendra Modi, s'adresse à une réunion publique avant les élections à l'Assemblée de l'Assam, à Bokakhat le 21 mars 2021. Crédits : Biju Boro - AFP

Il n’y a pas de travail pour les personnes diplômées dans la région ! Alors que Narendra Modi, lui, il a apporté un vrai développement dans le reste du pays. il a aussi fait de l’Inde une nation puissante, avec une armée forte que nos ennemis craignent ! Et en plus, il met en place un Etat hindou, ce qui est une bonne chose.  

Moins d’un tiers de la population du Bengale-Occidental est musulmane, mais Suvendu Adhikari, candidat du BJP contre Mamata Banerjee, joue sur la peur pour rassembler la majorité hindoue.

Si vous l’élisez, cette circonscription sera un mini Pakistan et les terroristes islamistes pourront prospérer. Un gouvernement du BJP, lui, rétablira l’ordre comme Modi sait le faire.

Ce populisme résonne particulièrement chez les hindous des classes populaires récemment urbanisées, explique Sanjeeb Mukherjee, chercheur en sciences politiques à Calcutta : 

Beaucoup d’électeurs du BJP n’ont pas reçu d’éducation poussée, ils ont souffert de l’urbanisation galopante et de l’érosion des liens familiaux traditionnels. Ils sont donc déracinés et le BJP leur offre une identité refuge et une fierté : celle d’être hindou. Le parti canalise aussi leur colère en désignant un responsable de leur condition misérable : les musulmans. 

Cette politique de divisions a permis au BJP de ravir une grande partie des régions du nord de l’inde. Cela est plus difficile à réaliser au Bengale-Occidental, car les relations entre hindous et musulmans sont généralement harmonieuses, mais cet équilibre est fragile. 

Les résultats seront annoncés le 2 mai prochain.     

L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......