LE DIRECT
 "Seascape 1835-1840" de Joseph Mallord William Turner. Un visiteur observe ce tableau à l'occasion d'une rétrospective à la Fondation de l'Hermitage à Lausanne  en janvier 2019

La campagne brumeuse des européennes : témoignages de deux eurodéputés sortants

5 min
À retrouver dans l'émission

Seuls 4 électeurs sur 10 ont l'intention d'aller voter le 26 mai. Les candidats aux européennes peinent à mobiliser. La campagne plus tardive que d'habitude, l'atomisation des forces politiques et le changement de mode de scrutin n'aident en rien. Le reportage d'Anne Fauquembergue.

 "Seascape 1835-1840" de Joseph Mallord William Turner. Un visiteur observe ce tableau à l'occasion d'une rétrospective à la Fondation de l'Hermitage à Lausanne  en janvier 2019
"Seascape 1835-1840" de Joseph Mallord William Turner. Un visiteur observe ce tableau à l'occasion d'une rétrospective à la Fondation de l'Hermitage à Lausanne en janvier 2019 Crédits : LAURENT GILLIERON - Maxppp

A quinze jours du scrutin européen où 33 listes se verront s'affronter, les écuries politiques s'agitent. Les déplacements se multiplient mais dans les faits, cette campagne, peut-être plus que d'habitude, a du mal à prendre. 4 français sur 10 seulement se disent prêts à aller voter le 26 mai et les partis nationalistes semblent assurés de renforcer leur position.  Dans ce contexte, les eurodéputés sortants s'interrogent. Ceux qui, à droite comme à gauche, sont viscéralement attachés au projet européen depuis parfois 10 ans. Deux d'entre eux, Sylvie Guillaume pour la la liste PS-Place Publique et Arnaud Danjean pour Les Républicains nous ont livré leurs état d'âmes. Ils se représentent et sont entrés en campagne parfois dès l'automne sans toujours beaucoup audience. Le reportage d'Anne Fauquembergue

Sylvie Guillaume : « Quand Emmanuel Macron passe sept heures à parler à tout un tas de gens, nous n’avons pas de visibilité »

Sylvie Guillaume, deuxième sur la liste PS-Place Publique aux côtés de la tête de liste Raphaël Glucksmann le 6 mai 2019
Sylvie Guillaume, deuxième sur la liste PS-Place Publique aux côtés de la tête de liste Raphaël Glucksmann le 6 mai 2019 Crédits : Christophe Petit Tesson - Maxppp

Spécialiste des questions de migrations et du droit d'asile, Vice-présidente du Parlement européen, Sylvie Guillaume est eurodéputée depuis 2009. Elle s'est investie lors de son dernier mandat sur des sujets plus culturels en poussant par exemple avec son groupe S&D le triplement du budget Erasmus , le programme européen pour l’éducation, la jeunesse et le sport. Sylvie Guillaume a commencé sa campagne à l’automne 2018 mais la crise des gilets jaunes et le grand débat qui s’en est suivi a remisé en arrière plan les enjeux européens selon elle. Elle reconnaît toutefois qu’Emmanuel Macron n’est pas l'unique responsable du désintérêt des français pour cette campagne. L’Union européenne n’est "pas toute rose" concède-t-elle. C'est pourquoi, elle commence ses meetings par une forme d’autocritique : "il faut à la fois dire que c’est le bon espace et que tout n’est pas parfait donc qu’il faut continuer d’agir. Ensuite j’essaye de développer des arguments en ayant comme première intention celle du changement climatique car nous sommes dans une urgence absolue et à partir de cela on décline les propositions sur les différents secteurs". 

Arnaud Danjean : "le retour de la circonscription unique nous amène à nous déplacer sur tout le territoire national avec un vrai déficit de notoriété et de reconnaissance"

Arnaud Danjean (à gauche), troisième sur la liste LR aux côtés de la tête de liste François-Xavier Bellamy
Arnaud Danjean (à gauche), troisième sur la liste LR aux côtés de la tête de liste François-Xavier Bellamy Crédits : Vincent Isore - Maxppp

Arnaud Danjean est également élu au Parlement de Strasbourg depuis 2009. Il est particulièrement investi dans les questions de défense. Ancien fonctionnaire de la DGSE, la direction générale de la sécurité extérieure, il s'est beaucoup investi dans les questions de défense. Il a présidé de 2009 à 2014 la sous-commission sécurité et défense dont il est toujours membre. Par ailleurs, tout comme Sylvie Guillaume, il a représenté son groupe, le PPE à la Commission spéciale sur le terrorisme mise en place en septembre 2017 et qui a adopté son rapport le 12 décembre dernier au lendemain de l'attentat de Strasbourg. L'eurodéputé sortant se questionne également sur le désintérêt de ce scrutin et accuse le retour de la circonscription unique. Par ailleurs, il estime que les sujets de cette campagne sont devenus plus anxiogènes que les fois précédentes : "C'est le cas pour les sujets de migrations, de défense" explique-t-il. "Il y a aussi une urgence sociale notamment sur le travail détaché dans le secteur routier". 

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......