LE DIRECT
La ville de Porto Vecchio donne le coup d'envoi de cet automne des festivals des films politiques

La politique fait ses cinémas dans les territoires

4 min
À retrouver dans l'émission

Trois festivals du film politique sont organisés en France cet automne : à Porto-Vecchio, Rennes et Carcassonne. Portées par le succès de séries comme House of Cards ou Baron noir, les réalisations sur la politique se multiplient. Que nous apportent-elles ? De quoi sont-elles le reflet ?

La ville de Porto Vecchio donne le coup d'envoi de cet automne des festivals des films politiques
La ville de Porto Vecchio donne le coup d'envoi de cet automne des festivals des films politiques Crédits : PASCAL POCHARD CASABIANCA - AFP

Trois festivals du film politique s'invitent dans les territoires cet automne : à Porto Vecchio, Rennes et Carcassonne. Des festivals débutants qui illustrent le besoin de mieux comprendre le pouvoir et d'en débattre avec les citoyens. Présentation de ces festivals avec leurs organisateurs, par Anne Fauquembergue.  

Porto-Vecchio : le festival pionnier à la programmation resserrée

Le premier de ces festivals du film politique est né à Porto-Vecchio l'année dernière et propose donc sa deuxième édition du 25 au 28 octobre 2018. Neuf films sont en compétition : Faire la paix, de Marilyne Canto; Amare, Amaro, de Julien Paolini; Décapitalisation, de Pierre Zellner; Silvio et les autres, de Paolo Sorrentino; Un peuple et son roi, de Pierre Schoeller; les filles du soleil, d'Eva Husson; Utoya, d'Erik Poppe; L'union fait la force, de Céline Furher et Emmanuel Matte; Kursk, de Thomas Vinterberg. L'un des organisateurs, Vincent de Bernardi, explique la genèse de ce festival et comment il s'est enrichi pour la deuxième édition :

Ancien conseiller de Jean-Pierre Raffarin lorsqu'il était Premier ministre , Vincent de Bernardi est l'un des organisateurs du festival de Porto-Vecchio en Corse
Ancien conseiller de Jean-Pierre Raffarin lorsqu'il était Premier ministre , Vincent de Bernardi est l'un des organisateurs du festival de Porto-Vecchio en Corse Crédits : Anne Fauquembergue - Radio France
Écouter
5 min
"Nous ne sommes pas mécontents que d'autres suivent notre initiative"

Cette initiative vient d'abord d'une discussion entre amis. Nous avions constaté qu'il y avait une production importante de films politiques (...) Ce genre s'est développé au cours de ces dernières années de façon assez spectaculaire sans doute aussi un peu aidé par les séries politiques comme West Wing, Borgen, House of Cards évidemment....Elles ont aidé à faire aimer ce genre de cinéma qui oscille entre la chronique sociale, le destin personnel ou encore des films sur des conflits et l'exercice du pouvoir. 

Rennes : l'exercice du pouvoir à la loupe avec tous ceux qui le pratiquent ou l'observent 

Un an après Porto-Vecchio, Politikos, un autre festival, s'implante à Rennes du 1er au 4 novembre 2018. Douze films documentaires et de fictions sont en compétition. Le Président du festival, Jean-Michel Djian, estime que "le film politique a ceci de vertueux qu'il invite à réfléchir sur notre sort de citoyen comme sur le devenir d'un monde sans frontières où partout, les appétits de pouvoir s'aiguisent en direct sur les chaînes d'information continue et les réseaux sociaux." C'est pourquoi, chaque film sera systématiquement suivi d'un débat entre femmes et hommes politiques mais aussi avec les observateurs du pouvoir, à savoir les journalistes. Il s'agit de redonner de la perspective à l'exercice du pouvoir explique Jean-Michel Djian :

Jean-Michel Djian
Jean-Michel Djian Crédits : Anaïs Ysebaert - Radio France
Écouter
2 min
"Il y a une demande de compréhension de l'exercice du pouvoir "

Trois festivals en France, c'est bien peu alors qu'il existe 257 festivals du livre (...). Le cinéma est la meilleure porte d'entrée pour comprendre les mécanismes du pouvoir parce que des réalisateurs judicieux sont capables de nous dire ce que nous ne voulons pas entendre grâce à leur travail artistique d'interprétation.

Pierre Schoeller fait partie de ces réalisateurs qui ont choisi le pouvoir comme sujet de film. Sorti en 2011, l'Exercice de l'Etat représente par exemple la course d'obstacles d'un ministre censé mener une réforme des transports. Il ressemblait à un ministre d'ouverture du premier gouvernement Fillon en 2007. Pour autant, le réalisateur estime qu'il ne fait pas de film politique mais des films en "compagnie de la politique" :

Pierre Schoeller à Cannes en 2012 après avoir reçu le Prix France Culture révélation
Pierre Schoeller à Cannes en 2012 après avoir reçu le Prix France Culture révélation Crédits : Loic Venance - AFP
Écouter
4 min
"Le cinéma est d'abord une histoire de langage et de représentation. Ce n'est pas un geste politique"

Carcassonne : l'événement transgénérationnel qui inclut les scolaires

Le dernier né de ces événements cinématographiques est le festival international du film politique de Carcassonne. Ce festival dont la sélection des 12 films sera dévoilé le 14 novembre prochain est parrainé par Costa Gravas. C’est l’association Regard caméra, créatrice et déjà porteuse depuis 2015 d'un festival international du film de fiction historique, qui est à l’origine de cet événement. Etienne Garcia est le délégué général du festival et il a tenu à faire participer les écoles de la commune. Les classes de CM1/CM2 viendront au festival voir Parvana, une enfance en Afghanistan, réalisé par Nora Twomey. Les lycéens visionneront Democracy, de David Bernet, sur le processus législatif européen et les collégiens 16 levers de soleil, de Pierre-Emmanuel Le Goff, avec Thomas Pesquet. Un jury de collégiens sera également constitué et fera l'objet d'un dispositif d'éducation à l'image rapproché explique Etienne Garcia

Etienne Garcia est le directeur général du festival international du film de Carcassonne
Etienne Garcia est le directeur général du festival international du film de Carcassonne Crédits : Henzo Lefèvre
Écouter
2 min
"Nous avons choisi comme fil rouge les régimes politiques avec une programmation spécifique pour les scolaires"

Ces trois festivals sont largement subventionnés par les collectivités locales et les budgets vont de 150 000 euros à Porto Vecchio à 200 000 euros pour Carcassonne et 520 000 euros pour Rennes. 

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......