LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Paddy Meehan a toujours habité à la frontière entre les deux Irlandes. Aujourd'hui, elle est invisible. Il y a 30 ans, c'était une ligne de front.

Brexit : bientôt une frontière européenne entre les deux Irlandes ?

4 min
À retrouver dans l'émission

La frontière extérieure de l'Europe risque de passer un jour au beau milieu de l'Irlande, séparant l'Irlande du Nord, faisant partie du Royaume-Uni, de la République d'Irlande, au sein de l'UE. C'est ce qui arrivera certainement si le Brexit devait se conclure sans accord le 29 mars. Reportage.

Paddy Meehan a toujours habité à la frontière entre les deux Irlandes. Aujourd'hui, elle est invisible. Il y a 30 ans, c'était une ligne de front.
Paddy Meehan a toujours habité à la frontière entre les deux Irlandes. Aujourd'hui, elle est invisible. Il y a 30 ans, c'était une ligne de front. Crédits : Eric Biegala - Radio France

Pour le moment, sur les routes irlandaises, on passe du Royaume-Uni en république d'Irlande sans pratiquement s'en apercevoir.

Pourtant, il y a déjà bel et bien une frontière entre les deux Irlandes, martèle Lee Reynolds. Le directeur politique du DUP, le parti Démocrate Unioniste d'Irlande du Nord, allié clef des conservateurs britanniques, était également celui qui a piloté la campagne en faveur du Brexit en Irlande du Nord.

La frontière existe ! Dire qu'il n'y a pas de frontière est tout simplement faux ! Simplement, il n'y a pas d'infrastructure matérielle...

Le problème pour Lee Reynolds est que l'accord de divorce actuellement signé par Londres et Bruxelles et qui peine a être ratifié par le Parlement britannique prévoit des inspections douanières qui pourraient être conduites non pas entre l'Irlande du Nord et la république d'Irlande, mais en Angleterre même pour des biens venus d'Irlande.

Alors que rien ne peut être fait ou dit pour contrevenir aux intérêts du marché unique européen, le marché unique britannique, lui, serait parfaitement négociable ! Résultat : l'accord en cours nous éjecte, nous les Nord-Irlandais, de l'union douanière britannique !              
Lee Reynolds

Reste que la réactivation d'une frontière matérielle en Irlande ne poserait pas que des problèmes douaniers. D'autant que durant trente ans la limite entre les deux Irlandes s'est parfois transformée en une quasi ligne de front. C'était l'époque des "troubles", comme on dit pudiquement.

Sur la route, rien n'indique que l'on change de pays à part la limitation de vitesse en milles au lieu des kilomètres... et les ruines de l'ancien poste de douane britannique.
Sur la route, rien n'indique que l'on change de pays à part la limitation de vitesse en milles au lieu des kilomètres... et les ruines de l'ancien poste de douane britannique. Crédits : Eric Biegala - Radio France

Depuis la cuisine de Betty Meehan, dans le comté de Monaghan, en République d'Irlande, on distingue, au bout de la route enneigée quelques arbres et une vague bâtisse au loin : c'est le début de l'Irlande du Nord... La limite entre les deux Irlandes est invisible.

Oui, c'est invisible aujourd'hui mais avant ça ne l'était pas : d'ici, on voyait un grand mirador... Quand les Britanniques voulaient interdire une route, ils la dynamitaient et on a même reçu sur la maison les pierres d'une de ces explosions ! En fait je crains vraiment qu'on se retrouve avec une frontière matérielle, avec douane et tout le chambard comme avant : ça nous prenait une heure et demi pour simplement aller à Rosslea... à moins d'un mille d'ici !          
Betty Meehan

Sur la route de Rosslea, en passant devant la ruine d'un ancien poste de douane britannique, Patrick, le mari de Betty, explique qu'en cas de retour d'une frontière il leur faudra sans doute passer, comme avant, la douane pour aller à l'église le dimanche.

Un retour des "troubles", de la violence, c'est un autre problème... C'est peu probable, mais ça reste possible : quand on créé une frontière, une ligne de séparation, on divise les communautés et il faut s'attendre à ce que la division entraîne ce genre de chose.                    
Patrick Meehan

En fait c'est peut-être bien le vote pour ou contre le Brexit, il y a deux ans, qui a d'une certaine manière rallumé le feu de la division... C'est en tout cas l'opinion de Jane Morrice qui a participé à la rédaction des accords de paix entre les deux communautés en 1998, les accords dits du Vendredi Saint : "le Brexit a servi à re-diviser les gens ; les Irlandais nationalistes voulaient rester en Europe et les Unionistes voulaient la quitter".

Mais le pire n'est pas forcément certain, d'autant que les Nord-Irlandais disposent d'une manière très simple de s'affranchir d'une possible future frontière sur leur île explique encore Jane Morrice : "L'accord de paix du Vendredi Saint nous a donné le droit d'être Britanniques et Irlandais en même temps... Juste avant le référendum j'ai donc demandé un passeport irlandais. On a le droit en Irlande du Nord de rester européens". En 2018, 85 000 citoyens britanniques d'Irlande du nord ont fait une demande de passeport irlandais.

L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......