LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
A Stains, le béton de cette tour bientôt démolie sera réemployé

Donner une seconde vie au béton

4 min
À retrouver dans l'émission

Le projet de loi sur l'économie circulaire actuellement discuté vise entre autres à responsabiliser les acteurs du bâtiment. Le secteur produit 46 millions de tonnes de déchets par an. Comment transformer en ressources les matériaux issus des démolitions ? Reportage à Stains, en Seine-Saint-Denis.

A Stains, le béton de cette tour bientôt démolie sera réemployé
A Stains, le béton de cette tour bientôt démolie sera réemployé Crédits : Catherine Petillon - Radio France

En plein coeur de Stains, l’ancienne tour HLM du quartier du Clos-Saint-Lazare a cédé la place à des jardinières, des bancs et des allées pavées…La particularité de ces aménagements : ils sont réalisés à partir de béton issu des bâtiments démolis. Ces prototypes ont été conçus dans le cadre d'une initiative lancée en 2016 à l'occasion du programme de rénovation urbaine. Car à cette occasion, le bailleur social renouvelle une grande partie de son patrimoine. "Devant ces démolitions et reconstructions, la question des déchets s'impose à nous. La réglementation évolue, et la question du recyclage se pose pour améliorer notre bilan carbone et notre empreinte sur le territoire", explique Lucas Colombies, en charge de l’innovation sociale chez Seine-Saint-Denis Habitat . 

Jusqu'à présent, le béton était évacué vers un centre de tri, et des matériaux neufs étaient achetés pour reconstruire. L'idée du réemploi, c'est que le béton ne soit pas juste recyclé, mais qu'il ait une seconde vie. Et sur place. Autrement dit, de ne plus le considérer comme un déchet, mais comme une ressource. C'est l'approche que défend l'association Bellastock qui accompagne ce projet. "On a déjà sur place la matière suffisante pour imaginer se fournir en revêtement de soln en maçonnerie paysagère et même en matériaux de construction, souligne Mathilde Billet. Ce qu'on étudie dans un premier temps, c'est la capacité de l'opération à être répliquée. Car des opérations de rénovation urbaine il y en a beaucoup et ce sont des logements construits tous s à la même époque avec le même type de béton et le même type de procéder". C'est donc l'occasion de mettre en place des choses réplicables.

Le réemploi a des avantages économiques et écologiques  : moins de ressources extraites, moins d’émissions de CO2 pour transformer ou transporter, le béton, moins de déchet mis en décharge. Mais la pratique n'est en qu'à ses débuts : "rien ne l'empêche, mais rien de l'encourage vraiment non plus", estime Lucas Colombies. D'où l'intérêt d'expérimenter . "Dans le droit de la construction l'utilisation du produit de construction en réemploi n'est pas assurée ; c'est donc l'occasion de prouver que techniquement c'est possible", poursuit-il . Les prototypes ont aussi permis de rassurer les acteurs, comme les gestionnaires d'immeuble. Et de sensibiliser les habitants au réemploi. "Et de leur expliquer que ce sont des bâtiments avec les mêmes qualités mais juste avec un produit de construction différent".

Développer l'emploi local

L'autre dimension du réemploi, c'est son impact social. Notamment via la création d'emplois locaux, voire hyper locaux. Puisque le béton est amené à être traité à 300 mètres de là où il est détruit.  Un travail a donc été mené avec la régie de quartier pour identifier les compétences nécessaires et former les habitants. Plaine Commune, l'établissement public territorial auquel appartient Stains est particulièrement attentive à cette dimension.

Ce travail s'inscrit d'ailleurs dans un projet politique plus large mené sur les neuf villes de Plaine commune.  Sous le nom de "métabolisme urbain", il consiste à construire et développer des filières porteuses d’économie circulaire dans le BTP. Avec le béton donc, mais aussi d'autres filière comme le bois par exemple. A Stains, la tour T6 sera bientôt démolie. Son béton devrait être réemployé dans le cadre des prochaines installations 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......