LE DIRECT
Un employé du train de nuit à la porte avant le départ du train Nightjet de Vienne vers Berlin, en février 2019.

L'Autriche parie sur le train de nuit

4 min
À retrouver dans l'émission

La compagnie nationale autrichienne ÖBB développe son réseau depuis 2016 et est aujourd’hui leader en Europe. Et cela fonctionne : plus d’1 million 400 000 passagers les empruntent chaque année. Notre correspondante a embarqué à bord de l’un de ces trains.

Un employé du train de nuit à la porte avant le départ du train Nightjet de Vienne vers Berlin, en février 2019.
Un employé du train de nuit à la porte avant le départ du train Nightjet de Vienne vers Berlin, en février 2019. Crédits : Alex Halada - AFP

Le train de nuit peut-il être une alternative à l’avion ? Abandonné un peu partout en Europe ces dernières années, l’Autriche, elle, y croit. La compagnie nationale ÖBB développe son réseau depuis 2016 et est désormais leader dans l’offre de trains de nuits à travers l’Europe, avec 26 lignes, qu’elle opère seule ou en partenariat. Et cela fonctionne : plus d’1 million 400 000 passagers les empruntent chaque année. Reportage de notre correspondante, Isaure Hiace.

"Voyager de nuit, c'est un peu une aventure"

Plus long et souvent plus cher que l’avion, le train de nuit Vienne-Rome est pourtant quasiment plein ce soir là. Katka, une mère de famille tchèque qui voyage avec sa fille de 15 mois, avoue ne pas avoir hésité longtemps :

C’est le meilleur moyen lorsque l’on voyage avec de jeunes enfants car ils peuvent s’asseoir dans des sièges adaptés. Et c’est plus pratique car vous le voyez, ma fille a besoin de bouger tout le temps.

A quelques mètres de là, Alfredo a opté pour le wagon-couchette, où il dormira cette nuit à côté d’inconnus. C’est l’une des trois options proposées dans ce train, avec les places assises et les cabines de 1 à 3 places. Cet Italien vivant en Autriche fait régulièrement l’aller-retour entre les deux pays, presque toujours en train de nuit, un mode de transport plus agréable selon lui.

J'aime beaucoup voyager de nuit. C'est un peu une aventure. Il faut être à l'aise avec son propre temps. Parce que l'on est seul, souvent, c'est la nuit, donc si l'on aime se relaxer, lire, penser, c'est une expérience assez agréable. Même dans l'histoire de la littérature, quand le train a été inventé, c'était génial pour les gens de voyager en lisant. Parce que cela met en marche toutes les associations donc c'est un plaisir.

Un tiers des voyageurs tentés par l'avantage environnemental

Selon la compagnie autrichienne ÖBB, près d’un tiers des voyageurs des trains de nuit choisissent ce mode de transport pour des raisons environnementales. C’est le cas de Philippe et Ingrid, un couple franco-autrichien, habitué de l’ancienne ligne nocturne Vienne-Paris. Ils reprennent ce soir le train de nuit pour la première fois depuis quinze ans :

Tout le monde est conscient que prendre l'avion n'est pas forcément une solution très 'écologique'. Et avec le train, on économise des émissions de carbone.            
Pour les gens, s'il y a du confort, c'est vraiment une alternative par rapport à l'avion. Et s'il existait un train de nuit entre Vienne et Paris, nous le prendrions. En plus, cela nous laisserait des souvenirs !

Le "nightjet" entre Vienne et Berlin, le 27 février 2019.
Le "nightjet" entre Vienne et Berlin, le 27 février 2019. Crédits : Alex Halada - AFP

ÖBB développe son réseau depuis 2016, année où elle rachète à un prix bon marché la division trains de nuit de son homologue allemand, la Deutsche Bahn. Une décision qui semblait surprenante à l’époque, alors que le reste de l’Europe délaissait les lignes nocturnes mais aujourd’hui, c’est un succès affirme Kurt Bauer, responsable des grandes lignes pour ÖBB.

Nous proposons un produit de haute qualité que les gens sont prêts à acheter. Nous le voyons grâce aux chiffres : rien que cette année, nous avons eu une augmentation de 10% de la demande ! C'est un marché de niche et cela le restera vraisemblablement mais les trains de nuit représentent 16 à 18% du chiffre d'affaire de nos grandes lignes. C’est donc déjà une proportion importante.

Le train de nuit pose de très nombreux défis, financiers et logistiques notamment, mais les ONG sont persuadées que c’est une solution d’avenir. Mira Kapfinger est l’une des fondatrices de Stay Grounded, réseau mondial d’associations qui défend des moyens de transports alternatifs à l’avion :

Le trafic aérien jouit de nombreux privilèges injustes : le kérosène, par exemple, n’est pas taxé en tant que carburant. Mais l'exemple autrichien montre que les trains de nuit peuvent très bien fonctionner et qu'il y a de nouveau une demande. A l'avenir, cela se développera encore davantage car les gens se rendent compte aujourd’hui que la crise climatique est le problème le plus urgent et que nous devons agir maintenant pour changer cela.

ÖBB a d’ores et déjà annoncé le lancement de deux nouvelles lignes l’an prochain : Vienne-Bruxelles, en janvier, suivie en décembre de Vienne-Amsterdam.

L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......