LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le siège de La Gazette ariégeoise se situe au domaine de Ruffié, à Foix, au bord de la rivière Arget.

La Gazette ariégeoise : une presse de territoire au coeur des Pyrénées

4 min
À retrouver dans l'émission

La Gazette ariégeoise, située à Foix, préfecture de l'Ariège dans les Pyrénées, est un journal de presse hebdomadaire, profondément ancré dans le territoire. Reportage au sein de cette rédaction, très proche de ses lecteurs.

Le siège de La Gazette ariégeoise se situe au domaine de Ruffié, à Foix, au bord de la rivière Arget.
Le siège de La Gazette ariégeoise se situe au domaine de Ruffié, à Foix, au bord de la rivière Arget. Crédits : Laurence Méride - Radio France

C'est dans les kiosques de la commune de Foix que l'on peut dénicher un exemplaire de La Gazette ariégeoise, un titre de presse hebdomadaire régionale (PHR) dans les Pyrénées ariégeoises. 

À l'écart du centre-ville de la préfecture de l'Ariège, au domaine de Ruffié, un chemin en contrebas et l'Arget, une rivière qui coule sous un pont sépare la bâtisse en pierre qui abrite la gazette ariégeoise du reste du département. Repris il y a trente ans par la fille de l'ancien propriétaire, 4 200 exemplaires du titre de presse sont tirés chaque vendredi.  

Pour se rendre à la rédaction, il faut compter 3 minutes en voiture du centre-ville de Foix.
Pour se rendre à la rédaction, il faut compter 3 minutes en voiture du centre-ville de Foix. Crédits : Laurence Méride - Radio France

"Parfois, j'ai l'impression d'être le dernier des Mohicans", confie Cécile Dupont. La rédactrice en chef de la gazette explique qu'il est de plus en plus rare en France de trouver un titre de presse hebdomadaire, imprimé, dans une région si reculée et de surcroît dirigé par une femme. 153 000 habitants peuplent l'Ariège, que Cécile Dupont désigne comme "un refuge sauvage et authentique.

Journaliste dans un titre local : un travail d'artisan

À la Gazette, les trois journalistes de la rédaction sont multifonctions. À la fois, reporter-rédacteur, standardiste et formateur. "Ce qui est agréable, c'est la liberté avec laquelle Cécile me permet de travailler. Écrire pour un hebdomadaire sur un terrain que vous connaissez, vous donne la possibilité de proposer des sujets en ayant le temps de vous informer réellement dessus, de prendre plaisir à rédiger et de toucher les lecteurs pour lesquelles vous écrivez", souligne Didier Laguerre, correspondant et dessinateur à La Gazette. 

A La Gazette, les conférences de rédaction sont spontanées. Une idée surgit et tout le monde tend l'oreille.
A La Gazette, les conférences de rédaction sont spontanées. Une idée surgit et tout le monde tend l'oreille. Crédits : Laurence Méride - Radio France

"À partir du moment où, après la lecture des 24 pages, nos abonnés estiment qu'ils sont informés et qu'ils ont apprécié la lecture, notre travail est accompli", affirme la rédactrice en chef. Au programme de la gazette ce vendredi 27 août : un dessin sur les touristes qui polluent la montagne de leurs déchets, les modalités de la rentrée scolaire ou encore un état des lieux de la pandémie de Covid-19 dans le département. 

La Gazette compte plus de 4000 abonnés.
La Gazette compte plus de 4000 abonnés. Crédits : Laurence Méride - Radio France

Et les abonnés, les responsables politiques, les acteurs de l'Ariège, ne se retiennent pas pour donner leur avis sur les publications des journalistes de la Gazette : "Que cela se passe en Afghanistan, à Ax-les-Thermes ou à Issy-les-Moulineaux, c'est pareil. Ce sont des gens, des histoires humaines et des choses que l'on raconte comme ça. Après, ce sont de petites villes, tout le monde se connaît : quand j'ai un papier qui sort le vendredi matin dans la gazette, et que je vais faire mon marché à Foix, je peux tout à fait tomber de suite sur les gens dont j'ai parlé dans le journal et qui vont réagir tout de suite au papier que j'ai écrit. Ou je vais aller faire mes courses au supermarché et faire un debriefing du journal au bac à surgelés", raconte Antoine Cochet, journaliste.

Malgré les connivences politiques souvent reprochées à la presse locale, le père de famille ajoute qu'il est important de garder du recul, conserver une certaine distance, bien qu'il soit parfois tentant de la réduire.  

Martine, la maquettiste, doit boucler la maquette du journal le mardi soir. Le mercredi, elle est envoyée en Espagne pour impression.
Martine, la maquettiste, doit boucler la maquette du journal le mardi soir. Le mercredi, elle est envoyée en Espagne pour impression. Crédits : Laurence Méride - Radio France

Au marché de Foix, les critiques des habitants sont dithyrambiques. "C'est un bon condensé de ce qu'il y a dans La Dépêche du Midi - le journal de presse régionale (NDLR). On y trouve l'essentiel", dit le coiffeur. "À chaque fois que j'ai été interviewé, j'ai retrouvé ce que j'avais dit mot pour mot et j'étais très content. C'est un bon panorama pour prendre le pouls de la population", avoue un ancien élu. "Je feuillette les annonces légales pour me tenir au courant des acquisitions commerciales", explique le cafetier.

Un journal d'annonces légales

“Dans l’Ariège libérée, il manquait jusqu’à cette heure, un journal d’annonces légales, qui pourrait dans le même temps publier les nouveaux textes législatifs d’intérêt général et donner enfin un tableau complet de la vie judiciaire. Ce journal est né”. Voilà ce que l'on peut lire sur le site web de l'hebdomadaire, voici d'où vient la Gazette ariégeoise : jusqu'en 1989, c'est un quatre-pages d'annonces légales. En mai de cette même année, il est repris par l'Ariégeois d'origine Jean-Félix Dupont, alors routeur de presse à Paris. Surnommé, "la vieille dame digne", il devient le premier hebdomadaire ariégeois en terme de diffusion payante.

Les archives de la Gazette ariégeoise depuis que la rédactrice en chef Cécile Dupont en a repris "le commandement".
Les archives de la Gazette ariégeoise depuis que la rédactrice en chef Cécile Dupont en a repris "le commandement". Crédits : Laurence Méride - Radio France

C'est en 1996, que sa fille, Cécile, devient "la capitaine" du navire, dit-elle. "J'ai aimé ça. J'ai toujours aimé écrire, je fais de la photographie. C'est un hasard et en même temps pas du tout. Nous faisons le lien entre la population et l'information."

Aux annonces légales, qui sont le coeur du métier, s’ajoutent des pages économie grand public, qui font la part belle aux portraits d’entrepreneurs ariégeois, et des rubriques régulières qui viennent fidéliser un lectorat attaché à son "pays", à sa culture et à son identité.

Cécile Dupont persiste et signe, son journal évolue dans une région reculée de la France mais il n'est pas isolé pour autant. La rédactrice en chef et son équipe tendent toujours à se développer : dans la recherche de sujets innovants, le passage à la couleur pour le papier, une diffusion sur le print et sur le web, le recrutement de jeunes stagiaires ou encore, la publication des hors-séries gratuits comme le magazine estival.  

75 ans après sa création, la Gazette Ariégeoise est l’un des rares titres de France a être dirigé par une femme, et à être complètement indépendant.
75 ans après sa création, la Gazette Ariégeoise est l’un des rares titres de France a être dirigé par une femme, et à être complètement indépendant. Crédits : Laurence Méride - Radio France

Le titre s’adapte à son temps, aux évolutions du lectorat, il est devenu un "hebdomadaire de territoire" et revendique une "information sourcée, honnête, soignée. Un travail d’artisan en quelque sorte au service de l’information et de son territoire."

L'équipe
Journaliste
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......