LE DIRECT
Paysage de désolation à Phoenix (Oregon), le 13 septembre 2020, après les violents incendies qui ont ravagé le nord-ouest des Etats-Unis.

Incendies dans l'Oregon : "Ça ressemble à l’apocalypse"

4 min
À retrouver dans l'émission

Les incendies font toujours rage sur la côte Ouest des Etats-Unis. Déjà 35 morts depuis le début de l’été, 2 millions d’hectares parties en fumée. Reportage de Benjamin Illy dans le sud de l’Oregon, à Phoenix, au plus près des zones dévastées, et à la rencontre des sinistrés…traumatisés.

Paysage de désolation à Phoenix (Oregon), le 13 septembre 2020, après les violents incendies qui ont ravagé le nord-ouest des Etats-Unis.
Paysage de désolation à Phoenix (Oregon), le 13 septembre 2020, après les violents incendies qui ont ravagé le nord-ouest des Etats-Unis. Crédits : Benjamin Illy - Radio France

L'Amérique brûle toujours. Plus de deux millions d'hectares de végétation ont déjà été consumés depuis la mi-août de la frontière canadienne à celle du Mexique. Le bilan s'élève à 35 morts et risque encore de s'alourdir. A travers la Californie, au total, 27 incendies sont toujours en cours. Ils ont déjà fait 25 morts depuis la mi-août et mobilisaient mardi plus de 16 600 pompiers. 

A Phoenix, dans l'Oregon, des milliers de bâtiments ont été rayés de la carte. Phoenix, 5 000 habitants, ville sous cloche, bouclée par la police, normalement interdite d’accès.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En bord de route, à quelques kilomètres de la ville meurtrie, des bénévoles distribuent des vêtements, des produits d’hygiènes, des jouets pour les enfants, tout ce qui manque aux évacués partis sans se retourner pour fuir le brasier. Certains craquent, à bout de nerfs, épuisés, diminués par les fumée des incendies, toujours là, irritantes, compactes, tenaces. Melissa témoigne : 

J’ai 47 ans. Quand j’ai vu le feu, je me suis précipitée chez moi et j’ai dit aux voisins de faire leur bagages et de partir. La fumée était si épaisse derrière ma maison, j’ai compris que le feu était juste là. Tout ce que j’avais, c’était une petite lampe de poche. J’ai emporté quelques affaires, je voulais en prendre plus mais je n’arrivais plus à respirer. Les cendres tombaient partout et j’ai compris que si je retournais dans ma maison je ne pourrais plus en sortir. Et j’ai tout perdu.                          
J’ai eu dix minutes pour m’échapper. J'ai sauvé mon chat et ma vie. Les affaires de ma fille quand elle était bébé, sa couverture, tout ce qui me tenait à cœur, je l’ai perdu. Je pense que ma maison a brûlé en trente minutes. Je suis dévastée, choquée. Je pleure et la minute d’après je suis en colère. Tous les matins, je me réveille en espérant que ce soit un mauvais rêve. [Question : le soleil est rouge dans le ciel, l'air mauvais pour la santé, c'est oppressant] C’est effrayant ! On ne se sent en sécurité nulle part… ça ressemble à l’apocalypse.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Tout n'est que cendres, comme une zone de guerre"

Tim ajoute : 

J’ai des employés qui ont perdu leur maison à Phoenix. Là-bas, il ne reste rien, c’est une totale dévastation. Il y a tellement de pertes, ça va prendre des années pour reconstruire. Il faudra bien cinq ans pour que ça revienne à la normale. Je vis ici depuis vingt ans et il y a des bâtiments méconnaissables. Tout n’est que cendres. Ici, c’était un centre commercial, tout ce qui n’était pas en métal a disparu.            
Il y avait tellement de vent le jour de l’incendie, le feu sautait d’un bâtiment à l’autre et il changeait de direction.            
C’est comme une zone de guerre ici : il ne reste rien. Le pare prise de cette voiture a fondu.

Dans la ville de Phoenix dévastée par le feu.
Dans la ville de Phoenix dévastée par le feu. Crédits : Benjamin Illy - Radio France

Et pour Carolyn, 75 ans, elle aussi victime des flammes :

Il se trompe !! Trump se trompe sur tellement de choses. Si j’ai bien compris, il estime que les forêts n’ont pas été nettoyés. Trump dit qu’il faut donner un coup de balai dans les forêts ! Mais comment vous voulez faire ça ? !          
[Question : vous attendez quoi de lui ?] Un peu de considération ! Je pense qu’il n’a aucune empathie ou compassion envers nous. C’est un homme horrible et il traite les gens d’une façon horrible. Ce qui nous arrive ne devrait pas être politisé, les gens sont à la rue ! C’est horrible !

Le traumatisme est collectif dans la région de Phoenix, et plus globalement dans cet Etat où plus de 40 000 personnes ont été déjà été évacuées, 500 000 sont susceptibles de l’être. Car l’Oregon n’a pas fini de brûler.

L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......