LE DIRECT
Table de participants à la conférence citoyenne régionale pour les jeunes d'Aix en Provence les 22 et 23 mars 2019

Les "facilitateurs" bénévoles du Grand Débat National sont prêts à continuer

4 min
À retrouver dans l'émission

Dans l'attente des conclusions du gouvernement sur les propositions du grand débat, une chose est sûre, cet exercice inédit a fait naître de l'envie pour de nouvelles pratiques démocratiques. Une envie qui repose sur des centaines de bénévoles qui ont été les "facilitateurs" du grand débat.

Table de participants à la conférence citoyenne régionale pour les jeunes d'Aix en Provence les 22 et 23 mars 2019
Table de participants à la conférence citoyenne régionale pour les jeunes d'Aix en Provence les 22 et 23 mars 2019 Crédits : Anne Fauquembergue - Radio France

Avant la restitution des contributions des Français au grand débat par le gouvernement en début de semaine prochaine, les quatre thèmes de la consultation nationale seront discutés par les députés mardi 2 et mercredi 3 avril à l'Assemblée nationale.  L'exécutif s'est donné jusqu'à la mi-avril pour décider de l'avenir de toutes les propositions exposées ces trois derniers mois. C'est tout l'enjeu désormais même si, dès à présent, cet exercice inédit de part son ampleur a fait émerger l'envie de nouvelles pratiques démocratiques. Une envie qui repose sur plusieurs centaines de bénévoles. Ils sont issus de la médiation, de la "facilitation" ou encore des sciences humaines et se sont portés volontaires pour faire "circuler" la parole des Français. C'est un reportage d'Anne Fauquembergue.

Plusieurs réseaux mobilisés par la Mission du grand débat

La mission du grand débat a eu besoin de "facilitateurs" pour animer une partie des 10 000 réunions d'initiatives locales (RIL) et les 19 conférences citoyennes régionales, ces réunions d'un jour et demi qui ont réuni des citoyens tirés au sort. Plusieurs réseaux se sont portés volontaires pour venir en soutien à cet exercice d'une ampleur inédite. Dès le mois de décembre, la Présidente de la Compagnie Nationale Des Commissaires Enquêteurs, Brigitte Chalopin, avait proposé ses services à Chantal Jouanno qui devait initialement mener ce grand débat pour la Commission Nationale du Débat Public, la CNDP qui a également mobilisé ses garants.  L'Institut de la concertation et de la participation citoyenne a aussi contribué tout comme l'Association Nationale des Médiateurs (ANM). Enfin, 190 étudiants issus des Juniors Entreprises, ces associations d'étudiants des grandes écoles et des universités ont tenu des stands de proximité dans les lieux publics. "L'appel à volontariat a été extrêmement fructueux" explique l'une des responsables de la Mission du grand débat Gaëtane Ricard-Nihoul : "Cela montre qu'il y a dans ce pays une motivation à créer les bonnes conditions d'un débat citoyen et qu'il y a surtout énormément de compétences. C'est rassurant pour l'avenir de nos Démocraties." 

Deux exemples de bénévoles au profil différent 

Parmi ces "facilitateurs" du grand débat, Capucine Mezeix s'est portée volontaire. Âgée de 35 ans, docteure en sciences de l'éducation, elle a créé il y a 4 ans son auto-entreprise en facilitation et intelligence collective. 

"Cette idée est née petit à petit de mes réflexions autour de la dynamique de groupe et de pratique politique alternative. J'ai habité notamment habité au Danemark dans un "kollective", un type d'habitat entre colocation et communauté, avec une pratique au quotidien de la discussion démocratique. Mon expérience des mouvements étudiants, notamment le CPE m'a également marquée. Dans les assemblées générales, les dynamiques de pouvoir et de domination étaient très fortes et seuls les plus à l'aise et les plus aguerris étaient écoutés" raconte cette féministe qui considère que "si on laisse faire les choses "naturellement" ce sont les hommes qui prennent la parole, les décisions, le pouvoir et que toute la société en pâtit". Capucine Mezeix 

Elle détaille ci-dessous ses méthodes de travail :

Capucine Mezeix a créée son auto-entreprise de facilitation et intelligence collective en 2016
Capucine Mezeix a créée son auto-entreprise de facilitation et intelligence collective en 2016 Crédits : Capucine Mezeix
Écouter
3 min
Capucine Mezeix : ce sont des techniques qui viennent de la sociocratie. Mon rôle est de créer un cadre relationnel sécurisant pour chacun"

Parmi les bénévoles du grand débat, il y avait environ 200 médiateurs de l'Association Nationale des Médiateurs (ANM). L'organisation, qui a été créée il y a 25 ans dans le sillage de la loi de 1995 sur la médiation, a animé 260 réunions d'initiatives locales et a fourni 30 "facilitateurs" pour les conférences citoyennes régionales. Le Président de l'ANM, Didier Morfoisse a lui-même animé deux RIL à Comines à la frontière franco-belge et à Sceaux en région parisienne. Âgé de 64 ans, il est issu des ressources humaines. Il a tiré de nombreux enseignements des réunions publiques que son association a animé. Didier Morfoisse les a partagés le jeudi 21 mars auprès des 5 garants du grand débat qui l'ont auditionné :

Didier Morfoisse est le Président de l'ANM, l'Association National des Médiateurs et souhaite continuer à se mettre au service du débat citoyen
Didier Morfoisse est le Président de l'ANM, l'Association National des Médiateurs et souhaite continuer à se mettre au service du débat citoyen Crédits : Didier Morfoisse
Écouter
3 min
Didier Morfoisse : "ce qui m'a surpris, c'est la qualité des échanges, ce n'était pas la réinvention du bistrot qui a disparu dans le village"

.

Crédits : Visactu
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......