LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L’Orchestre National en pleine répétition de Schumann, mercredi 16 février 2020, dans l’Auditorium de Radio France.

Orchestres de Radio France : une rentrée 2020 sous le signe de la crise sanitaire

4 min
À retrouver dans l'émission

Comme tous les ensembles musicaux français, les quatre formations musicales de Radio France ont subi de plein fouet la crise sanitaire. Ce jeudi, les orchestres font leur rentrée, placée sous un protocole sanitaire strict.

L’Orchestre National en pleine répétition de Schumann, mercredi 16 février 2020, dans l’Auditorium de Radio France.
L’Orchestre National en pleine répétition de Schumann, mercredi 16 février 2020, dans l’Auditorium de Radio France. Crédits : Sarah D'hers - Radio France

Dans l'auditorium de Radio France, l'Orchestre National enchaîne les répétitions. Au programme, Richard Strauss et Robert Schumann. Parmi les instrumentistes à cordes et à vents, Mathilde Lebert, premier hautbois solo, a les yeux qui brillent : 

Je suis très excitée de retrouver le chemin de la Maison de la Radio. Etant instrumentiste à vents, j'ai peu joué entre mars et juillet. Personnellement, j'ai la chance de pouvoir enlever mon masque pour jouer, je n'ai pas le choix il faut que je le retire.

Ce n'est pas le cas d'Arno Madoni, violoniste de l'Orchestre Philharmonique de Radio France, obligé d'être masqué :

Etre masqué, cela change tous nos repères quand on se parle, quand on doit échanger une information à propos de l'archet entre nous. On ne s'entend pas de la même façon. Il y a aussi une perte de repère avec l'instrument. Le masque monte, descend. On transpire avec, ce n'est pas agréable, en plus du manque de souffle que cela provoque pour jouer.

Masques obligatoires pour les musiciens
Masques obligatoires pour les musiciens Crédits : Christophe Abramowitz - Radio France

Malgré toutes les mesures sanitaires imposées, le violoniste a conscience de la chance qu'il a de rejouer devant un public contrairement à d'autres formations. 

J'essaye de trouver du positif parce que sinon on sombre vite. Je pense beaucoup aux formations plus petites, aux intermittents qui font une grande partie des saisons avec nous et qui, aujourd'hui se retrouvent sur le carreau. Ces formations amènent derrière elles, tout un panel de métier, des métiers  sont importants pour la société. L'orchestre, ce n'est pas juste des musiciens des chefs d'orchestre, quelques solistes, ce sont des techniciens, des ingénieurs du sons, des lumières, des intermittents.

La quasi totalité des concerts prévus en  septembre et octobre est maintenue. C'est "une période musicale forte certes sous contrainte" selon Michel Orier. A côté du port du masque et de la distanciation sur scène, s'ajoutent des concerts écourtés et sans entracte, un nombre de musiciens réduit. Selon le directeur de la musique et de la création à Radio France, la priorité est de garantir la sécurité de tous. 

Pour jouer de grandes pièces symphoniques, nous sommes très nombreux sur scène, au-delà de 80 musiciens. Si on ne peut pas faire jouer tel ou tel pupitre parce qu'il est supposé envoyer trop de particules, par exemple les flûtistes, évidemment cela a un impact sur ce que l'on peut jouer. Mais pour l'instant, on a pris des mesures de sécurité sanitaire qui permettent à tout le monde de jouer, y compris les chanteurs (en étant loin des uns des autres). Il y a deux mètres de distance entre un chanteur et l'autre dans le sens de la voix. Le public a le droit de venir avec un siège sur deux, on a vraiment des demi salles mais on est contents de jouer avec du public donc cela nous va bien. 

.
. Crédits : Christophe Abramowitz - Radio France

Parmi les chanteurs qui peuvent à nouveau se produire sur scène, La Maîtrise de Radio France, un chœur d'enfants et d'adolescents qui accompagne l'Orchestre National. Une quinzaine de jeunes filles montent en gamme éloignées en étoile les unes des autres. Privée de chant pendant 6 mois, Ambre, collégienne et choriste, n'arrive pas à s'habituer à cette rentrée :

C'est vraiment particulier, très différent de d'habitude à cause de la distanciation. c'est moins agréable pour chanter. Et puis on se sent moins libres de travailler. C'est assez frustrant et j'ai hâte que cela reprenne comme avant.

Leur directrice musicale a conscience du défi qui leur ait imposé, à toutes et à tous. Les répétitions n'ont plus la même couleur car La prudence s'en mêle. Mais l'important, pour Sofi Jeannin est de renouer avant tout avec le public, un public en chair et en os.   

Encore une fois, contrairement à d'autres formations, celles de Radio France ont la chance d'exister aussi par les ondes. Une chance que d'autres n'ont pas eue pendant le confinement. Tous se réjouissent de retrouver la scène pour interpréter des répertoires de Richard Strauss, Stravinsky et aussi une création mondiale de Camille Pépin "Avant les clartés l'aurore".  Ce soir, c'est dans une émotion toute particulière que les portes de l'auditorium s'ouvriront. 

> A découvrir aussi sur le site de France Musique les portraits de 5 nouveaux jeunes musiciens de l'Orchestre Philharmonique de Radio France, recrutés juste avant le confinement. Reportage de Sofia Anastasio

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......