LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Abdellah et Baba ont choisi de passer le BAFA pour devenir animateurs cet été.

Pénurie d’animateurs diplômés pour l’été déconfiné

4 min
À retrouver dans l'émission

Gros retards dans la validation du BAFA, le Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur. En cause : la crise sanitaire, qui a rendu impossible le passage des stages pratiques. Alors que de nombreux jeunes recherchent un emploi d’été dans le secteur de l’animation, les recruteurs patinent.

Abdellah et Baba ont choisi de passer le BAFA pour devenir animateurs cet été.
Abdellah et Baba ont choisi de passer le BAFA pour devenir animateurs cet été. Crédits : Héloïse Décarre - Radio France

Imaginer des jeux, apprendre des chants, mettre en place des activités manuelles… Dans les locaux de l’association Aroéven, ils sont une quinzaine, très studieux, à passer la partie théorique du BAFA. Pour l’instant, pas d’enfants en face d’eux. Cela sera le cas lors de la prochaine étape du diplôme, le stage pratique. Problème : il est difficile de trouver une structure d’accueil avant l’été

Pas de stage pratique, pas de BAFA !

Abdellah a 17 ans. Il commence à peine sa formation au BAFA, et il recherche déjà un stage pratique. Sans succès pour le moment.

J’ai déposé plusieurs CV et lettres de motivation, sans retour… Je pense que c’est à cause du virus, il y a plus de protocole à suivre pour pouvoir s’inscrire et avoir un stage.

En effet, le coronavirus a bouleversé l’organisation du diplôme. En atteste Marie-Christine Malahieude, directrice de l’Aroéven de Paris. En temps normal, les jeunes ont 18 mois pour effectuer leur stage pratique.

Beaucoup de jeunes n’ont pas pu faire leur stage pratique en temps et en heure : il faut dire qu’on a arrêté la formation pratiquement six mois l’année dernière...

Face aux retards, le ministère de la Jeunesse et des Sports délivre des dérogations afin que chacun puisse valider sa formation. Ce qui résout en partie le problème. Car en attendant de valider totalement leur BAFA, les jeunes ont plus de mal à trouver un emploi. 

Beaucoup de candidats, pas assez de diplômés

Les structures d’accueil doivent respecter des quotas. Pour encadrer les enfants, c’est 50% d’animateurs diplômés au moins. Au centre de loisir de la Haye aux Moines à Créteil, un animateur vient d’être embauché pour cet été. La directrice, Adeline Sery, n’a pas eu de difficulté à trouver. Mais beaucoup de candidats ont été refusés, faute de BAFA complet. 

On a dû refuser au moins 40 personnes… Beaucoup ont postulé à l’annonce, mais n’étaient pas encore diplômés BAFA.

Marin Davies de Gélis est recruteur pour les Eclaireuses et Eclaireurs de France. Son association organise des séjours adaptés pour des enfants, ados et adultes handicapés mentaux. Pour lui, les temps sont durs. Il recherche encore 70 animateurs pour le mois d’août. S’il constate aussi une difficulté à trouver des titulaires du BAFA, il a plusieurs autres explications au manque de candidats. 

On pense que les jeunes sont partis vers des emplois plus rémunérateurs, vu qu’il n’y a pas eu tous les petits boulots étudiants durant la crise sanitaire. Ils ont peut-être aussi besoin de repos : beaucoup de nos animateurs sont des étudiants, et la dernière année universitaire a été très compliquée...

Pour passer le BAFA, les jeunes doivent valider un stage théorique et un stage pratique, avant de passer devant un jury. Ces deux dernières étapes sont considérablement perturbées par le coronavirus.
Pour passer le BAFA, les jeunes doivent valider un stage théorique et un stage pratique, avant de passer devant un jury. Ces deux dernières étapes sont considérablement perturbées par le coronavirus. Crédits : Héloïse Décarre - Radio France

Vers une annulation de certains séjours

Les colonies de vacances sont les structures d’accueil les plus touchées par la crise. Et si les séjours affichent complets, des annulations ne sont pas à écarter. En atteste Simon Thirot, délégué général de l’Union Nationale des Associations de Tourisme.

Certains opérateurs ont déjà fait le choix de ne pas ouvrir les centres de vacances cet été, alors qu’ils sont situés en littoral donc avec une très forte demande, parce qu’ils savent qu’ils ne trouveront pas le personnel.

Ce qui est certain, c’est que le secteur de l’animation recrute. Simon Thirot l’assure : les offres vont continuer de se multiplier. Et parmi elles, les chances de trouver des stages pratiques pour le BAFA. Une autre solution est aussi envisagée pour accélérer la remise des diplômes : se passer du jury de validation final. Un jury devant lequel les candidats au BAFA doivent obligatoirement se présenter pour l’obtenir. Mais impossible de le réunir en ces temps de crise. En 2019, plus de 42 000 personnes avaient obtenu leur BAFA en France.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......