LE DIRECT
Les "décrocheurs" ont déjà dérobé plus d'une centaine de portraits d'Emmanuel Macron.

Portraits d'engagés : Félix Vève, "décrocheur" de président

4 min

Deuxième épisode de notre série "portraits d'engagés". Ce mardi, c'est au tour de Félix Vève, 23 ans. Il a choisi la désobéissance civile pour lutter contre le dérèglement climatique. Un engagement qui lui a valu un passage au tribunal le 11 septembre dernier.

Les "décrocheurs" ont déjà dérobé plus d'une centaine de portraits d'Emmanuel Macron.
Les "décrocheurs" ont déjà dérobé plus d'une centaine de portraits d'Emmanuel Macron. Crédits : Thomas Samson - AFP

Comment passe-t-on du statut d'étudiant à celui de délinquant ? Félix Vève, 23 ans, a choisi en 2019 de mettre entre parenthèses ses études à Sciences Po. Une année de césure - dans son master en stratégies territoriales et urbaines - pour pouvoir s'engager pleinement dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Passé par les Amis de la Terre, il rejoint le mouvement Action non violente - Cop 21 (ANV-Cop21) et choisit la voie de la désobéissance civile, à l'image des jeunes militants d'Extinction Rebellion. Il devient un "décrocheur de portraits".  Aux côtés d'autres écologistes, il prépare des actions symboliques qui visent à dérober les photos d'Emmanuel Macron encadrées dans les mairies françaises. En février dernier, il subtilise ces portraits dans plusieurs arrondissements parisiens.

"L'idée était de dénoncer l'inaction du gouvernement français en terme d'écologie et de justice sociale", explique le jeune homme. "C'était peu de temps après un nouveau rapport accablant du GIEC. Nous souhaitions multiplier les actions pour montrer la contradiction entre les discours très verts d'Emmanuel Macron et ses actes inexistants". Les militants d'ANV-Cop 21 ont à ce jour dérobé plus d'une centaines de portraits.

Condamné par le tribunal

Son engagement lui vaut dix heures de garde à vue puis un passage au tribunal correctionnel de Paris, le 11 septembre dernier pour "vol en réunion" avec neuf autres prévenus. Un délit passible de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende.  

Il écopera finalement de 1 000 euros d'amende, dont 500 avec sursis. Lui et ses coprévenus ont décidé de faire appel. 

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......