LE DIRECT
Lors de la journée d'action du 27 novembre, les salariés de Bridgestone ont planté des croix avec leur numéro de matricule pour marquer la fermeture du site, prévue en mai s'il n'y a pas de repreneur.

Quelle vie après Bridgestone ? Comment les salariés essaient de se projeter

5 min
À retrouver dans l'émission

Depuis la confirmation de la fermeture de l'usine de Bridgestone de Béthune, l'usine tourne au ralenti. Une cellule psychologique et une cellule de reclassement ont été mises en place pour les 863 salariés, mais beaucoup attendent la fin des négociations pour se projeter. Reportage à Béthune.

Lors de la journée d'action du 27 novembre, les salariés de Bridgestone ont planté des croix avec leur numéro de matricule pour marquer la fermeture du site, prévue en mai s'il n'y a pas de repreneur.
Lors de la journée d'action du 27 novembre, les salariés de Bridgestone ont planté des croix avec leur numéro de matricule pour marquer la fermeture du site, prévue en mai s'il n'y a pas de repreneur. Crédits : Marie Viennot

Depuis l’annonce du départ définitif du fabricant de pneu japonais Bridgestone, les 863 salariés de l’usine de Béthune s’interrogent sur leur avenir. 

L’intersyndicale négocie les conditions de la fermeture qui est prévue pour mai, mais les discussions patinent. 

Plusieurs repreneurs potentiels ont visité l’usine, mais il n’y a rien de concret pour le moment. Quelle vie après Bridgestone ? Marie Viennot a posé la question aux salariés qu'elle a rencontré à l'occasion de la journée d'action du 27 novembre et le jour suivant.  

L'équipe
Journaliste
À venir dans ... secondes ...par......