LE DIRECT
Laurent, victime d'un AVC il y a 18 mois, réapprend à marcher.

Récupérer d'un AVC : un nouveau procédé inventé en France

4 min
À retrouver dans l'émission

Le procédé de la start-up française Allyane a été inventé pour les sportifs de haut niveau afin de renforcer certains mouvements précis. Cette technique qui associe imagerie mentale et sons basse fréquence soigne maintenant des troubles moteurs, des hémiplégies, des douleurs chroniques.

Laurent, victime d'un AVC il y a 18 mois, réapprend à marcher.
Laurent, victime d'un AVC il y a 18 mois, réapprend à marcher. Crédits : T. - Radio France

Le procédé manque encore d'études cliniques. Mais si l'on en croit les vidéos que diffuse le centre de rééducation, créé en février 2017 par la startup Allyane à Lyon, les progrès des patients sont spectaculaires. Un millier de malades sont passés par les mains des kinésithérapeutes qui travaillent dans cette structure. 

L'objectif, comme toute rééducation, est de réapprendre à bouger correctement en reprogrammant un mouvement au niveau cérébral. Il s'agit de restaurer une commande motrice cohérente qui peut avoir été altérée durablement (pour se protéger après une douleur très forte par exemple) ou carrément détruite (après un accident vasculaire cérébral ou un traumatisme crânien).  

Le procédé associe l'imagerie mentale - le patient se fait une image très précise des sensations d'abord négatives qu'il doit chasser de son esprit, puis positives, qu'il doit réinstaller pour effectuer le bon mouvement - et des sons de basse fréquence qui permettent de mettre le cerveau en "mode alpha" et de lâcher prise pour mieux ancrer les nouvelles sensations.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour l'instant, il n'existe pas de preuve clinique des effets de cette technologie commercialisée par Allyane, qui a élaboré une Alphabox - laquelle diffuse ces sons de basse fréquence. La seule étude menée à ce jour a été dirigée par le Laboratoire Interuniversitaire de Biologie de la Motricité (le LIBM) Il s'agissait de combler un déficit de latéralité chez des sportifs. Deux groupes avaient été formés. L'un améliorait ses performances grâce au dispositif créé par la start-up française et l'autre passait autant de temps avec des praticiens mais en pratiquant une activité neutre, de durée équivalente. Le groupe témoin a toutefois fait des progrès équivalents à ceux des sportifs s'exerçant sous basse fréquence. Ce qui n'a donc pas encore permis de valider scientifiquement le procédé, regrette l'enseignant-chercheur Aymeric Guillot qui codirigeait ce travail, en collaboration avec une étudiante. Néanmoins, ce professeur à l'Université Lyon 1 insiste sur les résultats positifs que semble obtenir l'équipe d'Allyane lorsqu'il s'agit de rééducation motrice sur des patients et il serait prêt à réfléchir à la façon de mener un nouvel essai.

Deux essais cliniques sont prévus : l'un avec le centre de réadaptation des Massues, l'autre avec l'Hôpital Jean Mermoz, à Lyon. Les patients n'ont toutefois pas encore été recrutés. Le procédé à été présenté dans trois Congrès scientifiques en 2018, à Saint-Etienne et Marseille notamment. Mais à ce stade, aucun article n'a été publié dans une revue scientifique à comité de lecture. 

Néanmoins, les promoteurs de ce procédé affirment que leur méthode fait gagner plusieurs mois de rééducation à leurs patients. Tara Schlegel s'est rendue au centre créé par cette société il y a deux ans. 

Aude Friggery est médecin généraliste. Elle travaille au centre de réadaptation des Massues à Lyon et s'est formée au procédé Alphabox. Elle a rédigé un article sur une vingtaine de cas cliniques de lombalgie chronique et a présenté le procédé lors d'un Congrès. Au départ, dit-elle, elle était assez sceptique : 

Écouter
14 min
"On a des résultats qui sont assez rapides quand les objectifs sont bien définis."

Une cinquantaine de kinésithérapeutes ont été formés au procédé Allyane. La sécurité sociale ne rembourse pas les séances qui coûtent une centaine d'euros aux patients.

L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......