LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un cheminot gréviste de dos avec un tee-shirt rouge arborant le slogan "Cheminots Rouge 2 rage !" lors de la grève des cheminot du printemps 2018.

Réforme des retraites : le combat des cheminots

4 min
À retrouver dans l'émission

Le gouvernement poursuit les discussions sur sa réforme très contestée des retraites et se prépare à un mouvement massif voire durable à partir du 5 décembre. Jeudi noir dans les transports annoncé. Les cheminots lancent toutes leurs forces dans une grève qu'ils promettent illimitée.

Un cheminot gréviste de dos avec un tee-shirt rouge arborant le slogan "Cheminots Rouge 2 rage !" lors de la grève des cheminot du printemps 2018.
Un cheminot gréviste de dos avec un tee-shirt rouge arborant le slogan "Cheminots Rouge 2 rage !" lors de la grève des cheminot du printemps 2018. Crédits : Nathalie Col - Radio France

Dans une large coalition, syndicats, partis d'opposition et "gilets jaunes" appellent à faire grève et à manifester le 5 décembre contre la réforme des retraites qu'Emmanuel Macron est déterminé à "conduire à bien", une mobilisation qui s'annonce suivie dans les transports et fait resurgir le spectre de 1995.

95, Brigitte retraitée de la SNCF s'en souvient bien :

Il y avait beaucoup de soutien de l'opinion publique, pendant les manifestations , on en faisait pratiquement tous les jours , il y avait énormément de gens sur les trottoirs qui montraient leur approbations , ils applaudissaient , ils nous disaient on est avec vous, c'était presque une grève par procuration.  

Mais les temps ont changé aujourd'hui dans l'opinion publique les cheminots sont devenus des privilégiés et les usagers des otages déplorent de nombreux cheminots. Samantha est conductrice de train et avoue même devoir lors des repas familiaux expliquer qu'elle n'est pas une nantie :  

On s'en prend tellement plein la figure sur les réseaux sociaux et partout qu'à force les cheminots se recroquevillent sur eux-mêmes et restent entre eux parce qu'on a l'impression qu'il n'y a qu'entre nous qu'on se comprend.

Sylvain, conducteur de train depuis vingt ans, connaît bien la chanson , une chanson orchestrée par les politiques et certains médias : 

On nous parle encore de la prime à charbon or la prime à charbon n'existe plus depuis 1973 ! A chaque grève, on entend qu'on est des privilégiés mais c'est pour discréditer le mouvement. Ils utilisent les cheminots et les régimes spéciaux pour expliquer que l'on est des privilégiés mais le but c'est de faire taire la contestation et toucher tous les Français.

Un métier de rêve cheminot ? Avec la fin du statut au 1er janvier, les salaires faibles et la perte de sens plus d'un millier de cheminots ont quitté la SNCF en 2018, du jamais vu et un risque pour l'entreprise qui pourrait bien voir ses meilleurs éléments partir à la concurrence vers le privé. Depuis 2014, aucune grève à la SNCF n'aura empêché les restructurations et la réforme ferroviaire, ce qui entraîne un certain découragement avoue Fabien Villedieu délégué Sud Rail.

C'est vrai que souvent on nous dit que l'on perd toujours , c'est souvent vrai mais après c'est une histoire de savoir si on peut se regarder dans la glace. Au travail de ma femme, rien ne va plus, ça réorganise, ça licencie c'est l'horreur et quand je lui demande qu'allez-vous faire ? Elle me dit : rien. On râle derrière notre tasse de café... Alors c'est sûr, tout le monde n'est pas cheminot et ne peut pas bloquer des trains mais il faut se réunir, s'organiser. Moi, je crois au collectif et puis je crois aussi à la dignité. Ce combat c'est aussi ces valeurs là. Veut-on se battre ou courber l'échine ? Nous, les cheminots, on ne courbe pas l'échine.  

Un jour de grève c'est en moyenne 100 euros perdu sur le salaire, un sacrifice que Bénédicte régulatrice de train est prête à tenir autant qu'il faudra

On ne peut pas lâcher l'affaire au bout d'une semaine ou deux , c'est trop important. Quand on pense aux générations précédentes qui se sont battus j'aimerais bien pouvoir faire la même chose pour mes enfants

Transports , éducation, énergie, hôpitaux, justice, police, tous les syndicats ont appelé à la grève le 5 décembre, public mais aussi privé, étudiants et gilets jaunes devraient se retrouver dans la rue. Ce n'est pas la grève des cheminots , c'est la grève pour défendre la retraite de tous les français estime Sébastien mécanicien qui espère une convergence des luttes.

Tous ces gens là devraient se coaguler et depuis un an les "gilets jaunes" qui réclament des évolutions salariales, du pouvoir d'achat qui sont méprisés, gazés, matraqués, ça va bien finir par converger face à un gouvernement qui ne veut discuter avec personne, qui n'apporte de réponse ni de solution à personne alors oui si tous ces gens convergent il pourra faire reculer le gouvernement.

L'initiative d'une grève reconductible est venue de syndicats de la RATP, après une grève très suivie le 13 septembre sur la même revendication. La régie prévoit un "trafic fortement perturbé sur l'ensemble de son réseau à partir du 5 décembre".  SNCF, Air France, EDF, poids lourds, raffineries, enseignants, étudiants, policiers, éboueurs. Les appels se sont multipliés, gonflés par les centrales CGT, FO, FSU, Solidaires - des organisations lycéennes Fidl, MNL, UNL et étudiante Unef.  Fait rare, les cadres de la CFE-CGC vont manifester et la CFTC a laissé ses syndicats "libres" de rallier.  Les "gilets jaunes", d'habitude plutôt frileux envers les syndicats, appellent à une "convergence". Côté politique, PS, PCF, LFI vont participer. De même que le Rassemblement national, dont la CGT ne veut pas dans ses cortèges.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......