LE DIRECT
Le Centre-Val de Loire fait face à une pénurie de médecins sur son territoire

Régionales en Centre-Val de Loire : les candidats au chevet de la santé

4 min
À retrouver dans l'émission

Parmi les thèmes qui rythment la campagne des élections régionales en Centre-Val de Loire, la santé occupe une place majeure. Même si c'est plus une compétence de l'Etat que de la région, cela n'a rien d'étonnant dans un territoire où un habitant sur cinq n'a pas de médecin traitant.

Le Centre-Val de Loire fait face à une pénurie de médecins sur son territoire
Le Centre-Val de Loire fait face à une pénurie de médecins sur son territoire Crédits : Rosalie Lafarge - Radio France

Aux manettes de la région depuis plus 23 ans, et malgré un bilan salué par les électeurs, la gauche semble en difficulté. D'après un récent sondage Ipsos pour France Bleu et France 3, le socialiste et actuel président François Bonneau est donné deuxième au premier tour. Mais loin derrière le candidat du Rassemblement national, Aleksandar Nikolic. Et très près de ses des autres principaux concurrents : le ministre du MoDem Marc Fesneau, tête de la liste de la majorité présidentielle, et le député Les Républicains Nicolas Forissier, aussi soutenu par l'UDI. En 2015, MoDem et LR faisaient liste commune. Beaucoup les imaginent donc se retrouver entre les deux tours, même si les deux intéressés jurent ne pas encore avoir abordé le sujet ensemble. 

Sept listes sont candidates pour ces élections régionales en Centre-Val de Loire
Sept listes sont candidates pour ces élections régionales en Centre-Val de Loire Crédits : Rosalie Lafarge - Radio France

Alliés aux Insoumis, les écologistes espèrent également avoir leur carte à jouer. Mais leur candidat, actuel vice-président de région, Charles Fournier, n'est pas encore assuré d'obtenir, le soir du 20 juin, les 10% nécessaires au maintien. Ce même récent sondage Ipsos prédit un brouillard absolu au second tour. En cas de quadrangulaire, l'union de la gauche derrière François Bonneau arriverait à égalité avec le RN. Si c'est une triangulaire avec fusion LR-LREM derrière Marc Fesneau ou Nicolas Forissier, la gauche paraît alors en mesure de conserver la région. Mais les écarts sont infimes et compte tenu des marges d'erreur, rien n'est garantit pour personne dans ce scrutin pour lequel sont aussi candidats Farida Megdoud de Lutte Ouvrière, et Jérémy Clément pour Démocratie écologique.

Écouter
5 min
Pierre Allorant : "La gauche est divisée, le centre et la droite aussi, le risque d’une victoire du RN est donc plus fort qu’en 2015 ."
Élections régionales : quelles sont les compétences de la Région ?
Élections régionales : quelles sont les compétences de la Région ? Crédits : Visactu - Visactu

La région "obligée de pallier les défaillances de l'Etat"

Dans la campagne comme dans ce sondage, la santé apparaît comme l'un des thèmes qui préoccupent le plus les habitants, et donc les candidats. Certes, ce n'est pas à proprement parler une compétence régionale. Mais dans un territoire très rural, souvent décrété premier désert médical de France, où un habitant sur cinq n'a pas de médecin traitant, le sujet est devenu incontournable. Ce jour-là, l'actuel président socialiste de Centre-Val de Loire, François Bonneau, est venu assister à la présentation du futur centre de santé qui viendra bientôt redynamiser ce quartier un peu triste de Nogent-le-Rotrou. Les locaux qui l'abriteront doivent à terme accueillir deux médecins salariés, payés par la région. 

Les médecins salariés, c'est le dispositif phare de François Bonneau. "En dehors des responsabilités de la région, j'ai choisi d'agir parce que je ne peux pas accepter que certains de nos concitoyens n'aient pas accès aux soins. On a créé dans la dernière période, plus de 100 maisons de santé pluridisciplinaires, et je choisis d'aller plus loin en créant en complément 300 postes de médecins salariés. Et à ceux qui disent que ça ne va pas marcher, je leur demande ce qu'ils proposent ! Moi, je prends mes responsabilités parce que l'Etat est défaillant"

François Bonneau, actuel président socialiste de Centre-Val de Loire et candidat à sa succession, le 8 juin à Nogent-le-Rotrou
François Bonneau, actuel président socialiste de Centre-Val de Loire et candidat à sa succession, le 8 juin à Nogent-le-Rotrou Crédits : Rosalie Lafarge - Radio France

L'Etat coupable, c'est aussi le discours de la candidate Lutte Ouvrière Farida Megdoud. Mais après plus de 20 ans de gestion socialiste de la région, le compte n'y est pas, loin de là, répondent les principaux adversaires du président sortant. "Le sujet de la santé est un énorme échec pour monsieur Bonneau et la majorité sortante", dénonce le LR Nicolas Forissier. "On est la plus mauvaise région en terme de déserts médicaux", ajoute le RN Aleksandar Nikolic. "La politique qui a été menée n'a pas mené à la réussite puisque la situation s'est encore dégradée dans le mandat qui vient de s'écouler", note encore Marc Fesneau pour la majorité présidentielle.

S'il n'est pas contre l'idée, assez inédite pour une région, de salarier des médecins, le candidat du Rassemblement national, Aleksandar Nikolic, juge l'objectif des 300 recrutements inatteignable. "On pense qu'il faut avoir moins d'ambition, recruter moins de médecins, entre 70 et 80, au moins dans un premier temps mais en proposant des salaires plus intéressants. Les médecins ne gagent pas assez avec ce qui est proposé actuellement, parce qu'ils sont alignés sur la fonction publique, alors qu'il y a beaucoup de jeunes médecins qui sont intéressés par des choix de vie qui permettent de partir en vacances plus régulièrement en étant salarié ou en étant soulagé d'un point de vue administratif, donc on pense que c'est une bonne idée, mais cela ne correspond pas aux attentes, parce que le salaire compte beaucoup et aujourd'hui c'est pour ça qu'on n'arrive pas à attirer des médecins dans ce projet"

Aleksandar Nikolic, tête de liste du Rassemblement national en Centre-Val de Loire, le 7 juin à Gien
Aleksandar Nikolic, tête de liste du Rassemblement national en Centre-Val de Loire, le 7 juin à Gien Crédits : Rosalie Lafarge - Radio France

Former plus de médecins et "faire à la carte"

Mais c'est peut être aussi parce que ce n'est pas le rôle de la région, souligne le député Les Républicains, tête de liste de la droite et du centre Nicolas Forissier. "C'est un travail de dentelle qui a besoin de moyens importants, il ne faut pas que la région se disperse en faisant quelque chose en plus. Par contre, le conseil régional a une obligation d'agir dans le domaine de l'université et de la formation, ce qui est de sa compétence. Et je crois qu'il faut qu'on forme plus de médecins en Centre-Val de Loire, notamment sur le pôle d'Orléans. Parce que toutes les régions de france ont deux CHU, sauf le Centre-Val de Loire. Nous devons en avoir deux si nous voulons former plus de médecins et élargir les zones d'implantation de médecins sachant que, souvent, les étudiants diplômés ne s'installent pas très loin de leur lieu de formation".

Le député LR Nicolas Forissier, tête de liste de la droite et du centre en Centre-Val de Loire, le 9 juin à Orléans
Le député LR Nicolas Forissier, tête de liste de la droite et du centre en Centre-Val de Loire, le 9 juin à Orléans Crédits : Rosalie Lafarge - Radio France

Son adversaire d'aujourd'hui et potentiel allié de demain, en vue du second tour, le ministre MoDem Marc Fesneau, tête de liste de la majorité présidentielle, plaide, lui, pour une multitudes de solutions. "Ce serait prétentieux, arrogant et un peu faire des promesses en l'air que de dire 'y a qu'à faut qu'on'. Je pense que c'est une panoplie d'outils qu'il faut utiliser. Il faut qu'on fasse à la carte, avec les médecins salariés, les stages qui permettent à des jeunes de découvrir le territoires, les maisons de santé pluridisciplinaires, les services mobiles, les offres permises par la télémédecine. Il faut qu'on soit sur tous les registres qui permettront d'améliorer la densité des médecins"

Le ministre MoDem Marc Fesneau, tête de liste de la majorité présidentielle en Centre-Val de Loire, le 7 juin à Jargeau
Le ministre MoDem Marc Fesneau, tête de liste de la majorité présidentielle en Centre-Val de Loire, le 7 juin à Jargeau Crédits : Rosalie Lafarge - Radio France

Miser sur la prévention

Toute une palette à mobiliser, c'est aussi l'avis du candidat d'Europe Ecologie les Verts, Charles Fournier. Mais l'actuel vice-président de la région insiste également sur l'importance de la prévention. "La région peut agir massivement là dessus, parce que quand même, il s'agit de soigner, mais il faut aussi éviter d'être malade, c'est aussi ça l'enjeu. Nous proposons par exemple que tous les élèves qui passent dans nos lycées aient droit à un bilan médico social pour détecter des difficultés de santé diverses et variées, psychologiques. Et les anticiper, c'est permettre de s'inscrire dans un parcours de soins et parfois traiter par d'autres réponses que le soin ces problématiques de santé". La prévention, qui est également affichée comme une priorité pour la liste Démocratie Ecologique emmenée par Jérémy Clément.  

Le vice-président de région Charles Fournier, tête de liste EELV en Centre-Val de Loire, le 9 juin à Orléans
Le vice-président de région Charles Fournier, tête de liste EELV en Centre-Val de Loire, le 9 juin à Orléans Crédits : Rosalie Lafarge - Radio France

Si le diagnostic général est donc assez largement partagé, les remèdes sont divers. Mais sur leur ordonnance, les candidats soulignent tous la nécessité de commencer par redonner globalement, de l'attractivité à la région. Selon l'Insee, là où la population a grimpé de plus de 10% en moyenne en France ces 20 dernières années, l'augmentation n'est que de 4% en Centre-Val de Loire.

L'équipe
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......