LE DIRECT
La salle d’audience du procès Rinascita-Scott, construite dans la zone industrielle « Pape Benoit XVI » à Lamezia Terme

Un "maxi-procès" pour déraciner la 'Ndrangheta de la Calabre

3 min
À retrouver dans l'émission

Il n'y a jamais eu autant d'accusés dans un box depuis le procès de Cosa Nostra à Palerme en 1986. Ce mercredi 13 janvier, ce n'est pas la mafia sicilienne mais la ‘Ndrangehta de Calabre qui est jugée : 355 accusés, 913 témoins. Un bunker de plus de 3 000 m2 a été construit pour l'occasion.

La salle d’audience du procès Rinascita-Scott, construite dans la zone industrielle « Pape Benoit XVI » à Lamezia Terme
La salle d’audience du procès Rinascita-Scott, construite dans la zone industrielle « Pape Benoit XVI » à Lamezia Terme Crédits : Gianluca CHININEA - AFP

Ce procès intervient à peine un an après l’arrestation éclair de plus de 300 suspects le même jour dans la province de Vibo Valentia. Cette province, l’une des plus pauvres d'Italie, souffre de plusieurs maux. Ce qui frappe d’abord c’est le nombre de commerces fermés à cause de la crise sanitaire et économique mais surtout de la 'Ndrangheta qui extorque des centaines de milliers d’euros aux commerçants et assoie ainsi son pouvoir en contrôlant ces territoires.

Un commerce sur deux a baissé définitivement son rideau, est à louer ou à vendre dans la rue principale de Vibo Valentia où patrouillent les carabiniers
Un commerce sur deux a baissé définitivement son rideau, est à louer ou à vendre dans la rue principale de Vibo Valentia où patrouillent les carabiniers Crédits : Bruce de Galzain - Radio France

Le colonel Bruno Capece commande les carabiniers de la province, il nous accompagne dans la rue principale de Vibo Valentia où se tient d’habitude le marché :

Ce marché a toujours été "surveillé", ils se mettaient aux quatre coins pour montrer qu’ils étaient toujours là… une présence inquiétante pour les commerçants qui viennent ici une fois par semaine… c’est comme s’ils étaient constamment surveillés ! Mais après l’opération Rinascita Scott, ils ne sont plus revenus, les quatre coins étaient vides et ça la population l’a beaucoup apprécié. Elle s’est sentie plus libre !

Cette opération s'est déroulée il y a un peu plus d’un an en décembre 2019 : 334 personnes arrêtées, des mafieux mais aussi des politiques, des policiers, des avocats ; 2 500 carabiniers sont mobilisés ; et la population descend dans la rue pour remercier les forces de l’ordre et défier la mafia.

Le colonel Bruno Capece et le capitaine Alessandro Bui des Carabiniers de la province de Vibo Valentia ont participé à l’opération Rinascita-Scott en décembre 2019
Le colonel Bruno Capece et le capitaine Alessandro Bui des Carabiniers de la province de Vibo Valentia ont participé à l’opération Rinascita-Scott en décembre 2019 Crédits : Bruce de Galzain - Radio France

Le procès démarre mais la 'Ndrangheta n’est pas décapitée

Le capitaine Alessandro Bui, 32 ans dont 4 passés en Calabre, nous accompagne à son tour mais en voiture cette fois-ci dans un quartier de Vibo pas vraiment rassurant :

Nous rentrons dans le quartier Shanghai, avec ses petites rues et ses immeubles qui communiquent : il est possible de se déplacer sans se faire voir. C’est la base arrière du boss mafieux Rosario Pugliese que nous avons arrêté il y a un mois. Sa famille habite là sur la droite. C’est son quartier général ici. Le jour où l’on est venu l’arrêter, une quarantaine de personnes s’est rendue directement à la caserne des carabiniers pour nous attendre et quand on est arrivé, ils l’ont applaudi pour montrer leur soutien !  

C’est une chape de plomb qui règne encore sur ces territoires. Pourtant, certains osent dénoncer désormais. Nous quittons la capitale de la province et ses 30 000 habitants pour la petite Nicotera et ses 6 000 habitants. Il pleut, la route est tortueuse. 

Un camion militaire stationne devant le tabac de Carmine Zappia qui a osé porter plainte contre un boss local de la ‘Ndrangehta
Un camion militaire stationne devant le tabac de Carmine Zappia qui a osé porter plainte contre un boss local de la ‘Ndrangehta Crédits : Bruce de Galzain - Radio France

Escorté 24 heures sur 24, protégé par l’armée

En arrivant devant le tabac de Carmine Zappia, un camion militaire, trois soldats fusils au bras et deux carabiniers en civil sont postés pour protéger le seul, l’unique commerçant qui a osé porté plainte contre le chef mafieux local Antonio Mancuso, arrêté depuis :

Même le boss venait de temps en temps pour me montrer qu’il était bien présent ! Mais il laissait faire le sale boulot aux autres. J’ai reçu des menaces en tout genre ; ils m’ont extorqué tellement d’argent que j’ai dû fermer. Mais je ne regrette pas d’avoir porté plainte, ces gens ne devraient pas exister, ils n’ont pas le droit de vivre parmi nous ! Moi je vis sous escorte 24 heures sur 24 avec deux carabiniers, je ne peux pas faire autrement. Il faudra du temps pour que les choses changent parce que la 'Ndrangheta est très présente et pourtant il y en a qui ne le reconnaissent pas ! Nous sommes dans un village, on sait très bien qui est délinquant, qui est mafieux, qui est avocat… mais il y en a encore qui nient cette violence !  

Le procès qui démarre pourrait permettre de libérer la parole si les accusés sont bel et bien jugés coupables. Mais il va durer des années et dans ce genre de procès tous ne seront sans doute pas condamnés. C’est le reproche que l’on fait déjà au procureur Gratteri qui a mené l’enquête. Mais pour Giuseppe Borello, le responsable local de l’association de lutte contre la mafia Libera, il est essentiel de juger autant de monde, cela prouve bien que la 'Ndrangheta est partout :

Il y a beaucoup de phénomènes qui ne relèvent pas vraiment du pénal c’est vrai mais qui sont très dangereux. Car ils montrent bien le côté asphyxiant de la ‘Ndrangheta, cette présence insupportable qui limite toutes les activités.  Je prends un exemple de cette mentalité mafieuse qui veut être partout : même dans les lieux pour les jeunes, ils ne veulent pas payer les consommations. Cela pourrait sembler banal mais ça montre bien cette présence asphyxiante et comme il est difficile d’être un citoyen libre sur ce territoire.  

Giuseppe Borrello, responsable de l’association de lutte contre la mafia Libera pour la province de Vibo Valentia
Giuseppe Borrello, responsable de l’association de lutte contre la mafia Libera pour la province de Vibo Valentia Crédits : Bruce de Galzain - Radio France

La 'Ndrangheta est aujourd’hui la mafia la plus puissante, présente dans le monde entier. Si elle vit du trafic mondial de cocaïne, elle continue à extorquer dans sa Calabre natale où elle est décidément bien enracinée.

L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......