LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
A l'université du Michigan à Ann Arbour, un bureau de vote anticipé a été mis en place pour faciliter l'accès des jeunes au vote.

USA 2020 : le vote des jeunes, facteur clé

4 min
À retrouver dans l'émission

24 millions de personnes et autant d’électeurs potentiels. Nés après 1996, les jeunes de la génération Z sont une des clés de ce scrutin où la mobilisation va être capitale.

A l'université du Michigan à Ann Arbour, un bureau de vote anticipé a été mis en place pour faciliter l'accès des jeunes au vote.
A l'université du Michigan à Ann Arbour, un bureau de vote anticipé a été mis en place pour faciliter l'accès des jeunes au vote. Crédits : Claude Guibal - Radio France

"Certains veulent vous induire en erreur sur cette élection, vous faire croire que votre vote ne sert à rien". 

L'homme qui s'adresse à la caméra, sur cette vidéo devenue virale n'est autre que Barack Obama. Et ceux à qui il s'adressent, ce sont les "Millenials, la Gen Z".... La Génération Z, celle née après 1996. 

Un réservoir potentiel de voix de 24 millions de personnes, pour les plus jeunes d'entre eux, primo-votants, quasiment un électeur potentiel sur dix. Une manne d’électeurs qui a fait cruellement défaut au parti démocrate en 2016. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Méfiants envers les institutions, désabusés par les politiciens jugés déconnectés, persuadés que l’élection était déjà jouée d'avance, ils n'ont même pas été 50 % à se déplacer lors du scrutin présidentiel précédent... 

D'où les efforts menés par les organisations de droit civique et les institutions pour pousser les jeunes à se mobiliser. 

Faciliter un processus complexe

Barack Obama lui même a donc pris sa part, expliquant dans cette vidéo la marche à suivre pour s'inscrire sur les listes électorales, un parcours du combattant administratif aux procédures différant selon les états et jusqu'ici tellement rébarbatif et complexe que beaucoup abandonnent en cours de route. 

A Ann Arbor, dans le Michigan, en ce matin d'automne, le temps est gris à ne pas mettre le nez dehors mais les deux garçons qui s'approchent avancent d'un pas décidé. 

Ils n'ont jamais voté, ne sont même pas inscrits. Mais l'Université du Michigan où ils étudient fait partie de ces institutions déterminées à amener les jeunes dans l'isoloir. 

Vote anticipé, vote par correspondance, la participation sera determinante.
Vote anticipé, vote par correspondance, la participation sera determinante. Crédits : Claude Guibal - Radio France

Dans le bâtiment du Museum d'Art, au milieu d'une avenue plantée de vieilles bâtisses et d'autres modernes, balayée par les feuilles rouges de ce début d'automne, la municipalité et l'administration de l'université ont mis en place une annexe du bureau du greffe de la ville. 

Ici, les étudiants peuvent s'inscrire pour voter, demander un bulletin de vote par correspondance et le remplir dans la foulée. "La totale d'un coup!" se réjouit un des bénévoles, derrière le guichet d'accueil. "Beaucoup d'étudiants qui viennent d'ailleurs doivent par exemple signaler leur changement d’adresse, mais ces paperasses sont tellement pénibles qu'ils laissent tomber très souvent vite le processus d'inscription sur les listes électorales", soupire Marissa. 

La jeune fille est en première année de sciences informatiques. Elle est venue avec une amie, fronce les sourcils devant les formulaires à remplir. "N’oubliez pas les deux petites cases à cocher là en haut… Si vous n'avez pas de carte d'identité de l'État du Michigan ou de permis de conduire, mettez juste les quatre derniers chiffres de votre numéro de sécurité sociale", les accompagne un autre volontaire, en leur tendant des stylos - désinfectés entre chaque personne. "Et c'est tout bon, vous allez pouvoir voter… ».

Dans le couloir, un masque sur le visage, une jeune femme qu'elle a joué stratégique, pour tenter de se jouer de la règle des grands électeurs, qui explique qu'il suffise qu'un candidat arrive en tête dans un état pour qu'il rafle l'intégralité de ses grands électeurs. Un suffrage indirect qui explique la différence sensible entre le volte populaire, remporté par Hillary Clinton avec une avance importante, et le vote déterminant des grands électeurs, raflé par Trump avec le bascul dans le camp Républicain des états pivots du Midwest le Michigan, l'Ohio, la Pennsylvanie.

"Je viens de New York, un État qui vote déjà démocrate. Si je m'inscris dans le Michigan c'est pour que mon vote ait plus d'impact que dans un endroit où les jeux sont déjà faits. Ici la dernière fois, Hillary Clinton a perdu de peu au profit de Trump, et je veux faire en sorte que ça ne se reproduise pas."

Plus loin, Simon attend, lui aussi, de pouvoir voter. "Mais je ne suis pas super excité. Avec ce système à deux partis, on ne peut pas dire qu'on ait vraiment le choix… Si je vote, c'est parce que ça ne concerne pas que la présidentielle, ce sont des élections générales, et ça fait une différence quand il faut voter pour les sénateurs, les députés, les élus locaux… Ce sont eux qui font vraiment des changements dans nos vies, pas le président. Ce sont eux qui font bouger les lois. » 

Un manque d'enthousiasme partagée par Marissa. "L'Amérique c'est un des rares pays développés où nos leaders sont de plus en plus vieux au lieu de devenir plus jeunes. L'écart d'âge entre nos politiciens et notre génération, c'est vraiment décourageant"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La jeune femme, pourtant, a regardé les programmes, et fait le point sur ses priorités : "le réchauffement climatique et la santé… Un changement radical sur les mesures à prendre pour lutter contre les épidémies, c'est probablement ma première priorité. Ensuite les questions sociales". Elle l'admet "la plupart d'entre nous, les jeunes, ne connaît rien aux questions économiques. Je ne dirais pas que je suis enthousiaste pour l’un ou l'autre des candidats, mais j'ai un peu plus d'enthousiasme pour Biden ». 

L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......