LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Photographie d'André Cayatte par Sam Levin

André Cayatte : une rétrospective pour réhabiliter un cinéaste honni par la Nouvelle Vague

26 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec les critiques Noël Herpe et Michel Ciment, à l'occasion de la rétrospective consacrée au cinéaste André Cayatte au "Film Festival Lumière" à Lyon

Photographie d'André Cayatte par Sam Levin
Photographie d'André Cayatte par Sam Levin Crédits : Sam Levin pour Unifrance, 1954

Mercredi-ciné

Longtemps honni par les cinéastes et critiques de la Nouvelle Vague, André Cayatte (1909-1989), a droit à un hommage au Film Festival Lumière 2019 de Lyon. L’auteur des Amants de Vérone (1949) , de Mourir d'aimer (1971), du Passage du Rhin (Lion d’or à Venise en 1960), de Justice est faite (Ours d’or à Berlin, en 1951) ou encore de Nous sommes tous des assassins (prix spécial du jury à Cannes, en 1952), critiqué pour ses “films à thèse” est le premier cinéaste français à avoir ausculté les mécanismes de la justice de son pays. A l’occasion d'une rétrospective à Lyon du 12 au 20 octobre et de la sortie en DVD de ses films les plus emblématiques, Tewfik Hakem s’entretient avec les critiques Noel Herpe et Michel Ciment, fervents défenseurs du cinéma d’André Cayatte. 

Michel Ciment

Cayatte avait d'excellentes critiques - ayant eu deux fois le Lion d'Or au Festival de Venise - la critique française savait apprécier ses films, mais il est vrai qu'il a fait partie de ces cinéastes déboulonnés par Les Cahiers du Cinéma au nom d'une prise de pouvoir future de la Nouvelle Vague, comme René Clément, René Clair, Henri-Georges Clouzot, de grands cinéastes qui ont été néanmoins démolis. 

André Cayatte avec Bourvil et Michèle Morgan sur le tournage du Miroir à deux faces, en 1958
André Cayatte avec Bourvil et Michèle Morgan sur le tournage du Miroir à deux faces, en 1958 Crédits : Grand Lyon Film Festival Lumière 2019

Noël Herpe

Il faut voir qu'il y avait un côté idéologique dans tout ça, Cayatte était un représentant de la gauche engagée, faisait des films de témoignages, des films sociaux, des films à thèse a t-on dit - une étiquette qu'il réfutait. Il est certain que Truffaut qui, à l'époque, était de droite, dans une vision élitiste et formaliste du cinéma, plutôt esthète, ne pouvait que rejeter ce cinéma-là. 

Cayatte est un homme engagé, et il le montre dans ses films d'après-guerre en revenant sur cette période, en parlant de l'antisémitisme, en mettant en scène des personnages de retour des camps. Qui a cette époque-là parlait de l'antisémitisme dans son cinéma ? Personne. 

"Cayatte a le courage de revenir à brûle-pourpoint dix ans après sur ces années terribles, de sortir les cadavres du placard et de remettre tout sur la table"

Il y a une chose qui m'a touché chez Cayatte, depuis ce temps où j'ai vu ses films, c'est qu'il a un sens du récit extraordinaire, c'est un grand auteur de mélodrames qui sait tenir en haleine son spectateur, qui déploie la scène judiciaire comme une scène de mélo à l'intérieur du cinéma des années 50, comme une scène où tout d'un coup, une société en perte de repères refait lien à travers le récit, le grand récit mélodramatique.

Michel Ciment

Le cinéma de Cayatte reste du bon cinéma, il n'est en rien manichéen, il implique le spectateur, le titre n'est pas pour rien : "Nous sommes tous des assassins". Cayatte interroge le spectateur, lui demande de se mettre à la place du personnage, de voir ce qu'il ferait lui. C'est déjà un questionnement, c'est rare à l'époque. Ensuite, lorsqu'on voit qu'un nouveau sondage dit que 57% des Français sont pour la peine de mort, Cayatte lui, était contre la peine de mort - ce sont donc des sujets qui sont extrêmement passionnants, et d'autre part, c'était un très bon directeur d'acteurs. Il y a des performances d'acteurs remarquables dans ses films. 

Nous sommes tous des assassins
Nous sommes tous des assassins Crédits : André Cayatte

Le rôle de Positif qui a consacré ce mois-ci dix pages au cinéma de Cayatte, ce n'est pas d'être dans un manichéisme critique, c'est de donner la parole à la vraie critique. Il faut en finir avec ces guerres de religions insensées et qui ont beaucoup nui à de grands artistes. 

Programmation musicale 

Bande annonce du film Mourir d’aimer réalisé par André Cayatte, en 1971 . 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Tino Rossi, Tango d’un soir ( 1946 ) 

Actualité

Les films de la rétrospective, à Lyon du 12 au 20 octobre 2019

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......