LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Anne Pauly

Anne Pauly : "Le tragique, je trouve souvent le moyen de m’en amuser"

26 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec l’écrivaine Anne Pauly, pour la parution de son premier roman "Avant que j’oublie" aux éditions Verdier

Anne Pauly
Anne Pauly Crédits : Joël Saget - AFP

Lundi-livre

Tewfik Hakem s'entretient avec l’écrivaine Anne Pauly, pour la parution de son roman Avant que j’oublie aux éditions Verdier, texte intimiste et autobiographique où l'écrivaine raconte la mort de son père tout en essayant de dresser son portrait. Il était tout à la fois Attila et amant fragile, racaille unijambiste, roi misanthrope et père poule : c'est l'histoire d'un homme abîmé par la vie raconté par sa fille qui s'apprête à vivre désormais sans lui.

J’ai cherché des phrases précises avec des mots précis, et des choses qui fassent rire, parce que c’est aussi ma position dans le monde : le tragique souvent, je trouve le moyen de m’en amuser. C’est une écriture qui s’est déroulée par association. J’ai commencé à tirer un fil, puis un autre et c’est un peu venu tout seul.

Anne Pauly, Avant que j'oublie (éd. Verdier, 2019)
Anne Pauly, Avant que j'oublie (éd. Verdier, 2019) Crédits : Anne Pauly

La question de l’intime ne m’a pas forcément effleurée. J’ai eu l’impression de raconter ce que j’avais à raconter sans forcément chercher à savoir ce qu’il fallait garder. C’est aussi une écriture pudique, qui essaie de ne pas se vautrer dans quelque chose, qui essaie de rester sur son quant-à-soi en dessinant et en suggérant plus qu’en décrivant.

"Sans vraiment le vouloir, j'ai peut-être laissé un vade-mecum pour les personnes qui viendront après moi et qui perdront leurs parents"

L’homosexualité n’est pas le sujet de ce roman, mais c’est l’endroit depuis lequel je parle. Au moment de ce deuil ont eu lieu les débats sur le mariage pour tous. Cela a eu un écho très fort, cette espèce de mépris social dont la communauté LGBT a été l’objet qui avait une espèce d’écho avec le mépris social auquel le père avait été confronté. 

Avec la chronique de Oriane Jeancourt, directrice adjointe de la rédaction du magazine Transfuge.

Programmation musicale

Céline Dion, Je voudrais parler à mon père

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......