LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Élisabeth JERICHAU-BAUMANN, "Une Sirène", 1873, Huile sur toile, 96 x 126 cm

Annette Haudiquet : "À partir de 1850, l’océanographie suscite l’imagination des artistes"

26 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec Annette Haudiquet et Denis-Michel Boëll, co-commissaires d’une exposition qui interroge la manière dont les découvertes scientifiques qui se sont enchaînées à partir des années 1850 et ont fondé l’océanographie ont inspiré les artistes dans leur imaginaire.

Élisabeth JERICHAU-BAUMANN, "Une Sirène", 1873, Huile sur toile, 96 x 126 cm
Élisabeth JERICHAU-BAUMANN, "Une Sirène", 1873, Huile sur toile, 96 x 126 cm Crédits : © Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhagen

Mardi exposition

avec Annette Haudiquet, directrice du MuMa et Denis-Michel Boëll, conservateur général du Patrimoine, co-commissaires de l’exposition Né(e)s de l’écume et des rêves, les artistes et la mer du XIXe siècle à nos jours au Musée d’art moderne André Malraux au Havre jusqu’au 9 septembre 2018.

À partir de la moitié du XIXème siècle, un moment de bascule s’opère et le regard sur l’univers marin change grâce aux avancées de la science et le développement de l’océanographie. Durant des siècles, la mer a inspiré l’effroi… Ce regard évolue et la mer devient matière poétique.
Aujourd’hui, l’exposition attire l’attention sur un monde menacé, en danger, qui propose des œuvres  source d’interrogation. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L’œuvre d’Edward Moran est unique en son genre, elle imagine les fonds marins. En Europe, l’équivalent va être plutôt dans la littérature avec Jules Verne dont 'Vingt mille lieues sous les mers' paraît en 1869. Les gravures de Neuville sont prégnantes dans l’imaginaire mais comme l’œuvre de Jules Verne, il s’agit d’œuvres de science-fiction car à l’époque on ne connaît pas les fonds marins.              
Denis-Michel Boëll

Edward MORAN, "The Valley in the Sea", 1862, Huile sur toile, 102,9 x 162,6 cm
Edward MORAN, "The Valley in the Sea", 1862, Huile sur toile, 102,9 x 162,6 cm Crédits : Courtesy of Indianapolis Museum of Art at Newfields

Au début du XIXème siècle, c’est le début de la mode des bains de mer. Elle se laisse apprivoiser vue du rivage mais le grand large ou les fonds marins restent inconnus. Il n’y a guère que les explorateurs et les artistes qui les accompagnent qui ont pu l’observer.            
Vers la fin du XIXème siècle, avec Jules Verne et d’autres écrivains on plonge dans l’imaginaire mais on recueille aussi des tas de choses de la mer, on étudie les animaux, les végétaux et autour de 1845 une des toutes premières femmes photographes, Anna Atkins, réalise des cyanotypes d’algues de Grande-Bretagne.            
Denis-Michel Boëll

Anna ATKINS, "Photographs of British Algae, Polysiphonia fucoides", vers 1845, Cyanotype sur papier, 34 x 28 cm,
Anna ATKINS, "Photographs of British Algae, Polysiphonia fucoides", vers 1845, Cyanotype sur papier, 34 x 28 cm, Crédits : © Muséum national d’histoire naturelle

On assiste aujourd’hui à un renversement : très longtemps l’Homme a eu peur de la mer, aujourd’hui on a peur pour elle, pour son avenir. L’Homme a été un grand prédateur des océans et les photographies de Nicolas Floch ou Simon Faithfull ont en commun cette préoccupation pour le devenir des océans.          
Annette Haudiquet

Simon FAITHFULL, "Going Nowhere 2", 2011 Vidéo couleur 5’07’’
Simon FAITHFULL, "Going Nowhere 2", 2011 Vidéo couleur 5’07’’ Crédits : © Collection FRAC Normandie Caen © Simon Faithfull
Elsa Guillaume, "Mésoplagie", 2017, Porcelaine
Elsa Guillaume, "Mésoplagie", 2017, Porcelaine Crédits : © Elsa Guillaume

Programmation musicale

Claude Debussy, Sirènes (Nocturnes)

Bibliographie

Né(e)s de l'écume et des rêves : les artistes et la merOctopus / Musée d'art moderne André Malraux, 2018

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......