LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait de Charles Baudelaire (1821-1867) colorisé. Artiste inconnu

Poète de génie et sombre voyou, Charles Baudelaire raconté par Jean Teulé

22 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec l’écrivain Jean Teulé pour sa biographie romancée, "Crénom Baudelaire !", paru aux éditions Mialet Barrault

Portrait de Charles Baudelaire (1821-1867) colorisé. Artiste inconnu
Portrait de Charles Baudelaire (1821-1867) colorisé. Artiste inconnu Crédits : The Print Collector/Getty Images - Getty

Lundi-Livre

Tewfik Hakem s'entretient avec l’écrivain, Jean Teulé, à l'occasion de la parution de Crénom Baudelaire !  aux toutes nouvelles éditions Mialet Barrault. Après s'être consacré à Rimbaud, Verlaine, Villon, le romancier se penche sur la vie et l'œuvre de Charles Baudelaire.

"Si l’œuvre éblouit, l’homme était insupportable. Charles Baudelaire ne respectait rien, ne supportait aucune obligation envers qui que ce soit, déversait sur tous ceux qui l’approchaient les pires insanités. Drogué, dandy halluciné, il n’eut  jamais d’autre ambition que de saisir cette beauté qui lui ravageait la tête et de la transmettre grâce à la poésie"(Jean Teulé)

J'avais envie que les lecteurs suivent ses frasques, et c'est tellement contradictoire de passer de la détestation à l'admiration. Souvenons-nous, au moment de la publication des "Fleurs du Mal", il avait dit à son éditeur : " Dans ce recueil, je veux mettre toute ma haine et mon dégoût de toutes choses, comme une explosion de gaz chez un vitrier".

Baudelaire, on n'y touche pas ! Il se teignait les cheveux en vert, se promenait avec un boa autour du cou… C'est le premier punk sur terre. Il disait : "Je voudrais vivre une vie de dandy comme si je devais la passer devant un miroir."

"Il voulait risquer sa peau, aller au bout du bout, en homme capable de s'allumer un cigare dans la nuit noire près d'un tonneau de poudre"

" Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle", voilà mon vers favori. Baudelaire a toujours tout renversé, c'est pour cela qu'il nous touche toujours autant. Il est l'auteur d'un  seul livre, un seul : "Les Fleurs du Mal". Un recueil court, cent poèmes, et sur les treize poèmes condamnés, six seront interdits jusqu'en 1899. Il meurt en 1867.

Il me fascine et il me fait peur. Ce que j'ai ressenti surtout, c'est qu'à force d'être insupportable, il devient peu à peu, émouvant, avec un tel niveau de sensibilité, et rongé par l'abus des drogues, la syphilis. Ca a dû être invivable d'être Charles Baudelaire !

"C'était un orpailleur, il allait chercher ses goûts ailleurs. Quand tout le monde veut être aimé, lui ne craignait pas d'être détesté"

Je l'ai pris à l'âge de cinq ans et je l'ai quitté à son enterrement. Je ne voulais pas donner mon avis, je voulais qu'on soit, avec lui, collé à ses basques. Baudelaire, il n'y a pas pire, il n'y a pas plus grand, il a tout ouvert.

Programmation musicale

Jean-Louis Murat, L'examen de minuit, 2007

Jean Teulé, " Crénom Baudelaire ! "
Jean Teulé, " Crénom Baudelaire ! " Crédits : Editions Mialet Barrault 2020

Bibliographie

Crénom Baudelaire !

Crénom Baudelaire ! Jean TeuléMialet Barrault, 2020

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......