LE DIRECT
Benjamin Dierstein

Benjamin Dierstein : "À douze ans, mon oncle m’a mis entre les mains ‘Lune sanglante’ de James Ellroy, ça a été pour moi un déclic"

26 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec Benjamin Dierstein qui signe son premier polar sous l’influence de James Ellroy, un duel entre deux flics torturés réunis autour du meurtre de prostituées mineures. Tout se passe en 2011, une année forte pour l’auteur qui inscrit son récit au cœur d’une époque de campagne électorale.

Benjamin Dierstein
Benjamin Dierstein Crédits : © Benjamin Dierstein

Jeudi polar

avec Benjamin Dierstein, écrivain, pour La Sirène qui fume aux éditions nouveau monde.

Mars 2011. La campagne présidentielle bat son plein, plus d'un an avant les élections. Le capitaine Gabriel Prigent débarque à la brigade criminelle de Paris après avoir vécu un drame à Rennes. Obsédé par l'éthique, il croise sur son chemin le lieutenant Christian Kertesz de la brigade de répression du proxénétisme, compromis avec la mafia corse et tourmenté par un amour perdu.

Alors qu'éclate une sordide histoire d'assassinats de prostituées mineures, ils plongent tous les deux dans une affaire qui rapidement les dépasse. Poursuivis par leurs propres obsessions et les fantômes qui les hantent, Prigent et Kertesz vont se livrer un duel sans merci, au coeur de la barbariue et des faux-semblants du monde contemporain.
(Résumé de l'éditeur)

Avant l’intrigue, mon idée était d’installer un duel de personnages comme on en croise dans les polars, les westerns, des œuvres que j’aime. Ces hommes sont obsédés par des choses de leur passé, des drames qu’ils ont vécus.

Je trouvais que l’année 2011 était une année forte, elle m’avait marqué en terme d’actualité et le roman prépare à deux autres tomes qui vont s’inscrire tout le long de cette campagne, c’est une trilogie qui va parler de cette campagne présidentielle de 2012 du début à la fin. 

Dans le roman il y a des éléments clichés, volontairement, comme ce personnage de flic dépressif qui tombe amoureux d’une prostituée, mais ça m’intéressait de repartir de ces clichés-là qui appartiennent un peu à l’histoire de la fiction et de les détourner à ma sauce.

J’ai toujours été marqué par James Ellroy et tous ses dialogues au couteau. J’ai toujours trouvé cela extrêmement efficace et à la fois tellement causant et drôle, il y a un second degré chez Ellroy que j’ai voulu insuffler dans ces dialogues avec leur côté décalé même si ça reste dramatique.

Programmation musicale

Zoufris Maracas, Un Gamin, 2011

Bibliographie

La sirène qui fune Benjamin Diersteinnouveau monde éditions, 2018

Intervenants
  • agent de musiciens, directeur artistique d'un label spécialisé dans les musiques électroniques et écrivain
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......