LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Michel Polnareff, septembre 1984

Bertrand Burgalat : " Polnareff me touche jusque dans ses maladresses "

26 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec le musicien Bertrand Burgalat, à l'occasion de la sortie du dernier album de Michel Polnareff, " Enfin ! " (Universal Music France)

Michel Polnareff, septembre 1984
Michel Polnareff, septembre 1984 Crédits : Michel Clément - AFP

Jeudi-musique

Pour la sortie tant attendue du dernier album de Michel Polnareff, Enfin ! après presque trois décennies de silence, rencontre avec celui qui confia un jour qu'il aurait aimé le produire : le musicien, Bertrand Burgalat.

Un fan peut être parfois méchant. J'ai beaucoup de respect pour ce qu'a fait Michel Polnareff, ce qu'il continue de faire. Son album est une très bonne surprise pour moi, parce que d'une certaine manière, Polnareff est sorti d'un enfermement.

Il faut le regarder : c'est quelqu'un de très doué, il y a chez lui des harmonies qui rappellent beaucoup le jazz - le premier morceau rappelle les morceaux de Michel Colombier, quand il travaillait avec Colombier qui faisait partie des musiciens formidables de l'époque. A la fin des années 80, 90, il s'est retrouvé dans le monde de la grande variété, ce n'était plus des arrangeurs, c'était des réalisateurs, avec des directeurs artistiques qui n'y connaissaient rien, avec qui il ne pouvait pas parler de musique.

Polnareff est encore un mythe, parce qu'à son époque, il était un des seuls, peut-être avec Françoise Hardy, qui a vraiment fait des chansons, qui avait un répertoire, et qui n'était pas seulement un interprète. Je n'ai rien contre le mauvais goût,  il n'a pas cherché à suivre la mode du moment. C'est un très bon musicien, un très grand pianiste. Il me touche jusque dans ses maladresses, il a été un passeur, un peu, comme Gainsbourg.

Quand on a été mythifié, c'est très inhibant, ce que je peux comprendre. C'est incroyable qu'il soit sorti de cette espèce de malédiction, de sortilège. Quand on fait un disque, on est toujours tenté de ne pas le sortir. Aujourd'hui, on est dans une époque du bon goût où tout doit être parfait, très amplifié par les réseaux sociaux. Le fait de s'en moquer,  c'est une forme de liberté. Et s'il peut le faire, même à 74 ans, je trouve ça formidable.

Bande-annonce de l'album Enfin ! " Je suis Michel Polnareff et ceci est mon histoire... "

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Programmation musicale :

Michel Polnareff,  

Phantom

L'homme en rouge

Holidays (1996)

Générique de fin : Michel Polnareff, Le bal des Laze (1982)

Bibliographie

Enfin,

EnfinMichel PolnareffUniversal Music France, 2018

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......