LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Bill Murray, Festival de Cannes 2012

Bill Murray, le plus sartrien des comédiens américains

22 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec le journaliste Yal Sadat, qui rend hommage à l'acteur américain, Bill Murray, dans un essai biographique, " Bill Murray Commencez sans moi "

Bill Murray, Festival de Cannes 2012
Bill Murray, Festival de Cannes 2012 Crédits : LOIC VENANCE - AFP

Mercredi-Ciné

Tewfik Hakem s'entretient avec Yal Sadat, journaliste et critique de cinéma, à l’occasion de la parution d’un essai biographique sur l’acteur et réalisateur américain, Bill Murray ; Bill Murray Commencez sans moi, aux éditions Capricci Stories - ou comment être acteur lorsqu’on hait les plans de carrière et les gags soupesés à l’avance et que l'industrie fait de vous une star aux succès préprogrammés.

Au départ Bill Murray, c'est cet acteur qui vient de la télé et de la bande mythique du SNL, cette fameuse émission du " Saturday Night Live ", programme du soir impertinent et satirique, qui fait découvrir au public une nouvelle façon de rire.

Il apparaît comme une force comique étonnante, qui peut passer assez facilement d'un burlesque avec ses grimaces physiques et sonores - un pré Jim Carrey - avec des intonations étranges - à une forme de latitude, ce côté groupie qu'on lui connaît aujourd'hui, ce qui fait que très rapidement, le cinéma va s'intéresser à lui. Et en même temps, ce n'est pas évident, car c'est quelqu'un qui vient de l'improvisation, rétif à toute idée d'écrire une histoire, suivre des dialogues.

" Bill Murray est toujours partout, c'est une sorte de phénomène pop, j'avais envie d'aller voir ce qui se passe derrière "

C'est un acteur qui a presque un rapport de distance ironique face à la caméra, il est celui qui croit à peine aux histoires qu'il joue. On est dans l'ère de l'ironie par excellence, d'ailleurs il joue souvent le rôle d'un acteur qui ne prend jamais son métier au sérieux, qu'on voit arriver avec son côté dilettante. Il regarde la caméra sans jamais vraiment le faire. C'est cette mise à distance, cette ironie qui fait de lui un acteur aimé du public. 

" Commencez sans moi " n'a rien d'une réplique qu'il aurait dite mais j'ai pris ce titre parce que c'est quelque chose qu'il pourrait dire, c'est quelqu'un qui tarde toujours à apparaître. Il a ce côté Bartleby, de Melville, ce personnage employé de bureau velléitaire, un rien désinvolte aussi, qui rechigne à la tâche. Il a souvent planté ses ses tournages, ses productions, posant des lapins, arrivant en retard sinon jamais, et c'est un titre qui me semblait bien résumer le personnage et cette attitude vis à vis du monde. Bill Murray, assez insaisissable, au fond.

Programmation musicale

Bill Murray, Santa Claus wants some loving ( 2015 )

Extrait de la bande annonce du film Un américain à Paris de Vincente Minnelli (1951).

B A Lost In Translation, Année : 2003. Pays : USA / Japon. Réalisatrice : Sofia Coppola :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Bibliographie

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......