LE DIRECT
Les deux vies de Pénélope, éditions Le Lombard

Camille Royer, Judith Vanistendael et les autres : une rentrée BD très féminine

26 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec les auteures de bande-dessinée, Camille Royer, pour "Mon premier rêve en japonais", paru aux éditions Futuropolis, et Judith Vanistendael, à l'occasion de "Les deux vies de Pénélope", aux éditions du Lombard.

Les deux vies de Pénélope, éditions Le Lombard
Les deux vies de Pénélope, éditions Le Lombard Crédits : Judith Vanistendael

Vendredi-BD

Tewfik Hakem s'entretient avec les deux auteures de BD, Camille Royer, pour son premier récit écrit et dessiné, Mon premier rêve en japonais, paru aux éditions Futuropolis, et Judith Vanistendael, à l'occasion de Les deux vies de Pénélope, paru aux éditions du Lombard. Chez la première, l'histoire d'une petite fille terrifiée par la nuit et insomniaque, à qui la mère d'origine japonaise, lit des contes du Japon et chante dans sa langue ; chez l'autre, l'histoire d'une mère pas comme les autres, d'une Pénélope pas comme l'autre ; chirurgienne pour une organisation humanitaire, cette Pénélope-là n'attend pas, ne tisse pas, sauve des vies, et ne sait plus quoi faire lorsqu'elle se retrouve en famille.  Avec la chronique de Sonia Déchamps, du magazine Casemate, et sa sélection d'auteures illustratrices de BD de la rentrée. 

Camille Royer

Camille, c'est moi, et c'est l'histoire d'une petite fille agitée qu'on suit à travers toutes ses péripéties, et surtout au moment du coucher, où ses parents ont du mal à la faire dormir, tourmentée qu'elle est par les fantômes du soir. Sa mère, Japonaise, va lui raconter tous les contes japonais de son enfance. C'est là que commence le livre. 

Mon premier rêve en japonais, éditions Futuropolis
Mon premier rêve en japonais, éditions Futuropolis Crédits : Camille Royer

Tout le temps de la bande-dessinée, la mère regarde vers le passé, on est témoin d'un drame familial, on sent que cela ne s'est pas bien passé avec la famille au Japon qu'elle ne voit plus. La petite Camille a l'impression que sa mère a sacrifié sa vie pour venir en France, avoir des enfants, s'occuper d'eux, elle a peur que sa mère, prise de regret, ne veuille retrouver sa propre mère au Japon et les quitte. 

"Le Japon avait une connotation très négative dans ma tête, alors je me suis dit je vais créer ma propre histoire avec mon pays, qui n'a aucun lien avec cette famille que je ne connais pas, et l'inventer à partir de l'art, ma passion"

Alors, je suis partie faire un stage de deux mois chez un illustrateur japonais au Japon. Ces contes que lui lit sa mère tous les soirs aident cette petite fille à expliquer, être en résonance avec les épreuves de la vraie vie, et ça va parler de l'histoire d'une femme qui disparaît, de la mort...

Mon premier rêve en japonais
Mon premier rêve en japonais Crédits : Camille Royer

yJ'avais envie de focaliser les scènes quotidiennes ou banales au crayon, et je voulais qu'il y ait de la couleur pour évoquer le rêve, le conte, le cauchemar. Là j'ai utilisé le pastel. 

Camille Royer et Judith Vanistendael
Camille Royer et Judith Vanistendael Crédits : © Corinne Amar, pour Le Réveil Culturel, 2019 - Radio France

Judith Vanistendael

C'est l'histoire de Pénélope, médecin chirurgienne, envoyée en Syrie par Médecins Sans Frontières, et qui abandonne sa fille pour aller opérer dans des pays en guerre. Je pense qu'elle ne sait pas très bien ce qu'elle ressent, qu'elle a besoin de temps pour comprendre qu'il est impossible de connecter ces deux vies. Elle part. 

"Elle s'appelle Pénélope mais elle part"

Les deux vies de Pénélope
Les deux vies de Pénélope Crédits : Judith Vanistendael

L'idée m'est venue du fait que je suis auteure, que je créé des histoires. J'ai lu l'Odyssée, l'histoire d'Ulysse, Homère, où les femmes sont traitées comme des objets, où l'héroïne reste à la maison, attend. Ulysse vit, a des aventures, fait l'amour ; j'ai voulu donner une autre vie à Pénélope. Elle le mérite quand même.

Pénélope a un mari, ils ont une fille, Hélène qui, elle, attend sa mère. Que puis-je faire, comme autrice, avec une histoire aussi vaste que celle de Homère ? J'ai toujours voulu faire une histoire sur l'engagement qu'on a en tant qu'être humain, et je voulais parler de ce conflit. J'ai des enfants moi-même. 

"Dessiner pour moi c'est douloureux, c'est physique, alors j'ai choisi une technique de dessin plus légère, l'aquarelle"

Les deux vies de Pénélope
Les deux vies de Pénélope Crédits : Judith Vanistendael

L'aquarelle, c'est quelque chose d'éphémère et de l'ordre de la perte de contrôle - exactement comme Pénélope qui n'a pas le contrôle de sa vie. Elle fait un choix très clair, très dur pour sa fille, puisqu'elle part, mais ce n'est pas pessimiste pour autant. : elle a un mari magnifique, poète de surcroît, et un très bon père.

Programmation musicale 

Maïa Barouh, Matriochka (2014)

Avec la chronique de 

Sonia Déchamps du Magazine Casemate et sa sélection d'auteures de BD de la rentrée

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......