LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Cocteau, l'enfant terrible

Enfant terrible ou mondain infernal ? Le procès de Jean Cocteau en bande-dessinée

22 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec le scénariste François Rivière et la coscénariste et illustratrice Laureline Mattiussi, à propos de "Cocteau, L’enfant terrible", publié aux éditions Casterman

Cocteau, l'enfant terrible
Cocteau, l'enfant terrible Crédits : François Rivière, Laureline Mattiussi

Vendredi-BD

Tewfik Hakem s'entretien avec François Rivière et Laureline Mattiussi, à propos de Cocteau, L’enfant terrible. Un portrait du poète, dessinateur, dramaturge et cinéaste ; un album publié aux éditions Casterman, où les auteurs mêlent éléments biographiques et évocations oniriques de l'œuvre et de l'homme (1889-1963), cinquante-sept ans après sa mort. 

Cocteau, l'enfant terrible
Cocteau, l'enfant terrible Crédits : François Rivière, Laureline Mattiussi

François Rivière

J'ai petit à petit investi son univers, si vaste ; j'ai vu des pièces, des films, lu sa poésie. Il faudrait parler de lui comme "un objet difficile à saisir" - alors, autant prendre des morceaux, des fragments pour faire un découpage. Le lien qui s'est fait avec Cocteau, c'est par le cinéma : Cocteau est un conte de fées. 

Laureline Mattiussi

Ca m'a pris trois ans et demi, ne serait-ce que pour tout découvrir. Quand François m'a proposé le sujet, je ne connaissais de Jean Cocteau que "La Belle et la Bête", qui a beaucoup compté dans mon univers - dans mon rapport au noir et blanc, qui a aussi donné sa couleur.

Quand les projets sont séduisants, il y a un lien d'immédiateté à l'image. C'est une figure tellement connue, Cocteau, je me suis perdue en route. Dans la construction du scénario, François est arrivé avec quelque chose de chronologique et très nourri.

Cocteau, l'enfant terrible
Cocteau, l'enfant terrible Crédits : François Rivière, Laureline Mattiussi

François Rivière

Il a participé à la Seconde Guerre Mondiale. On l'y a vu en pyjama rose, il était tout de même ambulancier. Il n'a pas été collabo, même s'il a fait une énorme bêtise (face à Jean Marais) ; il avait toujours de bonnes raisons de s'en sortir. Il avait toujours de quoi se défendre, il aimait les procès. 

Cocteau, l'enfant terrible
Cocteau, l'enfant terrible Crédits : François Rivière, Laureline Mattiussi

Laureline Mattiussi

"Cocteau est touchant, compliqué. On ne se balade pas pendant tout ce temps avec un personnage sans l'aimer"

Ce que je préfère c'est les années 30, ca a été un vrai plaisir de m'y plonger. Ce qui parcourait déjà mon travail, c'est la lumière. J'ai revu "La Belle et La Bête", il y a quelque temps, d'où l'effet voulu du noir et blanc. Ce qui dialogue dans le cinéma de Cocteau, c'est une traversée des miroirs - avec la poésie oui, mais aussi avec les morts. Et dans cette recherche, sa propre réalité devient vacillante.

Extrait film

"La Belle et La Bête", 1946

François Rivière et Laureline Mattiussi
François Rivière et Laureline Mattiussi Crédits : Corinne Amar - octobre 2020
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......