LE DIRECT
Constance Debré

Constance Debré : "Je ne sais pas ce que c'est l'amour maternel, l'amour en général, je ne connais que du particulier"

26 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec la romancière Constance Debré pour "Love Me Tender", publié aux éditions Flammarion

Constance Debré
Constance Debré Crédits : Corinne Amar - Radio France

Lundi-livre

Tewfik Hakem s'entretient avec l'écrivain Constance Debré pour la parution de son second roman, Love Me Tender, aux éditions Flammarion (après Play Boy, 2018, éd. Stock). Amour, amour toujours, amour, la grande affaire. De l’amour maternel aux variations amoureuses, de la perte - intime, violente - à la pulsion de vie, quand il est question de vouloir, par-dessus tout, ce qui s'appelle la liberté. 

" J'ai fait tout ça pour la vie nouvelle, pour l’aventure. Je crois que c’est ça qui les rend dingues, Laurent, les juges, tous ceux qui ne me parlent plus. Comme si ça ne leur avait jamais traversé l’esprit, la tentation de tout plaquer. " (Love Me Tender, Constance Debré). 

J'ai voulu que le mot "roman" figure sur la couverture, pour éviter les ambiguïtés, je n'ai pas fait que raconter ma vie - il arrive qu'elle m'intéresse assez peu - mais j'ai essayé de faire, avec ce qui se passe dans ma vie, de la littérature. 

La vraie rupture c'est celle-là : ce n'est pas de vivre dans quelques mètres carrés en moins ou de passer de l'hétérosexualité à l'homosexualité ou encore d'avoir moins d'argent, tout ça ce sont des détails. Pour moi, la vraie rupture c'est la littérature : à un moment, de se dire que ce sentiment de vivre dans des choses qui ne paraissent pas vraies, cet espèce de discours ou de gestes automatiques dans lesquelles on ne se sent pas à notre place, pas essentiel, de les dégager d'un coup.

"Le seul endroit où on peut toucher d'un peu plus vrai l'essentiel, c'est dans la littérature, donc, en s'y essayant"

Ma vie, on s'en fiche, mais ce que je sais de l'existence en général, c'est par la mienne propre. J'aime les raccourcis, et plutôt que de passer par la fiction, j'ai préféré le côté très direct du je, avec mes événements dans leur banalité moderne, en prenant ce qui se passait dans ma vie pour essayer de raconter.

"Ça a été la réalité. A un moment j'ai voulu repousser ce qui n'était pas essentiel, ce qui dans ma vie m'empêchait de vivre je l'ai écarté. Oui, j'ai trouvé qu'il fallait. Ce n'est pas un juste hasard, la volonté d'aller à l'essentiel"

Dans tout désir de rupture, il y a la volonté de couper net avec des choses qui vous empêchent, et un désir d'autre chose qu'on ne sait pas définir. Et ça, c'est une expérience extraordinaire. Je n'ai pas traversé l'Atlantique à la nage, je ne me suis pas battue avec des requins au canif, ce sont finalement des tout petits riens qui font basculer dans quelque chose de neuf.

" Qu'est-ce qui se passe en fait quand on balance tout "

Dans tout ce que je jette, il y a quelque chose que je n'ai pas jeté, quelque chose qui a rompu malgré moi, qui a scié, c'est l'enfant. Dans un cadre particulier : je me suis retrouvée à faire l'objet d'un procès - finalement on a fait mon procès, parce que j'avais rompu avec le travail, avec la famille, sans demander quoi que ce soit, sans donner de leçons, mais c'est quelque chose manifestement qui n'est pas accepté, en tous cas, qui a été vu soit comme le signe du vice, soit de la folie.

"J'ai décidé d'écrire, parce qu'il n'y a que là qu'on peut dire un sentiment confus de l'existence qui parfois nous étouffe"

C'est venu il y a quatre ans avec "Play Boy". Dans la même semaine, j'ai couché avec une fille, je me suis mise à nager et j'ai ouvert mon ordinateur. Pas mon Journal, non, un livre. Et j'ai eu le sentiment d'avoir un super pouvoir. Je ne sais pas ce que c'est l'amour maternel, l'amour en général, je ne connais que du particulier. 

Programmation musicale

Norah Jones, Love me tender

Actualité

Constance Debré, à La Maison de la Poésie, jeudi 23 janvier, 19 h

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......