LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le Redoutable

Daniel Cohn-Bendit : "Michel Hazanavicius nous montre que plus Godard devenait idéologue avec 68, plus il perdait son cinéma"

21 min
À retrouver dans l'émission

Retour sur le nouveau film de Michel Hazanavicius brossant un portrait de Jean-Luc Godard et divisant nos invités David Faroult, Daniel Cohn-Bendit et Michel Ciment.

Le Redoutable
Le Redoutable Crédits : Copyright Philippe Aubry – Les Compagnons du cinéma

Mercredi cinéma dans le Réveil culturel, avec :

David Faroult, réalisateur et maître de conférences en cinéma à l'École Nationale Supérieure Louis-Lumière et Daniel Cohn-Bendit, homme politique, pour le film Le Redoutable de Michel Hazanavicius, en salles le 13 septembre.

Le Redoutable de Michel Hazanavicius dépeint le portrait de Jean-Luc Godard durant la période de mai 68. Un film qui divise, certains trouvant que cette parodie du cinéaste quand il décide de changer son cinéma est un pastiche drôle et enlevé, d'autres parlant de falsification. Aujourd'hui, nous recueillons plusieurs points de vue sur ce film : celui de Daniel Cohn-Bendit qui a connu Godard à l'époque de mai 68 et qui défend le film et celui de David Faroult qui a étudié le travail de Godard dans sa période militante et prépare un ouvrage à paraître aux éditions Les Prairies ordinaires. Il a également publié un article sur Le Redoutable à retrouver sur le site de la revue Débordements.

J’avais un regard particulier sur le film car sur-informé sur la période qu’il traite. Je ne suis pas là pour juger, mon travail consiste à essayer de rendre plus intelligible les démarches créatives en les historicisant. Ce à quoi s’est heurté mon regard sur le film c’est qu’il ne m’a pas fait rire. Dès lors, je me suis demandé ce qu’il restait de ce film si la comédie ne prenait pas. Pourquoi Hazanavicius a-t-il cherché à noyer Godard dans les eaux glacées du calcul humoriste ? Ce qu’il en reste à mes yeux c’est un film politique, mais un film politique qui est réactionnaire, pour aller vite.

David Faroult

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Je ne suis pas gardien du temple de Godard, j’aime rire, même aux dépends de Godard, mais ce dont on me propose de rire dans Le Redoutable, c’est du fait que godard puisse préférer –avec l’audience qu’il avait déjà à ce moment-là- contribuer à soutenir le mouvement des grèves plutôt que d’aller se faire dorer au soleil, et nous sommes supposés rire de cela, qu’il puisse préférer la solidarité au confort qu’il a acquis par sa position.

David Faroult

La Chronique mensuelle de Michel Ciment, en positif et négatif

Aujourd'hui, Michel Ciment revient sur les films Le Redoutable mais aussi son coup de coeur : Faute d’amour d’Andreï Zviaguinstev, et son coup de griffe : Napalm de Claude Lanzmann.

* Lien vers la revue Positif

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Bibliographie

Faute d'amourPyramide, 2017

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......