LE DIRECT
Futuro Popeye

Etienne Robial : " Nous n'étions pas spécialistes de la BD, nous étions chineurs "

26 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de l'exposition " Futuropolis 1972-1994, un éditeur aux avant-gardes de la BD ", au Musée de la Bande dessinée d'Angoulême, rencontre avec les créateurs de la maison d'édition : Étienne Robial et Florence Cestac,

Futuro Popeye
Futuro Popeye Crédits : © Futuropolis

Tewfik Hakem s'entretient avec les créateurs de la maison d'édition Futuropolis, Étienne Robial et Florence Cestac, dans le cadre de l'exposition " Futuropolis 1972-1994, un éditeur aux avant-gardes de la BD ", au Musée de la Bande dessinée d'Angoulême, du 23 janvier au 19 mai 2019. Avec la participation de Jean-Pierre Mercier, conseiller scientifique au Musée.

[Florence Cestac] Tout commence en 1972, avec la découverte d'une librairie de bande-dessinée dans le 15e  arrondissement de Paris. Nous l'avons reprise - à trois, au départ - sans même être spécialistes de BD.

[Etienne Robial] Nous n'étions pas spécialistes, mais chineurs, l'idée de la découverte nous passionnait. On travaillait à droite, à gauche, la routine nous fatiguait, la librairie était une opportunité. 

[Florence Cestac] A l'époque, c'était la seule librairie qui existait, une caverne d'Ali-Baba de la BD. Elle s'appelait " Futuropolis ", du nom d'une bande dessinée créée en 1937 par René Pellos. 

[Etienne Robial] Dans cette librairie très orientée, l'idée était de présenter des auteurs - Fred, Gottlieb... - créer ce lieu de rencontres où se côtoyaient aussi bien les comics de la côté Ouest que ceux de la côte Est, où les jeunes Tardi imberbes venaient traîner les basques... 

On a fait découvrir des auteurs internationaux, à à cette époque, on tournait un peu le dos à la Belgique, on était orienté plutôt Italie, Amérique... Hugo Pratt par exemple, n'était pas édité en France, on allait à la braderie de Lille, on rapportait des camionnettes de Pif, pour le faire découvrir.

Etienne Robial et Florence Cestac, vers 1970
Etienne Robial et Florence Cestac, vers 1970 Crédits : © Futuropolis

[Jean-Pierre Mercier] Plus de 360 auteurs ont été publiés par Futuropolis ; pour l'exposition, on en a sélectionné 20, on montre quelques planches. Les livres édités par Futuropolis, qui en a fait de beaux objets qu'on a envie de garder, tranchent sur les autres ; des objets cartonnés à l'italienne, des objets en soi en rupture avec la tradition des BD qu'on faisait.

Exposition Futuropolis, Angoulême 2019
Exposition Futuropolis, Angoulême 2019 Crédits : © Futuropolis

[Florence Cestac] Futuropolis, c'était comme une famille, et dans la famille, j'étais plutôt la mère, consolatrice. Et puis, je savais tout faire.  On n'a jamais gagné beaucoup d(argent, mais on y a pris beaucoup de plaisir.

Programmation musicale :

Cat Stevens, My Lady D'Arbanville (1970)

Le sexisme dessiné par Florence Cestac. 2019, pour France-Culture. 

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......