LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Affiche de l'exposition Paris-Londres. Music Migrations, 1962-1989

Paris et Londres aux rythmes des musiques de leurs anciennes colonies

26 min
À retrouver dans l'émission

Angéline Escafre-Dublet et Martin Evans, co-commissaires, avec Stéphane Malfettes, de l'exposition " Paris-Londres. Music Migrations, 1962-1989 " évoquent un parcours immersif à expérimenter au Musée national de l'immigration, à Paris. A voir jusqu'au 5 janvier 2020.

Affiche de l'exposition Paris-Londres. Music Migrations, 1962-1989
Affiche de l'exposition Paris-Londres. Music Migrations, 1962-1989

Mardi-expo

Tewfik Hakem s'entretient avec Angéline Escafre-Dublet et Martin Evans, commissaires de l'exposition Paris-Londres. Music Migrations, 1962-1989 qui a lieu au Musée national de l'histoire de l'immigration, jusqu'au 5 janvier 2020. L'exposition illustre ce que Paris et Londres doivent à leurs anciennes colonies, d'un point de vue musical. Elle retrace les liens entre immigration, musique, lutte anti-racisme et mobilisation politique de ces trois décennies.  

Mike Eghan à Picadilly Circus, Londres, 1967
Mike Eghan à Picadilly Circus, Londres, 1967 Crédits : James Barnor Courtesy, Galerie Clémentine de la Féronnière

[Martin Evans] Le point de départ c'était de mettre ensemble deux villes globales, voir comment les deux histoires sont différentes, et à quel point, en même temps, elles se ressemblent. 

[Angéline Escafre-Dublet] On a essayé de montrer le lien entre musique et politique - c'est le rôle de la musique que de venir renforcer les combats politiques - cette relation un peu dialectique entre musique et politique.

L'histoire qu'on essaye de raconter, c'est à quel point, au départ, les immigrés sont dans les marges, se sont installés dans les interstices de la ville qui sont les endroits les plus accessibles pour eux parce qu'ils coûtent le moins cher, et c'est là qu'ils vont effectivement se regrouper et créer des lieux de musique qui leur sont propres. 

Notting Hill Carnival
Notting Hill Carnival Crédits : Chris Steele Perkins, Magnum photos, Musée de l'histoire de l'immigration

On se retrouve dans ces moyens populaires de vie, de sociabilité et aussi, sur la contestation d'un ordre établi - parce que, d'un côté comme de l'autre, on conteste un racisme qui peut être présent, des relations difficiles avec la police parce qu'on est punk ou parce qu'on est immigré. 

[Martin Evans] Quand on écoute cette chanson Millie Small, My boy lollipop, on voit l'influence des Caraïbes et comment cette influence est en train de s'ancrer dans un paysage décisif.

Paris-Londres. Music Migrations
Paris-Londres. Music Migrations Crédits : Anne Vorely

[Martin Evans] Ce n'est pas une histoire achevée. Ce qui est important dans l'exposition, c'est à quel point Londres et Paris sont deux villes avec beaucoup plus en commun que Londres et Stoke ou Paris et Valenciennes ; cette idée forte d'une identité multiculturelle. 

[Angéline Escafre-Dublet] On a voulu montrer aussi combien toutes ces musiques actuelles doivent à ces apports, aux combats des uns et des autres, à des parcours d'artistes ; sans les musiques des autres, la nôtre serait bien ennuyeuse. On a voulu construire une mise en sensibilisation des histoires, montrer comment la musique a servi à ces groupes à se rendre visibles.

Paris-Londres. Music Migrations
Paris-Londres. Music Migrations Crédits : Anne Vorely

Programmation musicale

Millie Small, My boy lollipop (1954)

Toure Kunda, Labrador (1984)

Linton Kwesi Johnson, Englan (1980)

Rhorhomanie, Carte de séjour (1984)

A écouter aussi : le 30 mars, à 19 heures, dans Juke-Box, d'Amaury Chardeau, Angéline Escafré-Dublet, à propos de l'exposition Paris-Londres. Music Migrations, 1962-1989. 

Bibliographie

Paris-Londres, Music Migrations, 1962-1989. CollectifRéunion des musées nationaux, 2019

Intervenants
  • Maîtresse de conférences en science politique à l'université Lyon-2
  • Commissaire scientifique, professeur d’histoire moderne européenne à l’Université de Sussex et spécialiste d’histoire coloniale et postcoloniale dans une perspective d’histoire globale et comparée.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......