LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ils sont infirmiers de campagne, de Fanny Cheyrou (éditions du Palais)

Une année avec Ludo et Max, deux infirmiers de campagne installés dans les Landes

22 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec la journaliste Fanny Cheyrou pour son récit témoignage, "Ils sont infirmiers de campagne", paru aux éditions du Palais.

Ils sont infirmiers de campagne, de Fanny Cheyrou (éditions du Palais)
Ils sont infirmiers de campagne, de Fanny Cheyrou (éditions du Palais) Crédits : Illustration de Jeff Pourquié

Lundi-Livre

Tewfik Hakem s'entretient avec la journaliste reporter Fanny Cheyrou à l'occasion de la sortie de son livre Ils sont infirmiers de campagne (éditions du Palais), illustré par Jeff Pourquié. Un récit témoignage dans lequel elle nous raconte le quotidien de Ludovic et Maxime, tous les deux infirmiers de campagne, et gardiens du village, dévoués au soin des corps et des âmes qui y habitent.

Fanny Cheyrou les a suivis dans leur tournée dans les Landes pendant une année, été comme hiver, avant et pendant l’épidémie du Coronavirus.

Pour le magazine La Croix, je suis restée pendant 3 semaines dans le village, ce qui est déjà beaucoup  - quand on est journaliste aujourd’hui il est compliqué de se détacher aussi longtemps pour une immersion. Mais là c’était nécessaire. Il fallait prendre le rythme des tournées de deux infirmiers. Après ça nous avons gardé le contact avec Max et Ludo, et le projet du livre est né.

Pendant cette période du confinement, on s'appelait très régulièrement et cela m’a permis de garder un ancrage et un rythme avec eux. Je sentais aussi qu’ils avaient besoin de revenir à moi ; pour eux c’était quelque chose d’inattendu que quelqu’un d’extérieur entre dans leur vie et les observe pour raconter.

Ils sont infirmiers de campagne (éd. du Palais)
Ils sont infirmiers de campagne (éd. du Palais) Crédits : Illustration de Jeff Pourquié

Le reportage a démarré en octobre 2019, à quelques mois d’une épidémie qu’on ne pouvait pas deviner. On ne peut pas dire que les villages aient été très touchés par le virus durant la première vague. Mais la peur que le virus arrive a presque autant d’importance que le virus lui-même. Dans un village ce qui nous raccroche à la réalité du virus, c’est la télé, les on-dit et la rumeur. 

" On ne peut pas parler de deux infirmiers de campagne sans parler du village où ils travaillent. La vie professionnelle se mêle à la vie personnelle. C’est toute la beauté et la dureté de ce métier "

À chaque fois qu’on entre dans une maison, on est à la fois dans le soin et dans la vie. Tout s’entremêle en permanence. Le village vibre à travers ces deux personnages qui sont devenus les veilleurs d’autrefois, à l’image de ce qu’était le curé autrefois. Ce sont des relais.

Dans les villages français de manière générale, il y a de plus en plus de personnes âgées et de moins en moins de jeunes - même si on voit qu’il y a un retour au monde rural. La France est soit urbaine, soit rurale. Et ce monde rural, on ne l’entend pas tant que ça. Ce qui m’a intéressée dans cette immersion, c'était de confronter ce que je croyais connaître de ce village à ce que j’y ai découvert au cours de mon enquête.

Ils sont infirmiers de campagne / éd. du Palais
Ils sont infirmiers de campagne / éd. du Palais Crédits : Illustration de Jeff Pourquié

" On parle beaucoup de déserts médicaux mais ce sont des grands mots. Quand on s’intéresse de plus près à la question, on se rend compte que dans le désert, une petite lanterne brille encore "

Je ne suis pas sûre que les villageois auraient ouvert leur porte à une « journaliste parisienne ». Je crois que ça n’aurait pas pu se faire si je n’avais pas été la petite fille de cette grand-mère qu’on connaît.

Quand j’ai connu ces deux infirmiers, je pensais qu’ils entraient dans la maison de ma grand-mère de façon unique. Parce qu’on se sent toujours un peu unique, et ma grand-mère la première. 

Ils sont infirmiers de campagne / éd. du Palais
Ils sont infirmiers de campagne / éd. du Palais Crédits : Illustration de Jeff Pourquié

« Il y a une forme d’universel dans ce métier. On a du mal à l’imaginer, mais c’est aussi un métier d’histoire »

Moi dont le métier est de raconter des histoires, je n’imaginais pas à quel point entrer dans la voiture de Max et Ludo serait un puits d’histoires. Et je pense que ça fait partie de leur vocation : tendre l’oreille à ces histoires, aux anciens et à leur mémoire.

Ils sont infirmiers de campagne / éd. du Palais
Ils sont infirmiers de campagne / éd. du Palais Crédits : Illustration de Jeff Pourquié
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Programmation musicale

André Dassary, Mon beau pays des Landes (1961)

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......