LE DIRECT
Florence Cestac en 1968

Florence Cestac : "En 1968 j’ai fait de la prison pour « vol et destruction d’emblèmes nationaux »"

26 min
À retrouver dans l'émission

« Avoir 20 ans en mai 68 » 5/5 avec l'auteure de BD Florence Cestac qui avait 18 ans en mai 68, une époque qui l'a libérée, l'a portée et a révélé son engagement.

Florence Cestac en 1968
Florence Cestac en 1968 Crédits : © Florence Cestac

À l'occasion des 50 ans de mai 1968, le Réveil Culturel propose de faire entendre toute la semaine le témoignage d’acteurs culturels qui avaient vingt ans en mai 68, à l’époque où les événements commençaient à tourbillonner autour du monde et bousculer les habitudes...

Aujourd'hui, vendredi BD avec :

Florence Cestac, auteure de BD, pour Filles des Oiseaux, volume 2, aux éditions Dargaud.

J’étais une fille de bourges de province, à Rouen. J’étais destinée à me trouver un mari, avoir des enfants, aller à la messe le dimanche matin et manger le poulet aux petits pois après, une petite vie de province tranquille, mais j’ai tout envoyé péter à 18 ans.  
Avec mes copains on prenait la 2CV et on montait à Paris pour participer aux manifs, pour être présent.  
En mai 68 on sentait qu’on allait changer de vie et que tout allait devenir possible. Une énergie est montée et on s’est dit qu’on allait changer le monde !

Page de "Filles des Oiseaux, volume 2" de Florence Cestac
Page de "Filles des Oiseaux, volume 2" de Florence Cestac Crédits : Dargaud

Le 14 juillet 1968, avec quelques camarades, on a descendu tous les drapeaux des mairies aux alentours, arraché le bleu et le blanc et on a remonté le rouge. C’est ce qu’on appelle « vol et destruction d’emblèmes nationaux », on a été condamnés et on a fait de la prison à Draguignan. À l’époque il y a eu des manifs où tout le monde criait « Libérez nos camarades de Bordeaux ! », c’était nous ! Je suis restée 18 jours en préventive, j’ai eu une grosse amende et j’ai été déchue de mes droits civiques pendant cinq ans.

Les papiers du passage en prison de Florence Cestac
Les papiers du passage en prison de Florence Cestac Crédits : © Florence Cestac

C’est comme le reste, on est parties en retard, nous les femmes, comme d’habitude. À mon époque, on offrait des BDs aux garçons et nous les filles il fallait plutôt qu’on apprenne à tenir une maison, on apprenait la couture, faire la vaisselle… Moi je piquais les BDs de mon petit frère. Aujourd’hui, de nouveaux talents émergent, des filles formidables qui font de la BD, mais s’il n’y avait pas eu mai 68, je ne serais pas là aujourd’hui, je n’aurais pas fait de la BD

"Filles des Oiseaux, volume 2" de Florence Cestac
"Filles des Oiseaux, volume 2" de Florence Cestac Crédits : Dargaud

En 68 je ne pensais pas faire de la bande-dessinée parce qu’aux Beaux-Arts ou aux Arts Déco ce n’était pas du tout enseigné, c’était un art mineur mineur, c’est venu après. En 72 on a repris la librairie de Futuropolis qui était l’une des premières librairies de BD à Paris, à l’époque c’était un peu révolutionnaire. Tous les passionnés s’y retrouvaient. Ensuite, on a fondé la maison d’édition, rachetée par Gallimard et après, je me suis dit : « je vais faire l’artiste ». J’ai commencé la BD à plein temps. 

Page de "Filles des Oiseaux, volume 2" de Florence Cestac
Page de "Filles des Oiseaux, volume 2" de Florence Cestac Crédits : Dargaud

Comme je le raconte dans mon bouquin, quand je vois une fille complètement voilée sur la plage et son mec en moule-bite en train de jouer au ballon, y’a un truc qui me dérange. À mon époque, on a peut-être trop exagéré dans l’autre sens et maintenant on fait marche arrière, mais c’est violent. Et ce monde où tout est basé sur le fric ça c’est encore pire. Les jeunes ont envie de quoi ? Du dernier smartphone, du dernier ordinateur, que du matériel, je trouve ça triste.

Références musicales

Musique du générique : Dominique Grange, Chacun de vous est concerné, 1968

Musique diffusée durant l’entretien : Jane Birkin, Ex Fan des Sixties, 1978

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......