LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le Temps coupant les ailes de l'Amour, Collection Motais de Narbonne

Guy et Héléna Motais de Narbonne : "On va vers un goût de plus en plus caravagesque. On ne s'assagit pas avec l'âge"

27 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec les collectionneurs Héléna et Guy Motais de Narbonne, à l'occasion de l'exposition de leur collection, "Peintures françaises et italiennes des XVIIe et XVIIIe siècles", à la Fondation Bemberg, à Toulouse, jusqu'au 2 juin 2019.

Le Temps coupant les ailes de l'Amour, Collection Motais de Narbonne
Le Temps coupant les ailes de l'Amour, Collection Motais de Narbonne Crédits : Pierre Mignard ©Corinne Amar, Fondation Bemberg, Toulouse 2019

Mardi-expo

Tewfik Hakem s'entretient avec les collectionneurs Héléna et Guy Motais de Narbonne autour de l'intégralité de leur collection réunie sur trente années au gré de leur plaisir, intitulée Peintures française et italiennes des XVII et XVIIIe siècles, et exposée à la Fondation Bemberg, Hôtel d'Assezat, à Toulouse, jusqu'au 2 juin 2019, après le Musée des Beaux-Arts d’Orléans. 

[Guy Motais de Narbonne] Nous avons commencé cette collection sans savoir que nous commencions une collection. On a acheté un tableau italien - on s'est trompé sur l'auteur - le tableau a changé d'attribution entre temps, puis, nous nous sommes pris au jeu. Et petit à petit, on a constitué un ensemble.

Pourquoi le XVIIe et le XVIIIe ? On appartient à une génération qui faisait des études dites classiques. On étudiait le grec, le latin, on étudiait la mythologie et ce qu'on appelait l'histoire religieuse, il y a là tout un arrière-plan, et ces tableaux, avec leur grandiloquence parfois, ne nous faisaient pas peur.

David tenant la tête de Goliath, collection Motais de Narbonne
David tenant la tête de Goliath, collection Motais de Narbonne Crédits : Francesco Cairo @ Exposition Fondation Bemberg, Toulouse,2019

[Héléna Motais de Narbonne] Ces tableaux représentent des tableaux dramatiques, sanglants, et des sujets très forts, comme Judith tuant Holopherne, la séduction même. C'est cette opération de séduction qui nous a plu.

[Guy Motais de Narbonne] On visitait une exposition près de Bourg-en Bresse, on a vu qu'il y avait une vente à la Salle des ventes, et nous avons vu ce premier tableau avec cette Judith un peu sculpturale qui avait belle allure, avec la tête d'Holopherne dans une main, et par ailleurs tellement douce, on s'est dit pourquoi pas ? Jusque-là on achetait des petits tableaux de maîtres du XIXe siècle, des marines pour décorer les murs, et là, on a changé, j'allais dire de style, on a changé de vie, à côté de notre vie professionnelle - Héléna enseignait en anglais, et moi, j'avais une vie dans  la banque et l'industrie, par ailleurs.

La Madeleine pénitente, collection Motais de Narbonne
La Madeleine pénitente, collection Motais de Narbonne Crédits : Jacques Blanchard @ Fondation Bemberg, Toulouse, 2019

[Héléna Motais de Narbonne] On s'est dit qu'on trouverait toujours de la place chez nous. On achetait un tableau parce qu'il nous plaisait, comme une impulsion. 

[Guy Motais de Narbonne] On s'est dit il faut choisir, on ne peut couvrir, dans les siècles anciens, toute l'histoire de la peinture ; on est spontanément attirés nous-mêmes par la peinture française et italienne, on doit choisir et donc, on se limite à deux siècles ; 17 et 18e, et à deux domaines ; français et italien , c'est déjà énorme. On ne fait que piquer, piocher dans ces domaines immenses en fonction de notre goût et de notre émotion.

[Héléna  et Guy Motais de Narbonne] On conserve tous nos tableaux parce qu'ils correspondent à une période de notre vie. On cherche, on cherche encore des sujets dramatiques. On a acheté des tableaux relativement aimables, il y a quelques années, maintenant on va vers un goût plus caravagesque. On ne s'assagit pas avec l'âge.

Guy et Héléna Motais de Narbonne, avec la commissaire de l'exposition, Olivia Voisin
Guy et Héléna Motais de Narbonne, avec la commissaire de l'exposition, Olivia Voisin Crédits : Corinne Amar @Fondation Bemberg, Toulouse, 2019 - Radio France

Archive

Alfred Pacquement, conservateur du patrimoine, Président de la Fondation Bemberg, au micro de Corinne Amar, le 21 février 2019, à Toulouse, à propos de la Fondation créée par Georges Bemberg et des expositions privées qu'elle accueille.

Programmation musicale

Georg Friedrich Haendel, Parnasso in festa ;  Aria : Ho perso il caro ben (Orfeo)  par l’orchestre "Il complesso Barocco" dirigé par Alan Curtis (2012)

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......