LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Hafzia Herzi et Monia Chokri, pour Le Réveil Culturel, mai 2019

Monia Chokri et Hafsia Herzi : filiations et racines

26 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec deux actrices passées de l'autre côté de la caméra, les réalisatrices, Hafsia Herzi, pour "Tu mérites un amour", et Monia Chokri, avec " La femme de mon frère". Chronique de Michel Ciment, de la revue Positif.

Hafzia Herzi et Monia Chokri, pour Le Réveil Culturel, mai 2019
Hafzia Herzi et Monia Chokri, pour Le Réveil Culturel, mai 2019 Crédits : Christophe Abramowitz - Radio France

Mercredi-ciné

Deux jeunes, belles et célèbres comédiennes passent derrière la caméra et viennent présenter à Cannes leur premier film. La Femme de mon frère, de Monia Chokri a fait l'ouverture d'Un Certain Regard, Tu mérites un Amour, de Hafsia Herzi a été projeté le 19 mai à la Semaine de la Critique.  Interview croisée. 

La Québécoise, Monia Chokri, et la Française, Hafsia Herzi, ne s'étaient jamais rencontrées avant de se retrouver dans le studio du Réveil Culturel. Elles ont, pourtant, plus d'un point en commun.  

1- Deux habituées du Festival de Cannes 

Monia Chokri : Mon premier Cannes c’était en 2010, ça fait presque 10 ans, c’était pour Les Amours imaginaires, et pendant huit jours avec Xavier Dolan, on ne dormait jamais. J’y suis revenue, un peu plus âgée en 2012 pour Laurence Anyways, et là j’étais diurne et nocturne. Mais cette année, je vais être diurne plutôt. 

Hafsia Herzi : « J’ai toujours été très sage pour être bien sur les photos, mais là c’est différent, je sens que je suis sous pression, je comprends mieux pourquoi les réalisateurs s’enfonçaient dans leurs sièges, morts d’angoisse à la projection de leur film, et pourquoi jamais ils ne voulaient venir aux fêtes après. On profite plus de la fête à Cannes quand on est juste comédienne… On a moins la pression. 

Monia Chokri : « C’est plus de pression mais c’est mieux, plus intéressant, j’ai l’impression que j’y vais cette année pour défendre mes idées. Quand on va à Cannes en tant qu’actrice il y a toujours un rapport au physique qui est parfois dur à porter, on a l’impression d’être des porte-manteaux, des faire-valoir…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

2- A l'ombre de deux géants du cinéma contemporain 

Monia Chokri s’est fait connaître en jouant dans les films de Xavier Dolan ; Hafsia Herzi, a été révélée par Abdelatif Kechiche, dans La Graine et le Mulet (2007). Il se trouve, par le biais des sélections, que Kechiche et Dolan sont présents cette année à Cannes. Les deux jeunes réalisatrices ne risquent-t-elles pas d'être une fois de plus associées à leurs deux encombrants mentors ? Si l'on veut chercher quelque influence des deux réalisateurs dans les premiers films de leurs interprètes fétiches, on peut largement trouver de quoi nourrir la discussion. D'emblée, Hafsia Herzi et Monia Chokri assument les filiations. 

Hafsia Herzi.  Abdelatif Kechiche va venir voir mon film et moi je vais faire la montée des marches de son film en compétition car je joue dedans, on est restés très proches.

Mona Chokri.  Xavier Dolan c’est comme s’il faisait partie de la famille, on défend le même cinéma. On se parle souvent, de tout et de notre travail artistique, en particulier. Je parle souvent et beaucoup, c’est mon côté arabe.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

3- Bouillabaisse de poutine et de jasmin.  

Hafsia Herzi est née à Marseille, Monia Chokri, à Québec. Elles partagent le fait d'avoir l’une et l’autre des racines tunisiennes. Le succès en France de Hafsia Herzi lui a permis d'aller à la rencontre du pays de son père et de tourner dans des films tunisiens tels Les secrets, de Raja Amari et l’Amour des hommes, de Mehdi Ben Attia. De son côté, Monia Chokri est la fille d’Ahmed Chokri, peintre et militant de gauche tunisien, exilé politique à Montréal, depuis la fin des années 70.

Sans être central, le sujet de l'identité et des cultures héritées s'invite dans les deux films des deux réalisatrices

Mona Chokri. Ma mère est d’origine écossaise est francophone, j’ai aussi des ancêtres scandinaves, mon père tunisien n'est pas arabe mais berbère, comme quoi l’identité veut dire beaucoup de choses et rien en même temps. Dans mon scénario, à l'origine, la famille n'était pas du tout d’origine arabe, c’est Xavier Dolan qui m’a fait remarquer que mes personnages s’exprimaient passionnément comme si c'étaient des Arabes. 

D'où l'idée d'un père immigré arabe, mais j’ai tenu à ce que ce soit des acteurs québécois qui campent les personnages, et le seul personnage qui s’exprime un peu en arabe, le père donc, est joué par Saison Gabai, un acteur israélien d’origine irakienne, et qui était de fait le seul d’entre nous qui parlait un peu arabe. L’important était de montrer dans cette auto-fiction un père d'origine maghrébine qui sort du conservatisme dans lequel les films d'aujourd’hui le cantonnent, un père qui ressemble à mon père, en somme.

Hafsia Herzi. Dans une scène de mon film, dans une fête qui se termine par des disputes, je fais dire à un des personnages : "quand il y a des Arabes y a toujours des embrouilles", comme ça vient de moi, j'espère que les gens vont comprendre que c'est pour mieux tordre le cou à ce cliché.

Programmation musicale 

Billy May’s Rico Mambo Orchestra, Hernando’s hideaway 

Extrait de la bande originale du film The Bachelor, réalisé en  1999, composée par David A. Hughes & John Murphy. 

Films présentés

*La Femme de mon frère (en salles le 26 juin). Monia Chokri raconte la relation fusionnelle entre une jeune femme et son frère, compromise le jour où le frère fait une rencontre. 

*Tu mérites un Amour (en salles le 11 septembre). Hafsia Herzi se penche sur les premières et douloureuses ruptures amoureuses. 

Deux comédies douces-amères sur les désarrois existentiels de la jeunesse. 

Avec la chronique de 

Michel Ciment, de la revue Positif, qui défend le film de Pedro Almodovar, Douleur et gloire

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......