LE DIRECT
Monsieur Merci - 1937, Cinémathèque Paris ( Arrigato San)

Hiroshi Shimizu, le maître oublié de l'âge d'or du cinéma japonais

22 min
À retrouver dans l'émission

Le journaliste Jean-François Rauger évoque le cinéma du réalisateur japonais Hiroshi Shimizu (1903-1966) à propos de la Rétrospective qui lui est consacrée à la Cinémathèque à Paris, puis à La Maison de la Culture du Japon

Monsieur Merci - 1937, Cinémathèque Paris ( Arrigato San)
Monsieur Merci - 1937, Cinémathèque Paris ( Arrigato San) Crédits : Hiroshi Shimizu

Mercredi-Ciné

Tewfik Hakem s'entretient avec le journaliste, critique de cinéma, Jean-François Rauger, à propos de la Rétrospective consacrée au cinéaste japonais Hiroshi Shimizu (1903-1966) à la Cinémathèque, à Paris, jusqu’au 20 juin 2021, puis à La Maison de la Culture du Japon, jusqu'au 30 juillet.

" Je ne sais jamais quelle direction emprunter, je me perds et ça  m'amuse. On voudrait me donner des conseils mais je crois que j'aimerais  rester comme cela ". (H. Shimizu). 

La plus grande rétrospective jamais consacrée en dehors du Japon à Hiroshi Shimizu, père d'une œuvre conséquente. Longtemps aussi insaisissable que les trois quarts d'une vertigineuse filmographie, sa démarche créative se présente comme la plus intuitive et la plus galvanisante de tout l'âge d'or du cinéma japonais.

Il fait partie de ces cinéastes du cinéma classique japonais qui ont un peu pâli, un peu oubliés, qui ont fait leurs derniers films dans les années 50 - de la génération des Ozu, Mizoguchi qui, eux, ont été connus à l'étranger.

L'histoire de Jiro  [Jiro monogatari], 1955
L'histoire de Jiro [Jiro monogatari], 1955 Crédits : Hiroshi Shimizu, Cinémathèque, Paris 2021

" La vraie singularité de Shimizu repose sur le fait qu'il travaille à l'intérieur des studios, puis s'en échappe " 

Ozu, Mizoguchi, travaillent en studio, et les studios au Japon c'est comme Hollywood, c'est un système industriel, c'est l'usine. Au départ, Shimizu ne se destine pas au cinéma, il est grouillot dans un studio, et puis, il réalise des films de genre - à l'époque du muet, des mélodrames. Après la guerre, il n'en veut plus, il en sort, devient indépendant.

Perle éternelle [Fue no shiratama],
Perle éternelle [Fue no shiratama], Crédits : Hiroshi Shimizu Japon / 1929 / Cinémathèque Paris

Avec Shimizu, il y a des éléments très modernes chez lui, dès les années 30. Au Japon, des réalisateurs comme Naruse, Shimizu, font un cinéma expérimental dès ces années-là. Shimizu fait jouer des acteurs non professionnels comme il le fera, lorsqu'il tournera un film sur Hiroshima, filmant dans les ruines de la ville. Il mélangera d'abord les vues en studio et en extérieur, puis il filmera totalement en extérieur. 

Dans les bas-​quartiers de Yokocho, Hiroshi Shimizu / Japon / 1953
Dans les bas-​quartiers de Yokocho, Hiroshi Shimizu / Japon / 1953 Crédits : Hiroshi Shimizu, Cinémathèque Paris 2021

" Monsieur Merci " (Arigato san), 1937

Il m'est arrivé de perdre la parole après avoir vu un film de Shimizu, comme après "Monsieur Merci " - en japonais "Arigato san ", d'après le roman de Kawabata. Tout le film se passe dans un bus. " Arigato san " est le nom donné au chauffeur de bus qui dit merci constamment, et dans ce bus qui descend de la montagne vers Tokyo, il y a tous ces différents personnages, tel un microcosme de la société japonaise.

" Avec le cinéma de Shimizu, on prend de plein fouet la violence de la société sous plein de douceur apparente "

Il filme les oubliés de la société, les enfants de la rue, les malmenés, les prostituées, mais c'est une violence douce qui s'en dégage, rien n'est imposé et ça suffit : jamais il n'appuiera. Avec Shimizu, on passe sur les choses, on les voit, mais on n'appuie pas.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......