LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le comédien Gérard Philippe joue Rodrigue dans Le Cid - Juillet 1951, Palais des Papes, Avignon

Les derniers jours de Gérard Philipe

26 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec l'écrivain Jérôme Garcin à propos de la parution de son récit consacré à Gérard Philipe " Le dernier hiver du Cid"

Le comédien Gérard Philippe joue Rodrigue dans Le Cid - Juillet 1951, Palais des Papes, Avignon
Le comédien Gérard Philippe joue Rodrigue dans Le Cid - Juillet 1951, Palais des Papes, Avignon Crédits : STF / AFP 1951 - AFP

Lundi-livre

Tewfik Hakem s'entretient avec l'écrivain Jérôme Garcin, qui rend hommage au comédien Gérard Philipe (père de son épouse Anne-Marie) dans Le dernier hiver du Cid, paru aux éditions Gallimard, et choisit de s'attacher aux derniers jours de l'acteur, "fauché comme une alouette en plein vol", à l'âge de 36 ans.

"Il y a soixante ans, le 25 novembre 1959, disparaissait Gérard Philipe. Il avait trente-six ans. Juste avant sa mort, ignorant la gravité de son mal, il annotait encore des tragédies grecques, rêvait d'incarner Hamlet et se préparait à devenir, au cinéma, l'Edmond Dantés du Comte de Monte-Cristo. C'est qu'il croyait avoir la vie devant lui. Du dernier été à Ramatuelle au dernier hiver parisien, semaine après semaine, jour après jour, l'acteur le plus accompli de sa génération se préparait, en vérité, à son plus grand rôle, celui d'un éternel jeune homme."

J'aime raconter des vies brèves, avec la conviction que plus elles sont brèves plus elles sont pleines. Gérard Philipe est un peu l'icône de toutes ces vies brèves que j'ai racontées jusque-là. 

J'ai toujours écrit, inspiré par les lieux. j'ai longtemps vécu dans cette maison où Anne et Gérard Philipe passaient leurs étés, où nos propres enfants ont grandi. Gérard Philipe était plus qu'un fantôme, il était une incarnation. Sa présence était absolument incroyable, sans compter évidemment ces lieux qui marquent l'histoire du théâtre ; Chaillot, le festival d'Avignon et la Cour d'Honneur...

Le dernier hiver du Cid - Gérard Philipe
Le dernier hiver du Cid - Gérard Philipe Crédits : Jérôme Garcin - Editions Gallimard (bandeau)

Je crois que ce sont les derniers instants qui sont les plus éloquents pour raconter la vie de quelqu'un. 36 ans ? Quand je vois tout ce qu'il avait fait au théâtre, au cinéma, dans ces enregistrements légendaires qui ont traversé les générations, on est frappé par cette précocité, par cette jeunesse, qui expliquent la prolongation du mythe.

En 1959, il se savait malade, mais seuls sa femme, Anne, et son médecin, connaissaient la gravité de sa maladie et ont fait le choix  de ne pas dire la vérité, de lui cacher le nombre très limité de jours qui lui étaient comptés. Ce qui lui a permis pendant quelques jours, de rêver une autre vie après ce qu'il pensait être une convalescence ou un rétablissement, c'est-à-dire, rêver des rôles, rêver des  pièces, des films. Et le 25 novembre, il est mort presque dans son sommeil, rue de Tournon.

Programmation musicale

Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto n° 21 en Ut Maj k 467 : Andante pour piano et orchestre  sous la direction de Vladimir Ashkenazy, 1975 

Archive INA, production ORTF. 

Jean Vilar en novembre 1966, au Festival d'Avignon, se souvient de l'arrivée de Gérard Philipe en 1951 et de son rôle au sein du TNP.

Gérard Philipe - Palais des Papes, Avignon 1951
Gérard Philipe - Palais des Papes, Avignon 1951 Crédits : STF/ AFP - AFP

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......