LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Peau tatouée

Joy Sorman : "J’avais envie d’écrire sur la peau, la page imprimée de l’organisme et de l’identité"

21 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec l'écrivaine Joy Sorman, auteure d'un roman qui oscille entre épopée du corps et saga familiale.

Peau tatouée
Peau tatouée Crédits : CC0 Creative Commons

Lundi livre dans le Réveil culturel, avec :

Joy Sorman, écrivaine, pour Sciences de la vie, aux éditions du Seuil.

Joy Sorman publie un nouveau roman, une histoire de la peau, une épopée du corps aussi bien qu’une saga familiale. Elle narre l’histoire de Ninon Moise, dernière née d’une famille maudite où chaque fille aînée est frappée par une maladie depuis le Moyen Âge, les histoires se sédimentant les unes aux autres. À dix-sept ans, Ninon est donc touchée à son tour par une malédiction qui atteint sa peau. Elle fera tout pour évincer ce mal. Le livre devient alors également le récit de la construction d’une identité propre. En faisant scission avec la généalogie pour exister en tant qu’individu, Ninon Moise s’affranchit de l’hérédité, mais peut-elle réellement laisser derrière elle là d’où elle vient ?
Joy Sorman signe un roman très référencé sur les maladies, oscillant toujours entre fiction et documentaire. Pour elle, les maladies évoquées ont un potentiel romanesque très fort.

Je voulais montrer que la maladie évolue avec les époques, au Moyen Âge elle nous paraît une fiction, une fable parce que c'est la maladie d'un temps reculé qui se mêle avec l'ignorance de l'époque. Ce que j’aime dans la fable, un genre littéraire que j’ai exploré et qui me plaît, c'est qu'à chaque époque on lui donne une lecture qui correspond à l'état dans lequel on baigne.

Le tatouage est pour moi une fiction. Je me suis posée le sens du tatouage, étant moi même tatouée... Qu’est ce que cela veut dire, quel est le rappot au corps ? C'est en fait l’idée de s’inventer soi-même en s’inventant une nouvelle peau.

Ce qui me fascine dans le corps c’est cette ambivalence, c’est ce qui nous est le plus proche, le plus intime car nous habitons nos corps mais c'est aussi ce qu'il y a de plus obscur, étranger, l'altérité même, l’ennemi. Ce rapport entre la proximité et l'obscur est un beau motif littéraire que je continue à explorer...

Joy Sorman sera présente au Festival Livres dans la boucle du 15 au 17 septembre à Besançon.

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......