LE DIRECT
Une photo prise en 2014 montrant la bibliothèque municipale à Alger qui fut la librairie d’Edmond Charlot

Kaouther Adimi : "J’ai passé deux ans à vivre avec une idée fixe : en savoir le plus possible sur Edmond Charlot"

21 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec l'écrivaine Kaouther Adimi qui signe son troisième roman, un hommage à Edmond Charlot, le premier éditeur d'Albert Camus.

Une photo prise en 2014 montrant la bibliothèque municipale à Alger qui fut la librairie d’Edmond Charlot
Une photo prise en 2014 montrant la bibliothèque municipale à Alger qui fut la librairie d’Edmond Charlot Crédits : FAROUK BATICHE - AFP

Lundi livre dans le Réveil culturel, avec :

Kaouther Adimi, écrivaine, pour Nos richesses, aux éditions du Seuil.

« Un homme qui lit en vaut deux », c’est la devise qu’on pouvait lire en 1936 sur la vitrine de la librairie "Les Vraies richesses", tenue par l’éditeur et libraire algérois Edmond Charlot, le premier éditeur d’Albert Camus mais aussi d'Emmanuel Roblès, Albert Cossery, Max-Pol Fouchet…
Le troisième roman de Kaouther Adimi retrace l’histoire de ce lieu et de celui qui lui a donné la vie tout en continuant à raconter des histoires, ces fictions méditerranéennes si chères à l’éditeur.

J’imagine le carnet qu’aurait tenu Edmond Charlot entre 1935, un an avant l’ouverture des "Vraies richesses", et 1961, un an avant son premier départ de l’Algérie. J'imagine ce qu'il aurait pu écrire sur différentes périodes de ces années-là, la création de la librairie, la pénurie de papier, sa tentative de conquête de l’édition parisienne, son échec éditorial, son échec d’amitié, son retour en Algérie jusqu’au plasticage de sa librairie par l’OAS...

La chronique d'Oriane Jeancourt, rédactrice en chef littérature du magazine Transfuge

Aujourd'hui Oriane Jeancourt évoque les listes de prix littéraires, avec un coup de coeur particulier pour Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel aux éditions Gallimard.

Retrouvez également dans le numéro de novembre du magazine Transfuge un grand dossier sur le film qui divise la critique : Mise à mort du cerf sacré de Yorgos Lanthimos.

© Transfuge
© Transfuge

Musique :
"Tik tak" par Mohammed el Kamal (années 30)

Bibliographie

Nous sommes FootCoédition Mucem / Desports – Éditions du sous-sol, 2017

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......