LE DIRECT
Quatorze juillet, aux éditions Casterman

La ballade de Jimmy le gendarme dans une France traumatisée par les attentats

23 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec le dessinateur Bastien Vivès et le scénariste Martin Quenehen pour la parution de leur bande dessinée " Quatorze juillet "

Quatorze juillet, aux éditions Casterman
Quatorze juillet, aux éditions Casterman

Vendredi-BD

Tewfik Hakem s'entretient avec le dessinateur Bastien Vivès et le scénariste Martin Quenehen pour la parution de leur bande dessinée, Quatorze juillet, aux éditions Casterman. Dans une France traumatisée, l'histoire de la rencontre entre Jimmy, un jeune gendarme qui s'ennuie un peu dans un village du Vercors et rêve d'action et d'humanité, et Vincent, un peintre parisien qui vient de perdre sa femme dans un attentat, et emménage, là, avec sa fille Lisa.

Martin Quenehen

La France post-attentats de l'année 2015 nous a beaucoup marqués, chacun à sa manière. Cela avait résonné en moi, comme l'idée de partir, vers un ailleurs un peu fantasmé. Quand je suis allé voir Bastien avec cette proposition, il s'en est emparé. 

Bastien Vivès

Elle est très compliquée, cette période. Jimmy, notre personnage, est gendarme, épris de justice, d'action, un sensible. J'ai toujours été impressionné par les gens qui sauvaient des vies. Il est aussi dépressif, il passe par des montagnes russes.

14 juillet, éditions Casterman
14 juillet, éditions Casterman Crédits : Martin Quenehen, Bastien Vivès

"Y a t-il un endroit sûr où il faut être ?"

Si je repense à cette année 2015, à l'attentat de Charlie-Hebdo, c'est la première fois que j'ouvrais les yeux sur cette tragédie. C'est un fait qui m'a beaucoup marqué, et aussi celui de l'officier de gendarmerie, Arnaud Beltrame (Trèbes, 23 mars 2018) qui a donné sa vie pour sauver un otage.

" 14 juillet "
" 14 juillet " Crédits : Bastien Vivès, Martin Quenehen

Tout l'enjeu de la BD, c'est de faire entrer le lecteur dans l'histoire, arriver à créer des systèmes, des ellipses, des regards - une lumière, un regard qui s'arrête comme dans un film :  figer l'action, la BD gère ça très bien.

" 14 juillet "
" 14 juillet " Crédits : Bastien Vivès, Martin Quenehen

Martin Quenehen

Bastien était là pour tout envoyer en l'air, reconstruire. Quand je vois des caractères, des corps, des conversations, Bastien voit tout de suite des images, des visages. Ce qui est jouissif, c'est d'avoir travaillé à deux cerveaux. On avait envie de fiction, faire un polar, pas d'apporter un manuel de savoir-faire.

"Notre travail ensemble est un mélange de Marcel Pagnol, d'échanges en terrasses de cafés et de Dropbox"

Bastien Vivès

Martin avait un certain axe. Cette BD a évolué au fil du temps. Une fois la BD terminée, on a continué de travailler presque six mois, on a fouillé, fouillé. Pour le personnage de Vincent, je me suis inspiré de Michel Houellebecq, je trouvais qu'il incarnait physiquement quelque chose en tant qu'acteur. Il a un vrai rôle d'artiste intéressant aujourd'hui, il incarne notre époque, et il était important de le glisser dans notre histoire.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......