LE DIRECT
Bye Bye Babylone

Beyrouth, les traumas du passé et les espoirs du présent

26 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec l'auteure illustratrice, Lamia Ziadé, pour la réédition augmentée de son premier roman graphique, "Bye Bye Babylone", aux éditions POL

Bye Bye Babylone
Bye Bye Babylone Crédits : Lamia Ziadé

Vendredi-roman graphique

Tewfik Hakem s'entretient avec l'auteure illustratrice, Lamia Ziadé pour la publication de Bye Bye Babylone, aux éditions POL, nouvelle version d'un album paru en 2009, revu et augmenté en dessins. Beyrouth 1975-1979 : une petite fille observe et raconte l’avancée imparable d’un conflit qui va ravager la Babylone chatoyante qui l’a vue naître. Avec la chronique mensuelle de Sonia Déchamps, du Magazine Casemate, pour des lectures de femmes mangaka.

« Dans ce livre, il y a Beyrouth en feu en flammes, en étincelles, en explosions, dans le noir absolu, il y a Beyrouth qui brille. Il y a moi  et mon petit frère, il y a des miliciens et des miliciennes... Il y a le magasin de mon grand-père et le foulard en soie de ma  grand-mère, la Nivéa de ma nounou et le Petzi de Walid. Il y a des cinémas en feu, le Roxy, le Radio City, le Dunia, l’Empire, le Rivoli,  et des hôtels en flammes, le Palm Beach, le Vendôme, le St Georges, le  Phoenicia, l’Alcazar. Dans ce livre, il y a des chewing-gums et des kalachnikov, des bonbons, des chocolats, des barbes à papas, il y a des bazookas, des M16, des mortiers, des obus, des missiles, des grenades… » L. Ziadé.

Si je pense au Liban, dans mon cas, je ne parlerais pas vraiment d'exil, je vis en France depuis plus de vingt ans, mais toute ma famille vit là-bas, et je suis quotidiennement en contact avec eux. La guerre a commencé, j'avais sept ans. Elle a duré quinze ans, les premières années on espérait, année après année, jusqu'à ne plus croire qu'elle se terminerait. Quand elle s'est terminée un beau jour, c'était tellement sur le fil, tellement compliqué au Liban, dans la région et dans le monde, qu'on ne sait jamais ce qui peut arriver. Aujourd'hui, l'espoir est vraiment là.

Il m'a fallu une dizaine d'années mais surtout un déclencheur pour m'atteler à ce livre, et le déclencheur a été le moment de l'attaque israélienne sur le Liban, pendant l'été 2006. On s'est rendu compte que la guerre, ce n'était pas terminé au Liban. Je n'ai pas pu partir à ce moment-là, alors, je me suis mise à ce projet.

"Ce livre me trottait dans la tête, ce n'est pas que la guerre, c'est des souvenirs familiaux, avec mon petit frère, ma grand-mère, mes parents"

Des souvenirs très intimes cohabitent avec la guerre. Parce qu'avec la guerre, on continue à vivre.

Depuis la première sortie de ce livre en 2010 - les réseaux sociaux, les blogs aidant - j'ai eu plein de documents visuels que je n'avais pas eus à l'époque, voilà pourquoi, j'ai eu envie de reprendre ce livre. 

C'est une sorte d'inventaire, je suis allée à la recherche de moments précis que j'avais oubliés, mais de manière générale, j'ai laissé émerger les souvenirs. Tout est sincèrement là, mais il y a des souvenirs que j'ai dû creuser pour les faire advenir à la surface.

"La fleur au Liban que je préfère ? Le dahlia, c'est la seule fleur qu'on trouvait pendant la guerre dans la montagne où on était"

Mon poète préféré ? Apollinaire ;  mes héros préférés ? Tom et Jerry avec qui j'ai grandi tous les jours - on était enfermés à la maison, alors on regardait la télévision quand il n'y avait pas de coupure d'électricité - Tom et Jerry, en noir et blanc, bien sûr, c'était toute mon enfance ; ma madeleine de Proust ? Le chewing-gum "Bazooka"...

Il y a de magnifiques chansons sur la guerre qui ont été écrites, celle de Fairouz est l'une des plus belles.

Lamia Ziadé
Lamia Ziadé Crédits : © Collection personnelle Lamia Ziadé

Programmation musicale

Fairouz, Li Beirut

Ibrahim Maalouf, Beyrouth

Beyrouth, la révolution en dessinant

Lamia Ziadé, Mazen Kerbaj, Raphaelle Macaron et d'autres dessinateurs appuient le mouvement de contestation qui secoue le Liban, inédit par son ampleur et par son caractère pacifique et trans-communautaire. Pour aller plus loin, l'article paru dans l'Orient Le Jour.

Lamia Ziadé
Lamia Ziadé Crédits : © Lamia Ziadé
Dessin Raphaëlle Macaron
Dessin Raphaëlle Macaron Crédits : © Raphaëlle Macaron
"Pour vous, pour nous"
"Pour vous, pour nous" Crédits : Mazen Kerbaj

Avec la chronique de 

Sonia Déchamps, du Magazine Casemate, qui nous propose quatre lectures de manga écrits par des femmes

BL Métamorphose, de Kaori Tsurutani, aux éditions Ki-oon

L’atelier des sorciers, de Kamome Shirahama chez Pika

Thermae Romae et Pline, de Mari Yamazaki, aux éditions Casterman

L’amant, de KanTakahama, à paraître en Janvier, aux éditions Rue de Sèvres.
 

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......