LE DIRECT
Tiken Jah Fakoly

Les combats écologiques en Afrique du chanteur Tiken Jah Fakoly

26 min
À retrouver dans l'émission

Le chanteur Tiken Jah Fakoly est l'invité du Réveil Culturel pour la sortie de son nouvel album “Le monde est chaud” (Label Barclay).

Tiken Jah Fakoly
Tiken Jah Fakoly Crédits : © Universal Music France / Jessy Nottola

Jeudi - musique

Tewfik Hakem s'entretient avec le chanteur Tiken Jah Fakoly à l'occasion de la sortie de son album Le monde est chaud (Barclay). Chanteur engagé sur de nombreux fronts, originaire de Côte d'Ivoire, il s'attache à dénoncer l'inaction face au réchauffement climatique. Sur un rythme reggae, cet album sonne comme un ultime signal d'alarme. 

La chanson "no no no" résonne comme un inventaire de tout ce qui se passe en Afrique. On pourrait cependant citer encore de nombreux exemples, c'est un continent victime de nombreuses injustices.

Après les concerts, je reçois des gens de toutes les générations : des enfants, des hommes âgés qui viennent me féliciter parce que mes textes leur apprennent quelque chose. J'ai l'impression que les gens qui écoutent ma musique ne le font pas que pour danser.

Mon exil a pris fin en 2007, je peux aller où je veux maintenant en Côte d'Ivoire, mais j'ai fait le choix de rester à Bamako parce que j'ai été très bien accueilli et intégré au pays. Je me sens bien partout où on m'accueille bien. 

Dans le refrain, je dis en bambara "respectons la nature, respectons le monde", parce que si on ne respecte pas la nature on va gâcher l'avenir de notre descendance, de nos enfants. Les thèmes sont très variés dans cet album, mais j'ai mis l'accent sur l'écologie, parce qu'il y a urgence.

Tiken Jah Fakoly
Tiken Jah Fakoly Crédits : © Universal Music France / Jessy Nottola

En Afrique les gens ne sont pas sensibilisés, ne sont pas informés. Le respect de l'environnement ne fait pas partie des priorités des dirigeants africains. Il n'y a pas de parti politique écologique. Il y a un gros travail à faire bien que l’Afrique soit aussi victime d'injustice : les premiers pollueurs sont les pays occidentaux. L’Afrique aujourd'hui est un pays en voie de développement qui aurait besoin des usines qu'on ne peut plus utiliser, elle doit trouver aujourd’hui un autre moyen de se développer.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Programmation musicale

No, no, no - Tiken Jah Fakoly

Ecologie - Tiken Jah Fakoly

Libya  - Tiken Jah Fakoly

A réécouter

Le Reggae : histoire d'une forme de contestation politique par la musique dans Les Têtes Chercheuses de Tewfik Hakem, août 2014

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......