LE DIRECT
André Robillard, en compagnie

Malade et artiste, André Robillard, figure majeure de l'art brut, se confie à Henri-François Imbert

26 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec le réalisateur Henri-François Imbert qui suit André Robillard depuis une trentaine d'années. Son troisième film consacré à l'artiste qui vit dans un hôpital psychiatrique depuis huit décennies sort au cinéma : "André Robillard, en compagnie".

André Robillard, en compagnie
André Robillard, en compagnie Crédits : Henri-François Imbert

Mercredi-film

avec le réalisateur Henri-François Imbert pour la sortie de son film

J'ai rencontré André Robillard au début des années 1990. Après ce premier film que j'avais fait sur lui, en 1993, "André Robillard, à coups de fusils ! ", on ne s'est jamais quittés, puisqu'on s'est revus régulièrement, et comme on avait initié ce travail de faire du cinéma ensemble, on a continué, dans un rapport amical, on conversait, je déjeunais chez lui, et en même temps, je le filmais. En 2013, cela a donné "André Robillard, en chemin ", et aujourd'hui : "André Robillard, en compagnie". 

En premier, ce qui m'a attiré chez lui c'est cette rencontre avec un créateur un peu particulier, très sympathique, très affectueux, dans une énergie généreuse. Je m'intéressais déjà à l'art brut.  

André fabriquait des fusils avec des matériaux de récupération, il en faisait des œuvres d'art, sans en être conscient. C'était quelqu'un de très isolé, qui avait vécu pratiquement toute sa vie dans un hôpital psychiatrique, et au début des années 60, alors qu'il avait une trentaine d'années, et qu'il était là, dans cet hôpital depuis longtemps, il se mettait, sur son temps libre, à assembler des maquettes de fusils. Très belles, très libres, avec un côté surprenant, et moi ça m'a plu. Et notamment, le lien qu'il y avait entre ces productions d'art brut, les siennes et d'autres, et le parcours de vie de leurs créateurs ... Parfois, c'est des gens en prison qui se mettent à l'art brut.

André est arrivé à l'art brut par un parcours de vie un peu compliqué, enfant dans un internat pour enfants qu'on disait "caractériels ", où il a appris à dessiner, à lire, à écrire. Jusqu'à ce que son père le reprenne, un temps, puis comme cela se passait mal, son père ne sachant comment faire avec lui l'a ramené à l'hôpital, et André a commencé à vivre à l'hôpital. 

Programmation musicale : 

ART BRUT, Hospital !  

André Robillard, filmé au Festival International d'Art Singulier de Bézu, 2010.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......