LE DIRECT
Martin Provost - 2017

Martin Provost : " J'ai une part féminine très importante que j'ai appris à connaître"

26 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec le cinéaste Martin Provost pour la sortie de "La bonne épouse"

Martin Provost - 2017
Martin Provost - 2017 Crédits : Odd ANDERSEN / - AFP

Mercredi-ciné

Tewfik Hakem s'entretient avec le réalisateur Martin Provost, pour la sortie de son dernier film La bonne épouse. L'auteur de  Séraphine (2008), Sage femme (2017), Violette Leduc (2013), assume tout à la fois son féminisme et son envie de faire du cinéma populaire. Il s'intéresse cette fois-ci aux écoles ménagères de la fin des années 60. Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal, eh bien oui, il y eut une époque où l'on enseignait aux jeunes filles de bonne famille à devenir des épouses parfaites dans des écoles ménagères. 

Quand j'étais petit, ma mère allait dans une de ces écoles ménagères au moment du départ en vacances chercher une petite jeune fille pour s'occuper de nous, l'été. Ces écoles ont réellement existé, c'était comme ça à l'époque. En m'y intéressant, sur le site de l'INA, j'ai découvert des petits films, et tout ce que j'ai vu était absolument drôle et aussi terrifiant.

La bonne épouse, de Martin Provost
La bonne épouse, de Martin Provost Crédits : © Carole Bethuel - Les Films du Kiosque - Memento Distribution

"Être une bonne épouse" était un métier en soi oui, seulement il faut savoir que toutes ces tâches domestiques n'ont jamais été reconnues par les hommes - d'une certaine façon, parce qu'elles ne rapportaient rien. Et tout ce que faisaient ces femmes, elles le faisaient sans moufter. Ce qui va en découler et parvenir jusqu'à nos jours est quand même assez légitime. 

L'action du film se passe entre 1967 et 1968. Le MLF a été crée en 1970, toutes les écoles ménagères ensuite, ont été transformées en lycées agricoles.

La domination masculine a œuvré depuis des décennies, elle est en train de s'effriter, c'est important, les prises de paroles des femmes sont fondamentales. 

La bonne épouse, Martin Provost
La bonne épouse, Martin Provost Crédits : © Carole Bethuel - Les Films du Kiosque - Memento Distribution

Il y a en moi quelque chose qui s'exprime. J'ai une part féminine très très importante que j'ai appris à connaître, à découvrir, et même à travailler.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Programmation musicale

Adamo, Tombe la neige, 1964

La bonne épouse, Martin Provost
La bonne épouse, Martin Provost Crédits : © Carole Bethuel - Les Films du Kiosque - Memento Distribution

Archive INA. Extrait. Dans une école ménagère, à Paris, en 1957

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......