LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Capharnaüm,

Nadine Labaki : " Je n'ai pas peur de mes émotions, je ne suis pas dans la retenue "

26 min
À retrouver dans l'émission

La réalisatrice Nadine Labaki est l'invitée du Réveil Culturel, à l'occasion de la sortie de son film, " Capharnaüm. "

Capharnaüm,
Capharnaüm, Crédits : Nadine Labaki ©Mooz Films

Mercredi-ciné

Dans son troisième long-métrage Capharnaüm, Nadine Labaki suit dans les rues de Beyrouth un gamin réfugié qui tente de survivre.  Sur fond d'exode massif de Syriens fuyant la guerre, le film a provoqué une polémique lors de sa présentation en sélection officielle du dernier Festival de Cannes où il a obtenu le Prix du Jury. Sans faire l'unanimité, chef-d'oeuvre pour les uns, mélo misérabiliste pour les autres. La réalisatrice libanaise s'explique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le film a commencé par le titre, par une observation de ce qui se passait autour de nous, tous les thèmes qui me travaillaient à ce moment-là ; le travail des enfants, le trafic d'humains, le problème des réfugiés dans le monde, le fait d'avoir des papiers pour prouver qu'on existe, la situation des migrants dans mon pays, l'esclavage moderne, tout ça. A un moment, je me suis dit : on vit dans un capharnaüm. 

Capharnaüm
Capharnaüm Crédits : Nadine Labaki ©Mooz Films

C'est sûr qu'on veut régler ses comptes avec la justice, au Liban ; il y a ce désir de questionner la justice, le système ; rien ne va plus, donc inconsciemment oui, nous sommes poussés à requestionner.... Et ça s'est fait de manière instinctive. 

L'émigration africaine au Liban, c'est un autre problème que je voulais explorer, avec ces gens qui cohabitent, partagent ce pays, et vivent de manière clandestine, parce que ces femmes pour y vivre doivent être parrainées, ne peuvent vivre en dehors de ce parrainage, sous l'emprise d'un parrain ou d'un employeur. C'est une espèce d'esclavage moderne que la société cautionne sans questionner. 

Je voulais parler des vies et des problèmes qui se côtoient dans ces ceintures de misère qui entourent nos cités, nos pays. Ce sont des gens qui vivent les mêmes combats, ce sont des problèmes qui se côtoient.  Un être humain qui n'a pas de papiers n'existe plus, quelle absurdité ! Ils finissent alors par vivre en marge, deviennent des invisibles.

On me parle d'esthétisme de la misère, je ne sais pas ce que ça veut dire, je trouve ça blessant. La vérité et la réalité sont bien pires que ce qu'il y a dans le film.

Il y a cette tendance dans le cinéma français à la retenue. Retenir une émotion. C'est un mot qui me donne des allergies. Je n'ai pas peur de mes émotions, au contraire, je cherche ça. 

Capharnaüm
Capharnaüm Crédits : Nadine Labaki© Mooz Films

Bibliographie

Capharnaüm

CapharnaümNadine LabakiGaumont Distribution, 2018

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......