LE DIRECT
Head of Roses, Anna Katharina Scheidegger

Quand l'art rencontre la nature au Fresnoy

26 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec Pascale Pronnier, commissaire de l’exposition " Le Laboratoire de la Nature", et Anna Katharina Scheidegger, photographe qui sculpte et moule son propre visage dans la glace. Exposition à voir au Fresnoy, jusqu'au 21 avril 2019.

Head of Roses, Anna Katharina Scheidegger
Head of Roses, Anna Katharina Scheidegger Crédits : Corinne Amar - Le laboratoire de la nature, le Fresnoy, 2019 - Radio France

Mardi-expo 

Tewfik Hakem s'entretient avec Pascale Pronnier, commissaire de l’exposition " Le Laboratoire de la Nature", au Fresnoy, jusqu'au 21 avril 2019, et Anna Katharina Scheidegger, photographe et l'une des onze artistes invités de l'exposition autour de la relation de l'Homme avec la Nature. L'artiste, Anaïs Boudot, fera aussi entendre sa voix à propos de son travail, La noche oscura.

Mark Dion, Library of the Birds of Massachussets, 2001-2007
Mark Dion, Library of the Birds of Massachussets, 2001-2007 Crédits : Corinne Amar - Le Fresnoy 2019 - Radio France

[Pascale Pronnier] L'exposition rend en partie hommage à William Henry Fox Talbot, qui était lui-même un artiste pluridisciplinaire, à travers le regard multiple d'artistes contemporains. 

Talbot est un artiste qui nous montre le rapport au mouvement et à la nature, c'est-à-dire le processus du temps. C'est surtout un scientifique qui utilise la photographie comme un outil mais avec une dimension artistique dans il est tout à fait conscient puisqu'il appelle ses photographies des "photogenic drawings". Son point de départ est la botanique : comme il n'arrive pas à dessiner une fougère, il en fait l'empreinte avec des sels d'argent.

[Anna Katharina Scheidegger] Le point de départ de mon travail est la disparition des glaciers en Suisse. J'ai commencé à travailler autour de ces thématiques au travers d'une série de photographies de glaciers qui sont couverts par des bâches pendant l'été pour les protéger du soleil. En Suisse il existe des contes pour enfants qui racontent que lorsque les humains ont maltraité la nature, ils sont pris après leur mort dans les glaciers, comme punition. Donc maintenant que le glacier fond on se retrouve avec tous ces esprits qui sont dans le paysage. J'ai cherché une façon de représenter ces pauvres âmes et j'ai décidé de faire un moule de mon buste en glace. Ce que je montre dans l'exposition sont des têtes en glaces qui sont remplies avec des fleurs. C'est pour signifier la disparition mais aussi l'idée que la perte laisse une place afin que quelque chose de nouveau puisse surgir. 

Anna Katharina Scheidegger, Head Of Roses, 2017
Anna Katharina Scheidegger, Head Of Roses, 2017 Crédits : ©Anna Katharina Scheidegger

[Pascale Pronnier] Dans le travail d'Anna il y a toute une dimension poétique que nous faisons dialoguer avec le travail d'Hicham Berrada, qui lui travaille sur le jasmin qui ne lâche ses odeurs que la nuit. Hicham nous redonne ces muscs de la nuit, ce jasmin qui ne fleurit qu'à la lumière de la nuit et de la lune. Nous sommes dans un parcours, une rêverie. Dans cette exposition il y a à la fois une approche historique, une approche scientifique et une troisième sensible, poétique. 

Mesk-ellil, Hicham Berrada
Mesk-ellil, Hicham Berrada Crédits : © Hicham Berrada

[Anna Katharina Scheidegger] Ce qu'on voit sur mes images c'est la mort, des têtes, des yeux fermés. Malgré tout cela il y a quelque chose qui résiste ; l'intérieur de la tête c'est un symbole de la pensée, de la tendresse, c'est un signe d'espoir. C'est ce qui nous reste : on peut avoir une vision du monde purement scientifique, analytique, on ne survit pas. Je pense que nous, les êtres humains, nous avons profondément besoin d'un mystère ou d'un espoir, d'une fleur dans la tête.

Programmation musicale 

4hero - Les Fleurs

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......