LE DIRECT
Ouissem Belgacem

Ouissem Belgacem : "J'ai voulu écrire ce livre pour dire le déni d'homophobie qui règne dans le milieu du football"

22 min
À retrouver dans l'émission

L'ancien joueur de football Ouissem Belgacem évoque dans un récit autobiographique, " Adieu ma honte " la difficulté d'accepter son homosexualité quand on vient d'un quartier populaire, d'une famille musulmane, et qu'on évolue dans le monde professionnel du ballon rond

Ouissem Belgacem
Ouissem Belgacem Crédits : Pascal Ito / Editions Fayard

Lundi-Livre

Tewfik Hakem s'entretient avec l'ancien sportif de haut-niveau, Ouissem Belgacem, pour son récit autobiographique, Adieu ma honte paru chez Fayard. Formé au Toulouse Football Club, plus tard portant les couleurs de l'équipe nationale de Tunisie, il dévoile aujourd'hui ce qu'il avait soigneusement caché ; son homosexualité - dans un monde masculin particulièrement homophobe.  

J'ai grandi dans une cité du Sud de la France. En intégrant l'équipe du Toulouse Football Club, j'ai entendu plein de discours homophobes. Au début, ça ne me dérangeait, je pensais moi-même pouvoir changer ce penchant que j'avais pour les hommes.

A titre personnel, le plus dur a été le milieu sportif du football - où j'ai passé plus des deux tiers de ma vie. Aujourd'hui, j'ai fondé une société et je dirige un organisme de formation professionnelle pour footballeurs et grand public. 

" Ce livre, j'ai voulu l'écrire, parce qu'il y a dans ce milieu du football, un vrai déni d'homophobie "

A un moment, j'ai dû faire un choix entre ma carrière professionnelle et ma vie personnelle. J'ai dû arrêter le football. Ce livre est un déclencheur, je sais qu'il y a une part de risque, mais je ne peux plus retourner en arrière. En France, on a avancé dans plein de secteurs, mais dans le foot on est resté sur "Pause", comme dans les années 80-90. 

J'ai des craintes vis-à vis de cette parole, mais j'ai envie de penser qu'il y a du soutien autour de moi. Je viens de la Cité - j'ai vécu mes plus belles amitiés là-bas, je les ai encore - avec des minorités nord-africaines et gitans ; une jungle sous plein d'aspects. 

" La Cité, c'est violent, mais j'y ai appris la solidarité, l'amitié, et c'est pas des valeurs que j'ai trouvées nécessairement dans les grandes villes "

J'ai vécu en Angleterre où j'étais bien, où plein de cases sont possibles ; je me sentais à la croisée de tellement de chemins : arabe, homo, passionné de football… Je n'ai pas trouvé ça en France.

J'aime le foot, le rap, le manga, Didier Eribon aussi, les romans d'Edouard Louis… Il y a eu une avancée nette, il y a eu plein de films, de livres, l'art aussi, mais je ne me suis pas identifié, voilà pourquoi j'ai voulu prendre la parole aujourd'hui. 

Programmation musicale

Boby Lapointe, Comprend qui peut, 1969

Ouissem Belgacem, Maison de la Radio, mai 2021
Ouissem Belgacem, Maison de la Radio, mai 2021 Crédits : Tewfik Hakem,

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......