LE DIRECT
Death and the Maiden - Defiant (2009 - 2021)

Robert Huot et Carol Kinne : corps mortels et beauté intemporelle

22 min
À retrouver dans l'émission

Dans sa dernière série photographique, l’artiste Robert Huot rend hommage à sa muse et épouse Carol Kinne, décédée en 2016. Un travail de représentations qui poursuit la réflexion du couple sur la beauté et les corps âgés.

Death and the Maiden - Defiant (2009 - 2021)
Death and the Maiden - Defiant (2009 - 2021) Crédits : © Robert Huot, courtesy Galerie Arnaud Lefebvre

Mardi-Expo

Tewfik Hakem s'entretient avec le galeriste Arnaud Lefebvre à propos de l’exposition du photographe américain Robert Huot, Death and the Maiden, à la Galerie Arnaud Lefebvre (Paris 6ème), à partir du 4 mars et jusqu’au 30 avril 2021.

Robert Huot a vécu 43 années avec l’artiste Carol Kinne. Ensemble, ils ont partagé de nombreux projets artistiques. L'une de leurs dernières collaborations a été de rejouer quelques grandes représentations de l’art classique en remplaçant les modèles jeunes par leurs propres corps vieillis. 

Ces séries d’autoportraits photographiques, avec d’inhabituels modèles âgés, questionnent autant la mortalité du corps que l’immortalité de l’image. 

Après la mort de Carol Kinne, en 2016, Robert Huot a continué seul cette entreprise de relecture des représentations iconiques avec les images et souvenirs de son épouse.

Death and the Maiden - "One Shoe Off and One Shoe On" (2009 - 2021)
Death and the Maiden - "One Shoe Off and One Shoe On" (2009 - 2021) Crédits : © Robert Huot, courtesy Galerie Arnaud Lefebvre

Arnaud Lefebvre :

Dans ces œuvres, on voit Robert Huot âgé, affaibli, en retrait. Il est affublé d’un maquillage, de fausses dents et d’une faux qui symbolise la mort. Son épouse, Carole Kinne, n’est plus exactement une jeune fille mais représente la vie, avec quelque chose de rayonnant. 

On voit un couple a passé une quarantaine d’année ensemble, et qui personnifie une forme de beauté. Pas celle de la jeunesse, mais une forme de beauté tout de même.

Death and the Maiden - "These Boots Were Made for Walking" (2009 - 2021)
Death and the Maiden - "These Boots Were Made for Walking" (2009 - 2021) Crédits : © Robert Huot, courtesy Galerie Arnaud Lefebvre)

Un processus de double figuration

Ces deux corps nous parlent du paradoxe de la vie et de la mort, tous deux emmêlés. Ce paradoxe fait partie de nous. Et c’est toute la magie de l’image que de parvenir à les faire figurer tous les deux en même temps.

Il y a toujours eu quelque chose de très politique dans l’art de Huot. Le simple fait de s’ériger soi-même en modèle, entièrement nu, est une sorte de manifeste grâce auquel l’artiste présente une forme d’intériorité.

Robert Huot Death and the Maiden - "Boa" (2009 - 2021)
Robert Huot Death and the Maiden - "Boa" (2009 - 2021) Crédits : © Robert Huot, courtesy Galerie Arnaud Lefebvre

"La beauté n’est pas exclusivement réservée à des canons fixés par une certaine société."

L’idée de performance s’est imposée à Huot au moment de sa rencontre avec Kinne, et s’est inscrite en référence dans des images qui étaient à ce moment-là statiques. Leur collaboration a pu prendre la forme d’images fixes mais qui s’animaient par leur présentation en série, les unes à la suite des autres. Ils se sont mis en situation tous les deux comme s’ils voulaient s’inscrire dans l’histoire de l’art.

La collaboration a été importante dans le travail de Huot. Il n’est pas spécifiquement photographe, mais la photographie est un moyen qui aujourd’hui s’offre à chacun. Je pense que la photo lui offre la possibilité de donner une présence à ses œuvres. Une présence immédiate, incontournable et complètement objective.

Death and the Maiden - "Tambourine" (2009 - 2021)
Death and the Maiden - "Tambourine" (2009 - 2021) Crédits : © Robert Huot, courtesy Galerie Arnaud Lefebvre

Références musicales : 

The Doors - A Feast Of Friends (1978)

Vulfpeck - El Chepe (2016)

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......