LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ruppert et Mulot

Ruppert et Mulot : "Notre pirate est un personnage qui se cache, qui fuit l'action"

26 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec Florent Ruppert et Jérôme Mulot pour la parution de leur album "Portrait d'un buveur" aux éditions Dupuis.

Ruppert et Mulot
Ruppert et Mulot Crédits : © Chloé Vollmer Lo

Vendredi - BD

Tewfik Hakem s'entretient avec le duo  Florent Ruppert et Jérôme Mulot pour la sortie de leur album Portrait d'un buveur aux éditions Dupuis, dans lequel l'anti-héros est un pirate cruel, paresseux, lâche et alcoolique. Au travers de ce personnage inhabituel, ses auteurs s'amusent à déjouer de manière jouissive tous les codes des histoires de flibustiers auxquels nous sommes habitués. 

Florent Ruppert : Le point de départ de ce roman graphique est "L'île au trésor". C'est le livre qui a posé tous les jalons du genre pirate. Le genre existait avant lui, mais c'est lui qui a cristallisé tous les ingrédients. Tous les pirates dans "L’île au trésor" sont sincèrement horribles, ils sont vraiment lâches, ils sont dans des rapports de domination des uns des autres. 

Jérôme Mulot : L'ingrédient alcool dans le livre de Stevenson est très important : ils ne sont jamais courageux, tout ce qu'ils font, ils le font  parce qu'ils sont saouls et ils tous à moitié fous. C'est ce que nous avons voulu mettre en scène.

Florent Ruppert : Avec une BD de genre on joue avec les codes, mais le but était aussi de renouveler un peu le modèle, de montrer un personnage assez sombre, assez glauque, au sein duquel nous voulions essayer de trouver une beauté. Dans les romans de pirates on a souvent un personnage principal qui manie bien l'épée, notre personnage, lui, va plutôt se cacher, c'était intéressant d'avoir un personnage qui fuit l'action. 

Jérôme Mulot : On l'a décrit comme lâche, violent, mais il y a aussi une forme d'humour dans ce personnage, dans le fait de le voir se cogner contre les murs, de le voir progresser dans son ivresse. Le livre est découpé en plusieurs chapitres avec de grosses ellipses. A chaque fois on monte une marche dans son degré d'ivresse et on passe de l'alcool gentil, mondain, aux cauchemars, au delirium tremens. Au fur et à mesure on rentre dans sa tête, dans ses remords, dans sa culpabilité : il est hanté par les gens qu'il tue. Il y a une espèce de monde parallèle qui s'ouvre. 

Florent Ruppert : Dans ce roman graphique, il y a des cases en noir et blanc et des cases en couleurs. Nous voulions utiliser uniquement la couleur pour ce qu'elle donne comme impression émotionnelle et ce qu'elle va avoir comme influence sur ce qui se passe à l'intérieur des personnages. C'est une technique que Vincent Van Gogh par exemple faisait très bien, d'utiliser le décor et les couleurs pour exprimer ce qui se passe à l'intérieur des personnages.

Couverture de "Portrait d'un buveur" de Ruppert & Mulot
Couverture de "Portrait d'un buveur" de Ruppert & Mulot Crédits : © Editions Dupuis

Programmation musicale:

Poor Pirates - Jason Michael Snow Pirates

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......