LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Thomas Fersen, Théière serrée

Thomas Fersen : "Je fais des chansons pour incarner des personnages"

26 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec le chanteur, compositeur, Thomas Fersen à l'occasion de la sortie de son album "C'est tout ce qu'il me reste"

Thomas Fersen, Théière serrée
Thomas Fersen, Théière serrée Crédits : Thomas Fersen - Editions Bucéphale

Jeudi-musique

Tewfik Hakem s'entretient avec le chanteur, compositeur, conteur, Thomas Fersen, à l'occasion de la sortie de son onzième album, toujours aussi personnel et onirique, C'est tout ce qu'il me reste (label Editions Bucéphale).

J'ai fait une chanson qui s'appelle "King Kong", parce que j'ai une faible pour les grands singes. Je suis sensible aux mythes et aux animaux, j'ai voulu rendre hommage à King Kong, j'ai pensé à cette fantaisie du singe qui n'arrive pas à entrer dans cette chambre parce qu'il est énorme.

Je m'amuse beaucoup dans mes spectacles. Le spectacle vivant est l'essentiel de mon activité, j'ai besoin de construire une narration, j'écris des farces. Ma pensée est faite de mon imagination et de la réalité 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

"Il y a des peurs d'enfance qui sont fécondes, celles-là ont mis mon imagination en marche"

Je ne suis pas un nostalgique de l'enfance, j'ai eu une enfance un peu frustrée, parisienne, dans le 20e arrondissement. Je suis né en 1963, j'ai découvert les chansons paillardes, les gros mots - en banlieue où je suis né, il n'y en avait pas - j'ai découvert la langue, ce réflexe de désobéissance. Tout ça a percuté dans mon cerveau, et mon goût de la chanson est parti de là.

Enfant déjà, j'étais très sensible au langage en général. Je jouais dans ma chambre la comédie, porte fermée, j'incarnais des personnages. J'aimais faire mon intéressant - comme disait ma sœur cadette - raconter des blagues, j'ai toujours eu ce goût. 

J'aime l'instrument à cordes, l'instrument en général, comme un jouet, un plaisir enfantin. J'ai commencé par la guitare, en découvrant les vitrines, à Pigalle et tout un univers musical, autour du lycée Jacques Decour où j'étais lycéen.  Ma mère a accepté de m'acheter une guitare.

Pour une chanson, le texte vient avant la musique, toujours, mais j'ai toujours la rythmique en tête - on entend la musique quand on en parle. Je me place du côté de la farce définitivement, j'aime assez l'insolence, j'aime bien piquer un peu à rebrousse-poil.

Programmation musicale

Thomas Fersen, album C'est tout ce qu'il me reste

King Kong

Envie de ne rien faire

Les Zombies du cimetière

Actualité

Dates de concerts à venir

Bibliographie

C'est tout ce qu'il me reste

C'est tout ce qu'il me resteThomas FersenEditions Bucéphale/Distibution Believe, 2019

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......